Accéder au contenu principal

Sonic Youth (9/15) : Washing Machine

Neuvième album de Sonic Youth et l'impression que le groupe tourne quand même un peu en rond. Avec le précédent "Experimental, Jet Set ...", ils semblaient pourtant avoir pris leur distance avec la vague grunge généré par Nirvana. Avec "Washing Machine", c'est le retour à des choses plus connues et des rythmes plus typiques du groupe new-yorkais. Et bizarrement, c'est justement le genre de disques qui rebutera sans doute le plus le néophyte de leur univers. Car ce qui est classique chez Sonic Youth ne l'est justement pas du commun des mortels. Cet album retourne donc à l'esprit de "Dirty" et même s'il contient son lot de bonnes chansons comme l'efficace "Becuz", la gentille ballade "Little Trouble Girls" (en duo avec la bassiste des Pixies et Breeders Kim Deal) ou le très étiré et expérimental "The Diamond Sea", "Washing Machine" n'est pour moi pas un disque très marquant dans la carrière de Sonic Youth. Les morceaux ont beau être aussi longs que sur "Daydream Nation", ils n'en ont pas toute la puissance et la complexité. S'amorce alors une période où le groupe restera un peu en retrait de l'actualité musicale : manque de renouvellement ? manque d'inspiration ? recherche d'un second souffle ? Un peu de tout ça sans doute. Bien sûr, les fans purs et durs resteront présents et fidèles. Pour les autres comme pour moi, il faudra patienter encore quelques années ...

Clip de "Little Trouble Girls" :












Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Destroyer - Ken

Découvert réellement au moment de son dernier et magnifique "Poison Season" - très bien classé dans mon top albums 2015 - Destroyer est déjà en passe de devenir un de mes groupes préférés. Son nouveau disque "Ken" a une étonnante référence : c'est le titre original du très beau "The Wild Ones" de Suede. Pourtant, l'univers musical de Dan Bejar est assez éloigné de celui de Brett Anderson, même si tous les deux puisent plus leur inspiration en Angleterre qu'en Amérique. La musique, assez proche de son "Kaputt" - son disque le plus adulé par la critique - revient à des sonorités eighties. On croirait entendre une sorte de New Order (les synthés sur "In The Morning" ou "Tinseltown Swimming in Blood") ou de Pet Shop Boys pas dansant, plus précieux et orchestré, qui ferait davantage de bien à la tête qu'aux pieds. "Sky's Grey" fait aussi penser à la classe et l'épure de son précédent album et bea…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

John Maus - Screen Memories

Cela faisait un bail qu'on n'avait pas eu de nouvelles du doux illuminé de John Maus. Depuis son magnifique et intransigeant "We must become the pitiless censors of ourselves" sorti en 2011 et une compilation de vieux titres parue un an après. La musique est toujours la même, sorte d'Ariel Pink, avec qui il a travaillé autrefois, en version cold wave. La chanson "Time to live" sur l'album "Dedicated to Bobby Jameson" de ce dernier fait d'ailleurs beaucoup penser à du John Maus. Comme si Pink était la version joyeuse et Maus la version sombre d'une seule et même idée de la pop musique. Il n'y a pas sur "Screen Memories" de titres aussi monumentaux que "Believer". C'est plutôt le genre de disque assez homogène qui s'écoute d'une traite, sans sauter de morceaux, parce que la qualité et le style restent constants.  Le gars aime toujours autant bidouiller des sons synthétiques sur ses machines, créan…