Accéder au contenu principal

Sammy Decoster - Tucumcari


Bonjour à tous, je suis de nouveau de retour de congés et oui, je sais, j'ai de la chance. Et cette fois-ci, mes vacances auront été plutôt studieuses - mauvais temps oblige - puisque vous aurez droit dans les prochains jours (prochaines heures ?) à pas mal de nouvelles chroniques de disques. Vous allez aussi voir qu'en vacances, bizarrement, je suis assez sévère et ouais, c'est comme ça. Les notes seront pas bien folichonnes. A commencer par ce Sammy Decoster, un nouveau chanteur français qui se prend pour un amerloque. Il paraît que sur scène, c'est vachement bien. Toujours est-il que sur disque, je trouve ça assez quelconque, c'est quelque part entre les premiers disques de Noir Désir pour les textes et le côté rock et les derniers albums de Murat pour le côté folk des grands espaces, un peu bouseux. Le problème, c'est que ça n'a ni la rage des premiers ni la poésie du second. Les textes sont même assez impersonnels. Bref, ça manque indéniablement de personnalité. Et pourtant, on sent que le gars a envie de se la jouer rebelle : "Je partirai me suicider à Hawai", nous dit-il. J'ai quand même du mal à y croire. C'est sans doute parce que je n'ai jamais été fan de Mickey 3D ...(MySpace)

5/10

Chroniques :
Branche ton sonotone
Rigolotes chroniques, futiles et insolentes
Magic

Commentaires

  1. Ceux qui critiquent le plus sont souvent des frustrés incapables de produire quoi que ce soit par eux même... Voir la paille du voisin est souvent plus facile. N'est-ce pas!
    Bref, pour le connaitre personnellement, Sammy ne correspond en rien à votre interpretation psycho-pillier de bistro.
    Si vous n'aimez pas, n'en dégoûtez pas les autres.

    RépondreSupprimer
  2. Ah ... toujours la même rengaine contre les critiques de disques : "Vous n'êtes pas capable de faire aussi bien alors fermez-la !"
    Oui, mais ça serait un peu facile. Désolé d'avoir garder un esprit critique et ne pas tout accepter sous prétexte que "je suis incapable de produire quoi que ce soit" ... Quel monde aseptisé vous me décrivez là ! Quant à Sammy Decoster, je ne doute que cela soit une personne charmante. Ma chronique n'est qu'un avis personnel sur sa musique, après, à chacun de se faire sa propre opinion. Si j'ai réussi à vous dégoûter de Sammy Decoster rien qu'avec ma chronique, c'est que vous ne deviez pas l'aimer tant que ça. A bon entendeur.

    RépondreSupprimer
  3. Vincent a raison. On peut critiquer ce qu'on écoute sans étre un compositeur. On fait partager ce qu'on aime ou n'aime pas.
    Le problème c'est "le dire".
    Dans cette critique, on retrouve des associations
    avec Noir Désir et Jean louis Murat très excessives et non fondées ( copiées sur le Net ? ). Sammy Decoster n'est pas un chanteur à textes. Priorité à la musique.On n'est pas dans la chanson. Ceci étant, les textes sont orientés vers l'imaginaire, par touches impressionistes.A chacun d'imaginer et se faire son "trip".
    Vincent écrit : "un nouveau chanteur français qui se prend pour un amerloque". Et bien oui, ses influences sont typiquement américaines. Elles sont d'ailleurs revendiquées. Mais à mon avis, il n'y a pas actuellement un seul chanteur français capable de faire de l'" americana " authentique et crédible en "français dans le texte ".
    " il parait que sur scène c'est vachement bien ".
    Oui si vous avez l'occasion, c'est un vrai "showman".Que du bonheur.
    Remarque : en France, malheureusement, pour être crédible il faut chanter en anglais. Les textes peuvent être impersonnels , on s'en fout.
    Votre playlist : pour moi c'est de la musique d'ascenseur ou de supermarché.Je critique un critique.

    RépondreSupprimer
  4. Décidément, cette chronique fait parler ... (mais peut-être est-ce le même lecteur qui se cache à chaque fois derrière le pseudo "Anonyme" ?)
    Pour l'association avec Noir Désir, elle concerne surtout la voix très ressemblante de celle de Cantat. Pour Murat, il s'agit plus de l'influence américaine ... Je n'ai malheureusement même pas pompé ces références sur d'autres sites du net. Je les ai trouvé toutes seules comme un grand ;-)
    Pour les textes impersonnels, c'est aussi en comparaison de Noir Désir et Murat ... Non seulement, je trouve la musique de Decoster assez quelconque, mais ces textes aussi. A la différence des 2 autres ...
    Quant à la musique d'ascenseur, chacun sa croix monsieur mais j'assume entièrement mes choix ...

    RépondreSupprimer
  5. Juste pour info : "j'irai me suicider à Hawaï" doit sans doute faire référence à l'assassinat de Lennon par Mark David Chapman. C'est gros comme un building mais bon je veux bien croire qu'il soit plus facile de tomber dans le saccage. Sinon, niveau influence, je mettrais sa musique plutôt du côté du rock alternatif américain (sonic youth, sebadoh & compagnie + presley, cash et autre) que des français que vous citez. Prenez l'"exil" par exemple et voyez l'énergie qui en rayonne. J'ai bien peur qu'il vous faille travailler encore votre oreille !! Allez, bon courage.

    RépondreSupprimer
  6. Bon, un peu de musique maintenant...

    http://www.dailymotion.com/video/xh21xr_house-of-the-rising-sun-by-megaphone-ou-la-mort-live-cover_music

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Top albums 2017

Vous l'attendiez tous - si, si, ne dites pas le contraire - mon top albums 2017 ! Ce ne fut une fois de plus pas chose aisée, même aux toutes premières places, car aucun disque ne se dégageait facilement du lot. Pas de grande révélation pour moi cette année, on retrouve donc dans ce classement, des habitués. La principale déception, même si toute relative car l'album est quand même très bon, reste le retour de LCD Soundsystem. Le groupe devait normalement écraser la concurrence, il n'en fut rien. Leur musique est devenue plus réfléchie et moins dansante. Moins marquante donc pour moi. Sinon, dans ceux qui sont restés à la porte de ce top 10 et qui n'ont pas démérité, il y a Babx, Destroyer, Alex Cameron, Xiu Xiu ou Feist. Mais trève de discours, voici donc, en toute subjectivité, mes 10 disques préférés de l'année écoulée.

10. Snapped Ankles - Come Play The Trees
Les anglais de Snapped Ankles pratiquent une sorte de musique hybride, mélange de post-punk, d'élect…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

Montero - Performer

"Performer" est le deuxième album de Bjenny Montero, australien d'une quarantaine d'années, plus connu dans le milieu du rock indépendant pour ses talents de dessinateur que ceux de chanteur ou musicien. Il a notamment travaillé pour des artistes comme Mac Demarco - dont il a aussi fait la première partie - Ariel Pink ou Pond, soit pour les pochettes de disques soit pour des tee-shirts. Le gars avait même presque tiré un trait sur sa carrière musicale, d'une part parce qu'il avoue préférer le dessin, d'autre part parce qu'il sait qu'il ne rencontrera jamais le succès dans ce domaine. Dis comme ça, on ne peut s'empêcher d'avoir un peu d'affection pour le bonhomme, sorte de loser revendiqué, un brin fantaisiste et jemenfoutiste.
Surtout que "Performer" est un excellent disque de soft-rock, quelque part entre MGMT pour le côté mélodique et psychédélique et Ariel Pink pour le côté kitsch assumé et bricolé et l'inspiration ne…