19 octobre 2009

Emilie Simon - The Big Machine


Voici l'album français de la semaine avec un peu de retard. Il s'agit d'un album chanté presque entièrement en ... anglais : le nouveau disque d'Emilie Simon, la sur-diplômée de la musique de chez nous, notre équivalent national de Björk en terme de bizarreries musicales électroniques. Sauf que cette fois-ci, de bizarrerie, il n'y a pas. Loin de là. C'est plutôt du côté de la pop classique de Kate Bush qu'il faut aller chercher l'inspiration. Car difficile de ne pas y faire référence en parlant de "The Big Machine" tellement son ombre est derrière chaque morceau, chaque intonation, chaque mélodie. On peut d'ailleurs dire que dans l'ensemble, c'est assez réussi comme imitation, ça vaut largement un bon disque de l'anglaise. "Rainbow" par exemple, le titre en ouverture est plutôt bon. Mais n'étant pas un grand fan de Kate Bush, ce disque ne m'a pas spécialement emballé non plus. En tout cas, cette Emilie Simon n'est décidément jamais là où on l'attend, car si, ces précédents disques étaient glacials et froids (référence à la BO de "La Marche de l'Empereur"), celui-là est presque trop léger et immédiat. De la pop dans le premier sens du terme donc, dans tout ce qu'elle peut avoir de facilement accessible et populaire. La consécration du grand public et pas de victoire de la musique pour une fois ? Histoire de changer un peu des habitudes. (Site officiel)

6/10

Chroniques :
Playlist Society
La musique est une histoire sans fin
Culturopoing

2 commentaires:

  1. Je suis un petit peu déçue pour ma part.. Cet album surf sur la vague déjà bien établie du 'revival80's' et suivre le courant n'était pas vraiment dans ses habitudes. Et puis on ne trouve plus tous ces petits bruits et murmures bien à elle, fabriqués de toutes pièce... Oui, on me dira que c'est la grosse machine, sure :)

    RépondreSupprimer
  2. C'est un album qui nécessite plusieurs écoutes, mais les sonorités electro sont bel et bien là !
    Commercial...non, Emilie Simon, oui toujours.
    Une merveilleuse évolution.
    A voir en concert absolument ( où le côté electro est bien présent justement).
    Merci Emilie !

    RépondreSupprimer