Accéder au contenu principal

Sammy Decoster - Tucumcari


Bonjour à tous, je suis de nouveau de retour de congés et oui, je sais, j'ai de la chance. Et cette fois-ci, mes vacances auront été plutôt studieuses - mauvais temps oblige - puisque vous aurez droit dans les prochains jours (prochaines heures ?) à pas mal de nouvelles chroniques de disques. Vous allez aussi voir qu'en vacances, bizarrement, je suis assez sévère et ouais, c'est comme ça. Les notes seront pas bien folichonnes. A commencer par ce Sammy Decoster, un nouveau chanteur français qui se prend pour un amerloque. Il paraît que sur scène, c'est vachement bien. Toujours est-il que sur disque, je trouve ça assez quelconque, c'est quelque part entre les premiers disques de Noir Désir pour les textes et le côté rock et les derniers albums de Murat pour le côté folk des grands espaces, un peu bouseux. Le problème, c'est que ça n'a ni la rage des premiers ni la poésie du second. Les textes sont même assez impersonnels. Bref, ça manque indéniablement de personnalité. Et pourtant, on sent que le gars a envie de se la jouer rebelle : "Je partirai me suicider à Hawai", nous dit-il. J'ai quand même du mal à y croire. C'est sans doute parce que je n'ai jamais été fan de Mickey 3D ...(MySpace)

5/10

Chroniques :
Branche ton sonotone
Rigolotes chroniques, futiles et insolentes
Magic

Commentaires

  1. Ceux qui critiquent le plus sont souvent des frustrés incapables de produire quoi que ce soit par eux même... Voir la paille du voisin est souvent plus facile. N'est-ce pas!
    Bref, pour le connaitre personnellement, Sammy ne correspond en rien à votre interpretation psycho-pillier de bistro.
    Si vous n'aimez pas, n'en dégoûtez pas les autres.

    RépondreSupprimer
  2. Ah ... toujours la même rengaine contre les critiques de disques : "Vous n'êtes pas capable de faire aussi bien alors fermez-la !"
    Oui, mais ça serait un peu facile. Désolé d'avoir garder un esprit critique et ne pas tout accepter sous prétexte que "je suis incapable de produire quoi que ce soit" ... Quel monde aseptisé vous me décrivez là ! Quant à Sammy Decoster, je ne doute que cela soit une personne charmante. Ma chronique n'est qu'un avis personnel sur sa musique, après, à chacun de se faire sa propre opinion. Si j'ai réussi à vous dégoûter de Sammy Decoster rien qu'avec ma chronique, c'est que vous ne deviez pas l'aimer tant que ça. A bon entendeur.

    RépondreSupprimer
  3. Vincent a raison. On peut critiquer ce qu'on écoute sans étre un compositeur. On fait partager ce qu'on aime ou n'aime pas.
    Le problème c'est "le dire".
    Dans cette critique, on retrouve des associations
    avec Noir Désir et Jean louis Murat très excessives et non fondées ( copiées sur le Net ? ). Sammy Decoster n'est pas un chanteur à textes. Priorité à la musique.On n'est pas dans la chanson. Ceci étant, les textes sont orientés vers l'imaginaire, par touches impressionistes.A chacun d'imaginer et se faire son "trip".
    Vincent écrit : "un nouveau chanteur français qui se prend pour un amerloque". Et bien oui, ses influences sont typiquement américaines. Elles sont d'ailleurs revendiquées. Mais à mon avis, il n'y a pas actuellement un seul chanteur français capable de faire de l'" americana " authentique et crédible en "français dans le texte ".
    " il parait que sur scène c'est vachement bien ".
    Oui si vous avez l'occasion, c'est un vrai "showman".Que du bonheur.
    Remarque : en France, malheureusement, pour être crédible il faut chanter en anglais. Les textes peuvent être impersonnels , on s'en fout.
    Votre playlist : pour moi c'est de la musique d'ascenseur ou de supermarché.Je critique un critique.

    RépondreSupprimer
  4. Décidément, cette chronique fait parler ... (mais peut-être est-ce le même lecteur qui se cache à chaque fois derrière le pseudo "Anonyme" ?)
    Pour l'association avec Noir Désir, elle concerne surtout la voix très ressemblante de celle de Cantat. Pour Murat, il s'agit plus de l'influence américaine ... Je n'ai malheureusement même pas pompé ces références sur d'autres sites du net. Je les ai trouvé toutes seules comme un grand ;-)
    Pour les textes impersonnels, c'est aussi en comparaison de Noir Désir et Murat ... Non seulement, je trouve la musique de Decoster assez quelconque, mais ces textes aussi. A la différence des 2 autres ...
    Quant à la musique d'ascenseur, chacun sa croix monsieur mais j'assume entièrement mes choix ...

    RépondreSupprimer
  5. Juste pour info : "j'irai me suicider à Hawaï" doit sans doute faire référence à l'assassinat de Lennon par Mark David Chapman. C'est gros comme un building mais bon je veux bien croire qu'il soit plus facile de tomber dans le saccage. Sinon, niveau influence, je mettrais sa musique plutôt du côté du rock alternatif américain (sonic youth, sebadoh & compagnie + presley, cash et autre) que des français que vous citez. Prenez l'"exil" par exemple et voyez l'énergie qui en rayonne. J'ai bien peur qu'il vous faille travailler encore votre oreille !! Allez, bon courage.

    RépondreSupprimer
  6. Bon, un peu de musique maintenant...

    http://www.dailymotion.com/video/xh21xr_house-of-the-rising-sun-by-megaphone-ou-la-mort-live-cover_music

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

The Monochrome Set - Fabula Mendax

Le Monochrome Set existe depuis bientôt 40 ans. Il a connu une période faste à ses débuts, à l'orée des années 70 et 80, durant laquelle le groupe inventait une pop à nulle autre pareille, bien éloignée du mouvement post-punk alors en plein essor ou de la new-wave balbutiante. La formation menée par Ganesh Seshadri, alias Bid, un soit-disant authentique prince indien, est à l'origine de beaucoup de vocations, notamment Morrissey ou Edwyn Collins. Le groupe arrivé trop tôt, reviendra trop tard dans les années 90, à l'heure de la brit-pop. Leurs mélodies précieuses et délicates n'avaient pas grand chose à voir avec le rock direct et un peu simplet de Oasis et consorts. Puis, il y a eu une nouvelle reformation à la fin des années 2000, après 10 nouvelles années de disette. Celle-ci ne semblait plus rien vouloir du tout, ne surfant pas avec une quelconque mode par essence éphémère. On sait déjà que le succès n'arrivera jamais, d'autant que la formation londonienne…

Temples - Hot Motion

Si le rock était encore à la mode, les anglais de Temples pourraient assurément emporter la mise, renvoyant les australiens de Tame Impala dans leur 22, avec ce "Hot Motion", troisième album encore plus direct et calibré que les précédents. Après avoir (un peu) délaissé les guitares pour les claviers, le temps de "Volcano", ils reviennent à un style plus "classique" et proche de leur premier essai, l'excellent "Sun Structures". C'est toujours la même recette : des mélodies accrocheuses dans la plus pure tradition anglaise, relevées par des arrangements très psychédéliques avec un bon gros son qui claque. Si on flirte parfois avec la facilité, comme sur "The Howl", ces jeunes anglais chics et très (trop?) stylés arrivent toujours à faire passer la pilule avec un petit changement de direction imprévu.  Car si le chemin d'ensemble est bien balisé, le groupe s'autorise de légères sorties de route qui font que ce "Hot …

Kraftwerk - festival Days Off - Philharmonie de Paris - samedi 13 juillet 2019

Après la visite (un peu décevante) de l'Expo Électro dans l'après-midi, nous avons enchaîné avec un concert d'un des plus groupes les plus (si ce n'est le plus) influents de la musique électronique : Kraftwerk. Comme ce style s'accompagne souvent d'un décorum particulier - on n'a toujours pas oublié les shows gargantuesques de Jean-Michel Jarre -, on attendait avec une certaine impatience la soirée depuis de longs mois déjà. Un concert avec lunettes 3D ? C'est la première fois que nous tentions l'expérience. Après le concert ultra chorégraphié et sans fil de David Byrne de l'an passé, la Philharmonie de Paris semble être le lieu privilégié des prestations hors normes, prêt à phagocyter toutes les expériences musicales et visuelles mémorables. Le concert ne débuta qu'à 22h sans première partie - comment passer avant ce qui allait suivre de toute façon ? - et tout de suite, notre attente ne fut pas déçue. A peine après avoir enfilé les lunett…