29 octobre 2009

Richard Hawley - Truelove's Gutter


Et merde, je me suis trompé ... J'avais déjà écouté les précédents albums du bonhomme et je n'avais pour ma part pas accroché : trop lisse, un peu chiant. Je devais sans doute me fier à son allure un peu ringarde de crooner sur le retour, mi Frank Sinatra, mi Johnny Cash, pas le genre de musique dont je raffole. Et puis, cette fois-ci, j'ai essayé d'écouter son nouveau disque sans à priori, rien que pour la musique, l'émotion qu'elle dégage. Et ma foi, je suis revenu sur ma position, car même si j'admets quand même que ce n'est pas forcément ma tasse de thé, ce "Truelove's Gutter" est, ce qu'on pourrait appeler, un disque classieux. Il y a ici une telle sobriété dans la voix, dans les mélodies, une telle économie de moyens dans les effets... Et réussir malgré tout à émouvoir, ça ne peut que forcer le respect. Cet album est à ranger à côté du dernier Bill Callahan, en plus anglais, plus dandy, moins folk. Le genre de disque qui doit rendre jaloux plus d'un Brett Anderson ... (Site officiel)

7/10

Chroniques :
Les Inrocks
Pitchfork
Uncut

3 commentaires:

  1. Je l'adore ce bonhomme, ce crooner attanchant et un peu ringuard.

    RépondreSupprimer
  2. Heureux de constater que tu as révisé ton jugement initial sur Hawley (exprimé sur le blog d'Erwan) avec cet album magnifique !

    Non, Richard n'est pas "ringard" (sauf à considérer que tous les crooners le sont.) Il ne se la joue pas du tout (alors qu'il le pourrait avec sa voix exceptionnelle...)

    RépondreSupprimer
  3. J'adore aussi. J'adore surtout son histoire de chanteur et compositeur d'exception qui est trop longtemps resté dans l'ombre d'un autre (Jarvis Cocker) et qui a compris très (trop) tardivement à quel point sa voix méritait de se faire entendre sur disque.

    RépondreSupprimer