Accéder au contenu principal

Woods - Songs Of Shame


Voici une nouvelle chronique d'un groupe estampillé Pitchfork, le célèbre site internet du rock indé US. Ben ouais, c'est plus fort que moi, il faut absolument que j'écoute tous les albums ayant le label "Best New Music" sur leur site. Bien sûr, je ne suis pas toujours d'accord avec eux, mais souvent, ils me permettent de découvrir de nouveaux groupes talentueux, comme dernièrement Pains Of Being Pure At Heart ou Titus Andronicus. Cette fois-ci, il s'agit d'un obscur groupe dénommé Woods, ils font du folk, mais du folk un peu bancal - Pitchfork oblige. Ils reprennent quelque part le flambeau un peu délaissé par Mark Linkous et son fameux groupe Sparklehorse. Du Neil Young avec un son plus cradingue, plus bricolo donc. Du Neil Young fait dans le garage, quoi. C'est quelque fois réussi ("Military Madness", "The Number", "Rain on"), quelque fois moins (le long et inutile "September with Pete"), ça n'est pas non plus révolutionnaire, juste pas mal. Un peu déçu donc de cette nouvelle découverte Pitchfork. On ne peut pas gagner à tous les coups. (MySpace)

6/10


Chroniques :
Millefeuille
Pitchfork

Commentaires

  1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  2. Je ne sais pas si le nouveau Thee Oh Sees (ma review) a le label en question mais il a un huit sur dix bien mérité et assez rare pour un groupe garage sur Pitch!

    Ceci dit, le Woods est dans mes carnets avec un degré de priorité un peu augmenté suite à cette chronique.

    RépondreSupprimer
  3. "estampillé pitchfork"
    "un folk un peu bancal, pitchfork oblige"

    euh faut arrêter on dirait presque que c'est eux qui les produisent oh. c'est juste un gars qui donne son avis hein.
    ils jouent en lo-fi d'où l'aspect crade, je dis ça je dis rien mais il serait sage de votre part d'aller écouter leur prods précédentes "At Rear House" et "How to survive in + in the woods" qui était quand même mieux à mon avis.
    voilà je m'en vais grogner ailleurs.

    RépondreSupprimer
  4. Tout d'abord, merci Xavier d'être venu grogner ici.
    Pitchfork, je pense que c'est un peu plus qu'un gars qui donne son avis. La preuve, on en parle ici ... et ailleurs aussi beaucoup sans doute.
    Ils ont de l'influence, c'est indéniable. A partir de là, ce n'est pas eux qui produisent bien sûr, mais j'imagine qu'ils doivent avoir des liens assez étroits avec certains artistes, il ne faut se leurrer non plus. D'autant qu'il existe un festival rock organisé par Pitchfork ... Il faut qu'ils vendent leur came :-)
    Quant au côté crade, pour moi, ce n'était pas péjoratif, loin de là ...

    RépondreSupprimer
  5. oui oui
    mais bon creusez la disco du groupe. Les deux LP de Woods que j'ai cité au dessus valent le détour aussi.

    RépondreSupprimer
  6. Merci Xavier, je vais essayer de m'y intéresser ...

    RépondreSupprimer
  7. Hey thеrе! I coulԁ hаve sworn I've been to this site before but after checking through some of the post I realized it's nеw to me.
    Anуways, I'm definitely delighted I found it and I'll
    be book-marking anԁ checking back frequently!
    Take a look at my homepage ... Http://Prisondate.Info/Kxftodd

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Destroyer - Ken

Découvert réellement au moment de son dernier et magnifique "Poison Season" - très bien classé dans mon top albums 2015 - Destroyer est déjà en passe de devenir un de mes groupes préférés. Son nouveau disque "Ken" a une étonnante référence : c'est le titre original du très beau "The Wild Ones" de Suede. Pourtant, l'univers musical de Dan Bejar est assez éloigné de celui de Brett Anderson, même si tous les deux puisent plus leur inspiration en Angleterre qu'en Amérique. La musique, assez proche de son "Kaputt" - son disque le plus adulé par la critique - revient à des sonorités eighties. On croirait entendre une sorte de New Order (les synthés sur "In The Morning" ou "Tinseltown Swimming in Blood") ou de Pet Shop Boys pas dansant, plus précieux et orchestré, qui ferait davantage de bien à la tête qu'aux pieds. "Sky's Grey" fait aussi penser à la classe et l'épure de son précédent album et bea…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

John Maus - Screen Memories

Cela faisait un bail qu'on n'avait pas eu de nouvelles du doux illuminé de John Maus. Depuis son magnifique et intransigeant "We must become the pitiless censors of ourselves" sorti en 2011 et une compilation de vieux titres parue un an après. La musique est toujours la même, sorte d'Ariel Pink, avec qui il a travaillé autrefois, en version cold wave. La chanson "Time to live" sur l'album "Dedicated to Bobby Jameson" de ce dernier fait d'ailleurs beaucoup penser à du John Maus. Comme si Pink était la version joyeuse et Maus la version sombre d'une seule et même idée de la pop musique. Il n'y a pas sur "Screen Memories" de titres aussi monumentaux que "Believer". C'est plutôt le genre de disque assez homogène qui s'écoute d'une traite, sans sauter de morceaux, parce que la qualité et le style restent constants.  Le gars aime toujours autant bidouiller des sons synthétiques sur ses machines, créan…