Accéder au contenu principal

Mes indispensables : Vampire Weekend - Vampire Weekend (2008)


Non, le dernier Vampire Weekend n'a pas été le disque de la semaine ici et je vais vous dire simplement pourquoi. Parce que je l'ai trouvé très décevant. La grosse déception de ce début d'année. Il ressemble à une collection de faces B en comparaison de leur premier essai, qui est pour moi un des indispensables de la dernière décennie écoulée. "Contra" continue dans la même veine, mais avec l'effet de surprise, l'inspiration et le naturel en moins. Ce qui fait beaucoup. Pourtant, ce n'est pas un mauvais disque, non, juste un disque inutile quand on possède déjà l'autre. Car à la ré-écoute deux ans après, "Vampire Weekend", leur premier album éponyme est toujours une merveille de pop survitaminée aux inspirations africanisantes et euphorisantes. 11 titres, à peine plus de trente minutes au compteur et pas une seule baisse de régime. Après ça, j'en suis déjà à me demander comment ces vampires du dimanche pourront se renouveler et rester dans le peloton de tête des groupes actuels qui comptent. Je me dis qu'ils risquent rapidement de passer dans la catégorie des groupes d'un seul disque ou presque, à l'image des Strokes ou d'Interpol avant eux, même si le deuxième disque de ces groupes restait quand même fortement recommandable. "Vampire Weekend" avait été élu deuxième disque de l'année 2008 ici même et il faut dire qu'il contient son lot non négligeable de tubes : "Mansard Roof", "A Punk", "M79", etc. : la rencontre improbable entre Paul Simon et les premiers Talking Heads. Un truc rafraîchissant au possible et capable de toutes les audaces, même de sortir des sonorités kitchissimes à la Rondo Veneziano sur le terriblement efficace "M79".

Et ce qu'il y a de plus incroyable ici, c'est que ça part dans tous les sens, les influences sont ultra-variées, mais les mélodies retombent à chaque fois sur leurs pieds. Et tant pis si les petits gars de Vampire Weekend peuvent énerver avec leurs looks de petits minets bien propres sur eux et leur polos Ralph Lauren et tant pis si leurs concerts sont soit-disants un peu trop sages. (Je n'ai pas encore pu juger sur pièce). Il faut être un tant soit peu de mauvaise foi pour ne pas voir leur indéniable talent à trousser de jolies mélodies dansantes, popisantes, et en même temps intelligentes. Surtout sur ce premier disque, donc. Décidément, en musique, je ne suis pas quelqu'un de fidèle.

Vidéo de "Oxford Comma" :


Vidéo de "Cape Cod Kwassa Kwassa" :


Vidéo de "A-Punk" :

Commentaires

  1. 100% d'accord! (sur ce disque et le suivant bien foiré)(bizarrement il y a pas mal de monde qui en dit du bien)

    RépondreSupprimer
  2. J'ose donner mon avis sur base d'une seule écoute du second.

    Tristounet! J'ai presqu'envie de dire et je pense que, pour ce qui me concerne, le second va entraîner le premier dans la débâcle et le ramener à sa juste proportion de "bon petit disque". Je me suis tellement dit en l'écoutant, ce second album, "Tiens, on dirait Paul Simon d'il y a quinze ans mais avec un peu de bulles et de grenadine dedans" que je dois constater que c'était aussi le cas du premier.

    Bref, Vampire Weekend est un bon petit groupe, aujourd'hui comme hier...

    Allez, je concède que c'est de la provoc...
    Je donnerai un autre avis dans quelques jours.
    Et encore un autre après le concert à Bruxelles...
    :-D

    RépondreSupprimer
  3. Pour ma part, j'avoue avoir failli accrocher à leur nouveau disque. Au départ, comme vous, j'ai été profondément déçu, puis petit à petit, au fil des écoutes, j'ai trouvé par exemple un morceau comme "White Sky" plutôt pas mal.
    J'ai alors enchaîné juste après avec "M79" et là franchement, il n'y avait plus photo ... Leur premier disque est toujours aussi bon, même avec 2 ans de recul ...

    RépondreSupprimer
  4. "Je me dis qu'ils risquent rapidement de passer dans la catégorie des groupes d'un seul disque ou presque, à l'image des Strokes ou d'Interpol avant eux, même si le deuxième disque de ces groupes restait quand même fortement recommandable"

    Est-ce une blague? Les Strokes ont sorti TROIS albums et ils sont au contraire réputé :
    1) pour avoir renouvelé totalement le rock "rock revival"
    2) pour être un des rares groupes de rock contemporains à être capable d'enchaîner des albums d'excellents niveaux et de ne pas se limiter à un 1er opus de qualité!
    The End has no End, Reptilia, 12:51, Automatic stop, etc. --> 2e album
    Heart in a Cage, Razoblade, 15 minutes, Ize of the world, Juicebox, etc. --> 3e album
    Et ils sont en train d'enregistrer le 4e.
    Que dire d'autre...

    Du coup je vais peut-être écouter le dernier album de Vampire Weekend...

    RépondreSupprimer
  5. @Romain,
    Ben, justement, les titres que tu cites du troisième album des Strokes me laissent complètement indifférent. Mais peut-être suis-je déjà blasé ? Je sais que j'ai du mal à m'intéresser à un groupe sur la durée.
    Oui, tu peux toujours aller écouté le dernier Vampire Weekend, il n'est pas si mauvais, c'est juste que je n'aime pas avoir de doublons dans ma discothèque, ça prend de la place et je sais que je ne l'écouterai jamais ...

    RépondreSupprimer
  6. Oui après c'est peut-être juste une question de goût, moi je sais que je peux les écouter, les réécouter, les re-re-récouter ça ne change rien j'apprécie toujours autant, et c'est ça pour moi qui fait la différence avec d'autres groupes qui lassent au bout de deux écoutes.
    Mais tous les goûts sont dans la nature, et il en faut pour tout le monde (en terme de musique à écouter pour nous, et de public à se partager pour les groupes... ^^).

    Après pour ce que tu dis de vampire week-end, je peux comprendre, je vais écouter et me faire mon idée...

    Par contre dans le genre album complètement différent il faut écouter et apprécier l'album de Julian Casablancas des Strokes qui, pour le coup, renouvelle complètement sa musique dans un style assez différent des Strokes, et est de - selon moi - de très très bonne qualité!

    RépondreSupprimer
  7. (rectification j'ai quand même bien entendu - vu le battage médiatique - entendu Cousins qui est pas mal du tout, même s'il est probable que ce soit le "hit" de promotion de l'album "Contra" et que le reste ne suive pas...)

    RépondreSupprimer
  8. Cousins est bien. Horchata est horrible.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Top albums 2017

Vous l'attendiez tous - si, si, ne dites pas le contraire - mon top albums 2017 ! Ce ne fut une fois de plus pas chose aisée, même aux toutes premières places, car aucun disque ne se dégageait facilement du lot. Pas de grande révélation pour moi cette année, on retrouve donc dans ce classement, des habitués. La principale déception, même si toute relative car l'album est quand même très bon, reste le retour de LCD Soundsystem. Le groupe devait normalement écraser la concurrence, il n'en fut rien. Leur musique est devenue plus réfléchie et moins dansante. Moins marquante donc pour moi. Sinon, dans ceux qui sont restés à la porte de ce top 10 et qui n'ont pas démérité, il y a Babx, Destroyer, Alex Cameron, Xiu Xiu ou Feist. Mais trève de discours, voici donc, en toute subjectivité, mes 10 disques préférés de l'année écoulée.

10. Snapped Ankles - Come Play The Trees
Les anglais de Snapped Ankles pratiquent une sorte de musique hybride, mélange de post-punk, d'élect…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

Montero - Performer

"Performer" est le deuxième album de Bjenny Montero, australien d'une quarantaine d'années, plus connu dans le milieu du rock indépendant pour ses talents de dessinateur que ceux de chanteur ou musicien. Il a notamment travaillé pour des artistes comme Mac Demarco - dont il a aussi fait la première partie - Ariel Pink ou Pond, soit pour les pochettes de disques soit pour des tee-shirts. Le gars avait même presque tiré un trait sur sa carrière musicale, d'une part parce qu'il avoue préférer le dessin, d'autre part parce qu'il sait qu'il ne rencontrera jamais le succès dans ce domaine. Dis comme ça, on ne peut s'empêcher d'avoir un peu d'affection pour le bonhomme, sorte de loser revendiqué, un brin fantaisiste et jemenfoutiste.
Surtout que "Performer" est un excellent disque de soft-rock, quelque part entre MGMT pour le côté mélodique et psychédélique et Ariel Pink pour le côté kitsch assumé et bricolé et l'inspiration ne…