Accéder au contenu principal

Mes indispensables : The Feelies - The Good Earth (1986)


Après la réédition de tous les albums de Beatles (promis, c'est la dernière fois que j'en parle), voici celle, autrement plus intéressante, des deux premiers disques des Feelies. Pourquoi plus intéressante ? Tout simplement parce que ces deux-là étaient devenus presque introuvables et qu'il était donc temps de remédier à cette odieuse injustice. Surtout leur deuxième, celui-ci donc, le bien-nommé "The Good Earth". Parce qu'il n'est injustement pas considéré comme leur meilleur - on lui préfère généralement le brouillon et plus expérimental "Crazy Rhythms" -. Il est ici effectivement question de disque terrien, de folk rural, mais toujours avec ce jeu de guitares caractéristique de la divine paire Million-Mercer. Les deux compères ont arrêté les surdoses de caféine et de Guronsan et en profitent pour délivrer leur disque le plus aérien, le plus compact, le plus homogène aussi. La tension est toujours là, mais plus légère, mieux maîtrisée. Tous les titres pourraient être cités, à l'inverse de "Crazy Rhythms" où quelques uns sortent irrémédiablement du lot, il n'y a aussi pas de reprises (ni Beatles, ni Rolling Stones, ni plus tard Velvet Underground) , pas de baisse de régime non plus. On croirait d'ailleurs entendre un seul et même morceau évoluant au fil des accords de guitares et des quelques paroles murmurées plus que chantées. On pourrait donc s'arrêter dès la fin du premier morceau, le génial "On The Roof", parce que tout est déjà là, mais on continue malgré nous, parce qu'on aime ça. The Feelies, c'est le chaînon manquant entre Television pour les magnifiques enchevêtrements de guitares et R.E.M pour le côté folk mélodique. C'est Peter Buck, fan de la première heure, qui produira d'ailleurs ce disque.
J'ai découvert, pour ma part, ce groupe il y a plus de 10 ans maintenant, grâce au magazine des Inrocks, par l'intermédiaire d'un classement des meilleurs disques de la période 1986-1995, à une époque où Les Inrocks étaient encore capables de défricher de nouveaux talents avant les autres, à une époque où internet n'existait pas encore ou presque. Dernièrement, The Feelies s'est reformé - ben, ouais, eux aussi ! - pour quelques dates aux Etats-Unis. Cette réédition pourrait aussi être l'occasion d'une éventuelle tournée européenne, avec un passage par Paris. Qui sait ?

Commentaires

  1. Oh que ca fait plaisir d'entendre parler des Feelies. En revanche je suis pas vraiment d'accord, Crazy Rhythms n'est ni brouillon ni experimental. Par contre je n'ai jamais écouté The Good Earth par peur d'être déçu mais je testerai..
    S'ils passent à Paris tu peux être sur que j'y serais!

    RépondreSupprimer
  2. Effectivement, brouillon et expérimental, cela s'entend en comparaison de "The Good Earth", moins heurté et plus fluide.

    RépondreSupprimer
  3. C'est marrant mais j'ai découvert nombres de disques avec ce classement des meilleurs disques de la période 1986-1995 selon les Inrocks. D'ailleurs, je l'ai même retranscris en format texte sur mon ordi.
    "The Good Earth" est vraiment bon, plus "pop" après le Post-punk de "Crazy Rythms".
    Et en cette année 2011, ils sont de retour avec l'excellent "Here Before", album que l'on jurerait avoir été enregistré par des p'tits jeunes rockers !
    "Only Life" est pas mal aussi !!!

    A + et toujours bravo pour "tes indispensables", à toi et à ta collège, qui sont très proches de MES disques à moi !!!!

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Lucie

L'autre jour, en lisant l'article intitulé « ça rime à quoi de bloguer ? » sur le très bon blog « Words And Sounds » - que vous devez déjà connaître, mais que je vous recommande au cas où cela ne serait pas le cas - je me disais, mais oui, cette fille a raison : « ça rime à quoi la musique à papa? ». Enfin, non, sa réflexion est plutôt typiquement féminine : trouvons un sens derrière chaque chose ! Nous, les hommes, sommes plus instinctifs, moins réfléchis. C'est sans doute pour ça que dans le landernau (je ne sais pas pourquoi, j'aime bien cette expression, sans doute parce que ça fait breton :-) des « indierockblogueurs », il y a surtout des mecs. Un mec est par contre bizarrement plus maniaque de classements en tout genre, surtout de classements complètement inutiles dans la vie de tous les jours. Pour ceux qui ne me croient pas, relisez donc Nick Hornby. Et je dois dire que je n'échappe pas à la règle, même si j'essaie de me soigner. J'ai, par exemple,…

Top albums 2018

10. Montero - Performer
Chez Montero, la musique est avant tout un hobby. Le monsieur est d'abord dessinateur. Du coup, il publie un disque que lorsqu'il en a envie et que le résultat lui convient. "Performer" est donc un album d'amateur, sans prétention, dans l'esprit d'un Ariel Pink. C'est souvent ce genre d'attitude qui est à l'origine des plus belles œuvres. 
9. The Good, the Bad and the Queen - Merrie Land
Depuis plusieurs années, il est difficile de suivre Damon Albarn dans toutes ses pérégrinations, alternant le très bon et le moins. Si les derniers Gorillaz ne m'ont pas tellement convaincu, le retour de son super groupe, The Good, The Bad and The Queen est une belle réussite. Il y revient à ses premiers amours de la pop anglaise, comme à l'époque bénie de "Parklife", y ajoutant une maturité et une vision plus désabusée de la société britannique. Le Brexit est passé par là et s'il est à l'origine d'aussi bea…

The Walkmen - In The New Year (2008)

A chaque fois, je me demande quelle chanson conviendrait le mieux pour débuter l'année. Chaque année, c'est pourtant la même qui revient comme une évidence. Parce qu'elle a tout : l'efficacité, l'immédiateté et le thème adéquat (et accessoirement un très joli clip). "It's gonna be a good year", voilà ce qu'on souhaite tous. "I'm just like you. I never hear the bad news.", voilà ce qu'on essaie tous, ne garder que le meilleur. The Walkmen fait partie de ces éternels groupes de seconde zone, parce qu'ils n'ont pas eu le bon timing, le renouveau rock initié par les Strokes, les White Stripes ou Interpol était déjà en perte de vitesse au moment où les "marcheurs" ont débarqué vers 2004 avec leur "tube" "The Rat". Même lorsque leur musique est utilisée comme bande son d'une série à succès ("Heaven" pour le dernier épisode de "How I Met Your Mother"), The Walkmen reste cett…