Accéder au contenu principal

Compil de l'année 2008 ... suite et fin.

Bon, je suis toujours dans ma période "bilan de l'année dernière" ... J'y peux rien, je ne suis pas encore passé en 2009, c'est comme ça.
Voilà, je trouvais que dans ma première compilation 2008, il manquait des choses. J'ai donc décidé d'en faire une deuxième : 20 nouveaux titres tout pareil que l'autre !
ça pourrait être les remplaçants, mais des fois, les remplaçants sont aussi forts que les titulaires et sont de toute façon des futurs titulaires en puissance ...
Mais trêve de bavardage, voici la nouvelle et dernière liste :

1- Lightspeed Champion - Tell Me What It's Worth
Il est noir, mais bizarrement c'est un orfèvre pop ...


2- Sébastien Tellier - Divine
Le tube le plus kitsch de l'année, et pourtant pas assez encore, semble-t-il pour l'Eurovision.


3- Hercules And Love Affair - Blind
L'androgyne Antony Hegarty se prend un peu pour Jimmy Sommerville sur ce tube très années 80 ...


4- Why? - Fatalist Palmistry
Des américains au nom étrange qui mélangent le rap et la pop dans un joli foutoir. Ici, c'est pop et ça me rappelle les (défunts?) Mull Historical Society.

Découvrez Why?!


5- Alain Bashung - Le Secret Des Banquises
Bashung, remplaçant ? Cette année, sans doute. Pas son meilleur disque, mais toujours bien supérieur au lot commun de la variété hexagonale.


6- Foals - Cassius
La hype anglaise de l'année. Pas de grande révolution, mais une certaine efficacité tout de même.


7- Gonzales - Working Together
Après l'excellent "Solo Piano" qui faisait comme son nom l'indique la part belle au piano, façon Erik Satie, Gonzo s'essaie maintenant à la musique soul des années 70. Simple et efficace.



8- Arman Méliès - Casino
Arman Méliès confirme si besoin était qu'il faudra désormais compter avec lui. Son nouveau "Casino" est encore plus soigné que les précédents, même si l'écriture paraît moins spontanée. Si seulement il avait la voix de Dominique A ...


9- The Last Shadow Puppets - The Age Of Understatement
Pas aussi inspiré qu'avec les Arctic Monkeys, Alex Turner fait plutôt ici dans le genre pop orchestrée. Moins percutant, même si ce "Age Of Understatement" est assez réussi.


10- The Notwist - Boneless
Revoilà les Radiohead allemands : de jolies mélodies pour une voix malheureusement un peu molassonne ...



11- Bon Iver - For Emma
Je sais, c'est facile, mais ce gars-là porte bien son nom. Sûr qu'on va passer un bon hiver à l'écoute de ce "For Emma"-là, bien au chaud.


12- The Futureheads - The Beginning Of The Twist
Les Jam font encore recette, la preuve !


13- Shearwater - Rooks
C'est beau comme le meilleur Talk Talk ...

Découvrez Shearwater!


14- My Brightest Diamond - Inside A Boy
La nouvelle Kate Bush ...


15- The Dodos - Fools

ça ressemble à du Arcade Fire mais fait à la maison, avec moins d'instruments.


16- The Walkmen - In The New Year
Morceau idéal pour fêter la nouvelle année : une voix à la Dylan, pour une mélodie entêtante et très sixties.


17- Okkervil River - Lost Coastlines
ça frappe dans les mains, ça fait "lalala", c'est imparable : du folk-rock de chambre qui ne dépareillerait pourtant pas dans un stade ...


18- The Uglysuit - ... And We Became Sunshine
Enthousiasmant en concert, ce groupe m'a un peu déçu sur disque. Leur pop y est malheureusement un peu trop "bridée".


19- TV On The Radio - DLZ
Le buzz de la nouvelle scène rock new-yorkaise : ça me convainc pas complètement hormis peut-être sur ce titre.

Découvrez TV on the Radio!



20- Deerhunter - Agoraphobia
Le nouveau plus grand groupe de rock ? En tout cas, leur album "Microcastle" semble avoir retenu le meilleur du rock de ses vingt dernières années. Bon, ce n'est pas encore très bien digéré, ça manque un peu de personnalité, mais cet "Agoraphobia" fait croire en de beaux lendemains.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

Iggy Pop - Post Pop Depression

Après la mort de l'icône Bowie, c'est plus fort que nous, on essaie de faire le point. Que sont devenus nos idoles ? Ces modèles, ces personnages incontournables de l'histoire du rock. Ces artistes qui ont su traverser les générations, en restant aujourd'hui encore des références pour les plus jeunes. Iggy Pop est évidemment de ceux-là. Même si la figure tutélaire du punk, l'iguane, a pris du plomb dans l'aile depuis pas mal d'années, jusqu'à apparaître dans des spots publicitaires, en parodie de l'éternel rebelle. Comme s'il était le seul à parler à tout le monde dans les chanteurs dits un tant soit peu transgressifs. Mais l'époque de "I Wanna Be Your Dog" ou autres "Penetration" est bien révolue. Le monde a changé, plus très apte à s'offusquer à la première chanson un peu trop crue écoutée. Iggy lui même a vieilli, il l'avoue. Il ne se sent pas rivaliser avec la nouvelle génération. D'ailleurs, où est la re…

Baxter Dury - Prince of Tears

Revoilà Baxter, fils de, et petit prince d'une pop douce-amère aux intonations cockney. Dès les premières notes de "Miami", on reconnait son style si caractéristique, son côté dandy cynique et passablement misanthrope. Dury est adepte de l'humour British : cacher sous une apparente nonchalance (et sans doute quelques verres d'alcool) une profonde mélancolie. Depuis la terrible "Happy Soup", le chanteur est un habitué de mes tops de fin d'année. Ce "Prince of Tears" ou l'éternel sujet du comment se sortir par la musique d'un douloureux chagrin d'amour, devrait ne pas déroger à la règle. Ce disque n'a finalement qu'un seul défaut, celui d'être trop court. Il s'y dégage cette habituelle impression de facilité, comme si ces mélodies allaient de soi. Un peu comme Gainsbourg, dont l'anglais n'a jamais été aussi proche, en son temps. Les arrangements font régulièrement penser à l'auteur de "Melody Nel…