Accéder au contenu principal

Yeah Yeah Yeahs au Bataclan le 30/04/2009


Jeudi dernier, j'étais au Bataclan pour mon premier concert de l'année 2009 ! Et oui, seulement ... Pas terrible quand on tient un blog de zik ! Mais pas facile quand on est nouveau papa ! Enfin, bref, c'était mon premier concert des Yeah Yeah Yeahs aussi, groupe dont j'avais surtout adoré le premier disque et un peu moins les deux suivants, surtout le dernier en fait. Mais je partais tout de même confiant, persuadé que la bande à Karen saurait tout de même être à la hauteur de l'événement. En attendant l'arrivée du groupe new-yorkais, nous avons eu droit à la fameuse première partie. Ils s'appellent HTRK, sont à priori australiens, ont sûrement des origines asiatiques vu leurs têtes, et font de la musique un peu dans l'esprit de My Bloody Valentine et je ne suis pas sûr qu'ils fassent beaucoup parler d'eux dans l'avenir. Car franchement, je n'ai jamais vu un groupe aussi amorphe sur scène. Leur jeu est statique, comme leur musique d'ailleurs : il n'y a aucune progression dans les morceaux, pas même de mélodies. La chanteuse n'a aucun charisme et son jeu de scène se résume à peu près à agiter des maracas de manière mécanique. On a l'impression d'entendre de la musique passée dans un vieux magnétoscope dont les piles seraient usées. Vous savez quand la voix devient grave et la musique ralentie. Bref, sachant que tout ça est noyé sous les larsens, cela devient vite un calvaire pour les oreilles. Une demie heure interminable. Sans doute une des pires prestations qu'il m'ait été donné de voir.


Après trois longs quarts d'heure de préparation avec notamment la mise en place d'un gros globe au centre de la scène, arrivent les Yeah Yeah Yeahs et il ne faut pas 2 secondes pour s'apercevoir de la différence entre les deux formations présentes ce soir-là. C'est souvent comme ça avec les premières parties, on a l'impression qu'ils ne servent que de faire valoir au groupe principal. Mais il faut avouer que les américains sont indéniablement puissants en concert, sans doute encore plus que sur disque. Karen O est une véritable tornade : elle s'amuse, danse dans tous les sens, hurle, chante, rie, balance des confettis, change plusieurs fois de tenues - toutes aussi bariolées les unes que les autres. Elle est incontestablement la chanteuse actuelle la plus classe et la plus rock'n'roll avec PJ Harvey. Tous les principaux tubes du groupe sont joués : "Y Control", "Maps", "Date with the night", "Gold Lion", "Zero", etc. Le public est aux anges, le set est impeccable, très pro finalement malgré l'énergie dépensée. Le seul regret, c'est que tout cela est court, beaucoup trop court, à peine 1h15 de concert. Mais on se dit que le groupe a quand même tout donné. Je sors en nage, je viens peut-être déjà d'assister à mon meilleur concert de l'année - surtout si c'est le seul ;-) A moins que je ne sois devenu "bon public", du fait que j'aille moins souvent à des concerts. D'ailleurs, j'ai trouvé ici un commentaire d'une personne un peu moins emballée que moi. Un rabat-joie sans aucun doute ;-)


Avec en bonus, une vidéo récapitulative du concert (d'assez mauvaise qualité, mais bon, cela donne quand même un aperçu ...) postée sur YouTube. On peut y entendre successivement les chansons : Heads With Roll, Cheated Hearts, Skeletons, Soft Shock, Down Boy, Zero, Y Control & Maps.

Commentaires

  1. Alors oui, c'est la honte, premier concert de l'année seulement ;) ça a dû te faire du bien en tout cas, t'en faisais beaucoup avant ?

    Je n'ai jamais vraiment écouté les Yeah Yeah Yeahs, juste le dernier que je n'aime pas...

    RépondreSupprimer
  2. C'est dommage, leur dernier album est effectivement leur moins bon ...
    Avant, je devais aller voir une quinzaine de concerts par an à peu près sans compter les festivals.
    Cet été, on va quand même essayer d'aller à la Route du Rock à Saint-Malo, histoire de rattraper notre retard :-) Et puis l'affiche s'annonce plutôt pas mal => http://routedurock.free.fr/edition20092.html
    Sinon, tu as bien fait de changer ton site, il est encore plus beau qu'avant. Belles photos de la capitale en tout cas ...

    RépondreSupprimer
  3. mauvaise qualité... on fait avec les moyens du bord! j'avais que mon téléphone portable sur moi, et pourtant j'ai fait l'effort d'enregistrer des extraits du concert. donc quand on utilise la vidéo de quelqu'un d'autre, on n'a pas à se plaindre, non? Du moins, ça serait la moindre des choses à faire pour remercier la personne...
    sinon, merci pour cet article. en tout cas, moi j'ai adoré le concert. l'ambiance était excellente comparée à d'autres groupes aussi importants que les YYYs. et le fait que ce soit trop 'calculé', il y a les concerts de groupes moins importants sur la scène indé, avec des concerts complètement improvisés, et qui dure parfois à peine une heure (ex. Late of the Pier...). En tout cas, je pense que les YYYs méritent quand une meilleure critique que celle-là (n'en parlons pas du lien mentionné dans ce 'post' : en plus, on y trouve des erreurs niaises, ce n'était pas l'anniversaire du guitariste (et d'ailleurs il a un nom, il s'appelle Nick Zinner) et encore moins de son frère (non, Nick Zinner et Karen O ne sont qu'amis), mais c'était celui du père de Nick... Quand on se décide à écrire une critique très péjorative d'un groupe, on essaye au moins de montrer qu'on sait à quoi on s'attaque).

    RépondreSupprimer
  4. Désolé Katherine pour avoir dit que ta vidéo était de mauvaise qualité. Effectivement, c'est déjà sympa d'avoir filmé, ça fait des souvenirs, comme qui dirait. A bientôt j'espère.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Destroyer - Ken

Découvert réellement au moment de son dernier et magnifique "Poison Season" - très bien classé dans mon top albums 2015 - Destroyer est déjà en passe de devenir un de mes groupes préférés. Son nouveau disque "Ken" a une étonnante référence : c'est le titre original du très beau "The Wild Ones" de Suede. Pourtant, l'univers musical de Dan Bejar est assez éloigné de celui de Brett Anderson, même si tous les deux puisent plus leur inspiration en Angleterre qu'en Amérique. La musique, assez proche de son "Kaputt" - son disque le plus adulé par la critique - revient à des sonorités eighties. On croirait entendre une sorte de New Order (les synthés sur "In The Morning" ou "Tinseltown Swimming in Blood") ou de Pet Shop Boys pas dansant, plus précieux et orchestré, qui ferait davantage de bien à la tête qu'aux pieds. "Sky's Grey" fait aussi penser à la classe et l'épure de son précédent album et bea…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

John Maus - Screen Memories

Cela faisait un bail qu'on n'avait pas eu de nouvelles du doux illuminé de John Maus. Depuis son magnifique et intransigeant "We must become the pitiless censors of ourselves" sorti en 2011 et une compilation de vieux titres parue un an après. La musique est toujours la même, sorte d'Ariel Pink, avec qui il a travaillé autrefois, en version cold wave. La chanson "Time to live" sur l'album "Dedicated to Bobby Jameson" de ce dernier fait d'ailleurs beaucoup penser à du John Maus. Comme si Pink était la version joyeuse et Maus la version sombre d'une seule et même idée de la pop musique. Il n'y a pas sur "Screen Memories" de titres aussi monumentaux que "Believer". C'est plutôt le genre de disque assez homogène qui s'écoute d'une traite, sans sauter de morceaux, parce que la qualité et le style restent constants.  Le gars aime toujours autant bidouiller des sons synthétiques sur ses machines, créan…