23 novembre 2009

Mes indispensables : The Fall - This Nation's Saving Grace (1985)


Un nouvel album de The Fall est prévu pour le mois de janvier prochain et je me disais donc qu'il serait pas mal de parler un petit peu du joujou de l'inénarrable Mark E. Smith. Joujou, car à part lui, je crois qu'il ne reste plus aucun des membres de la formation originelle plus de trente ans après. The Fall, c'est aussi une palanquée de disques, à raison d'une moyenne d'environ un album tous les ans, il paraît donc difficile aux communs des mortels de les avoir tous écouté, à l'exception peut-être des fans purs et durs. Alors, ce disque, "This Nation's Saving Grace" parut en 1985 est souvent présenté comme leur classique. Et je dois dire que c'est assez justifié, même si comme je l'ai fait comprendre plus haut, je n'ai moi-même pas écouté tout The Fall. Pour les novices, The Fall, c'est la quintessence du punk anglais. Pas le punk des Sex Pistols ou des Clash, non celui des "vrais" marginaux, des "bois-sans-soif", des bouseux, des éternellement mécontents limite anarchistes, mais sans une once d'attitude. Non ici, tout est vrai, pas le genre de la maison de se la raconter. Mark E. Smith ne chante pas, il ânonne, il marmonne, il gueule, crache sa bile contre l'humanité entière et c'est aussi ça The Fall (surtout ?). Sur ce disque, les titres sont longs, cinq minutes en moyenne, répétitifs, histoire que tout ça rentre bien dans les esprits. Et il y a des trucs évidents, ces gimmicks et riffs de guitares qui tournent en boucle et qui claquent sèchement : "Barmy" ma chanson préférée du groupe, "My New House", Paint Work" ou encore "Cruiser's Creek". Le genre de chansons qui une fois qu'on y a goûté vous reviennent inlassablement. The Fall, c'est le rock pas repassé, pas carré ni glamour pour un sou, tordu, cradingue, le punk de la rue.

Pour les avoir vu, en concert, je confirme que Smith a l'air de quelqu'un de véritablement antipathique - il paraîtrait qu'il chie sur la France et les français, encore plus même depuis la main de Henry ? -, insupportable, ressemblant à un espèce de vieillard de soixante-dix ans (il en a quand même vingt de moins) ravagé par l'alcool, limite clochard. En tout cas, il avait le don d'énerver son groupe, désormais composé de plus jeunes que lui, en débranchant ou déréglant leurs instruments en plein morceau. Après, on aime ou on n'aime pas le personnage. Mais force est de reconnaître que le bonhomme est un vrai génie lorsqu'il s'agit de pondre de ces rythmiques rock ultra efficaces. Son groupe, sans avoir jamais rencontré le succès qu'il mérite - d'ailleurs, comment ce type pourrait-il séduire un large public ? - est devenu un groupe culte. Pavement, Sonic Youth ou les Pixies lui doivent beaucoup. En ces temps de plus en plus conformistes et politiquement corrects, la musique de The Fall devient donc comme une valeur refuge. Indispensable !

Clip de "Cruiser's Creek" :


Live de "Couldn't Get Ahead" :

1 commentaire:

  1. S'il y a bien un groupe culte par excellence, à la disco gargantuesque, capable du meilleur comme du pire, c'est bien The Fall.....Euh, je devrais dire Mark E Smith et son groupe The Fall tellement The Fall c'est lui....
    Si cela t'intéresses, j'avais édité 3 posts titrés PLAYLIST THE FALL sur mon blog (rubrique "diverses playlist").

    RépondreSupprimer