3 juin 2009

Jarvis Cocker - Further Complications


Bon, je dois avouer que je n'attendais pas grand chose de ce nouveau disque de Jarvis Cocker. C'est assez triste quand je pense qu'il était un des héros de mon adolescence. Oui, mais voilà depuis "This Is Hardcore" paru en 1998, c'est-à-dire il y a plus de 10 ans, je n'accroche plus vraiment. "Further Complications" marque pourtant une rupture avec son précédent disque, qui était son premier en solo, depuis la séparation de Pulp. "Jarvis" était un disque adulte, trop adulte même, un peu pantouflard. Celui-là se voudrait plus jeune, mais il n'en reste pas moins assez quelconque. Il faut croire que depuis que Jarvis vit en France (sa femme est une styliste française, c'est elle sur la photo ci-dessus), il a perdu toute inspiration. Comme quoi la pop et notre pays n'ont jamais été très copains. Sur ce nouveau disque, il a aussi pris comme producteur, le fameux Steve Albini, sans doute le plus surestimé de l'histoire du rock, responsable entre autres du son de "Surfer Rosa", "In Utero" ou "Rid Of Me", à savoir les moins bons disques de leurs auteurs respectifs. Parce qu'Albini transforme tout ce qu'il touche en une musique de bourrins, sans finesse. C'est malheureusement le cas ici, et c'est assez surprenant de la part de l'ancien chanteur de Pulp. Cocker est désormais à ranger dans la même catégorie que Morrissey ou Brett Anderson. Définitivement has-been.(Site officiel)

5/10

Chroniques :
Télérama
Pitchfork
Fluctuat.net
NME

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire