Accéder au contenu principal

The Irrepressibles - Mirror Mirror

Alors, ceux-là, on va forcément les comparer à Antony and The Johnsons. Impossible en effet de ne pas faire le rapprochement quand il s'agit de voix androgyne (féminine?), de musique baroque, théâtrale et romantique où le kitsch et l'outrance ne sont jamais très loin. Même qualités, même défauts donc, et évidemment, il y aura les "pour" et les "contre". Car, il ne faut pas se le cacher "Mirror, Mirror", le premier album des anglais de The Irrepressibles va diviser, c'est inévitable. Jami McDermott, leur chanteur,  à l'instar d'un Antony Hegarty, aime d'ailleurs aussi s'afficher dans des tenues assez équivoques. Pourtant, je trouve que cette musique n'est pas si grandiloquente à l'écoute. Bien sûr, il y a des titres comme "My Friend Joe" ou "Splish! Splash! Sploo!" qui ne sont pas à une excentricité près, assez proches de l'esprit du film culte "The Rocky Horror Picture Show" par exemple. Mais d'autres morceaux comme "Forget The Past", "In This Shirt" ou "Nuclear Skies" sont de facture plus classique et pourraient même emporter l'adhésion générale, par leur côté plus carré et maîtrisé. Et puis, il y a  aussi "The Tide", chanson la plus émouvante du lot et son envolée finale de cordes du plus bel effet.
Un album d'entre-deux donc, pas complètement putassier, comme le style pourrait l'y amener, pas complètement barré non plus, et souvent plus (trop?) en retenue qu'il n'y paraît. C'est aussi d'ailleurs une des raisons pour lesquels ce disque devrait diviser : il ne choisit pas son camp. Mais une fois de plus, comme j'aime y revenir, cela a fait pencher la balance en sa faveur. A voir aussi , par curiosité, ce que peut donner cette jolie troupe sur scène (ils étaient au dernier festival des Inrocks mais n'ont pour l'instant pas de nouvelles dates prévues en France) ...

Clip de "In This Shirt" :

Album en écoute intrégale sur Deezer

Commentaires

  1. ce disque est une merveille.il ne tientqu'à se libérer de ses préjugés pour l'apprécier en tant que tel.

    Nemo

    RépondreSupprimer
  2. Et quelle claque en concert au Nuits de Fourvière à Lyon! Le show est très travaillé, chorégraphié, très subtil. Les mauvaises langues qui en les voyant entrer sur scène se sont dit qu'ils allaient assister à un show de lady gaga - tenues extravagantes mais néanmoins très légères et maquillage à outrance - ont dû vite changer d'avis. Là où je me trouvais dans la fosse, tout le monde s'est regardé à la fin du set genre : "c'est moi ou c'était vraiment bien?" A surveiller et à ne pas rater!

    RépondreSupprimer
  3. Merci du conseil. Je crois qu'ils passent bientôt à Paris dans le superbe cadre de la cour du Palais Royal. Si jamais je trouve l'occasion, j'essaierai d'y aller.

    RépondreSupprimer
  4. Super concert aux Nuits de fourvières, effectivement ! A ne pas manquer.

    RépondreSupprimer
  5. Nuit de fourvière 2010 , venu pour écouter the XX , j'ai découvert ce groupe envoutant et magique.
    Du coup et pour garder un bon souvenir je me suis enfui après 3 titres des XX qui manifestement ont un problème avec leur ingénieur du son (honteux)

    RépondreSupprimer
  6. Dis donc, c'est un vrai plébiscite pour ce groupe !

    RépondreSupprimer
  7. Les XX étaient très moyens. Par contre , les irrepressibles étaient une véritable découverte. le disque correspond bien à l'ambiance du concert qui était magique.

    RépondreSupprimer
  8. De retour de leur concert au Palais Royal..Magique! Jami est une STAR ou va (très) vite le devenir. Sur scène, il est magique et malgré une mise en scène très travaillée, on ne voit (presque) que lui.
    Le final 'in this Shirt' est tout bonnement une tuerie d'émotion.
    Jami: je t'aime!!

    RépondreSupprimer
  9. J'ai vu leur spectacle au Palais Royal. Je ne savais pas ce que j'allais voir et ça ne m'a pas plu. La proposition qu'ils font est esthétiquement belle et travaillée, tellement qu'on pense qu'on va en avoir plein les yeux, des miroirs partout, des tenues extravangantes etc... mais rien n'est exploité!!! Les musiciens ont certes une chorégraphie bien huilée mais elle ne change guère au fil des morceaux.
    Gardons-nous bien de les comparer à Rocky Horror Picture show ou à Anthony and the Jonhsons, la qualité n'est pour moi pas là.

    RépondreSupprimer
  10. Ah... premier avis négatif sur les prestations scéniques du groupe... Je ne sais pas s'il y a moyen de se faire une idée plus précise quelque part sur le net, pour ceux qui, comme moi, n'ont pas encore eu la chance de les voir en concert.

    RépondreSupprimer
  11. Comme anonyme, très décue. Redondances dans la scénographie, approximation dans le son et les lumières, ennui profond distillé par des chansons "vaines". OK, je suis heureuse d'avoir soutenu cette irrepressible envie de chanter mais je ne donne pas cher de l'avenir de le troupe.

    RépondreSupprimer
  12. J'ai eu la chance de découvrir The Irrepressibles au Palais Royal : très émue par la voix de Jamie McDermott qu'il utilise avec retenue ce qui donne bcp de classe à ce groupe. La musique, les sonorités sont très travaillées sans tomber dans le sophistiqué ou too much ! Cet artiste ira loin car il a une présence et un charisme évidents, et il mérite de continuer et de donner la pleine mesure de son univers et de sa personnalité lyrique.A suivre de très près !!!!!!

    RépondreSupprimer
  13. Les chansons de ce groupe ne s'apprivoisent pas de suite auprès de personnes habituées à des sonorités de guitare éléctrique (concerts de rock). Moi j'ai adoré car je connaissais déjà bien leur travail ;-) Et pourtant, côté rock, je suis plutôt branché PJ Harvey, toutes époques confondues. J'adore ce mélange de kitsch et de grande émotion, ces glissandos de corde, ... le tout porté par une voix somptueuse !! En revanche, l'aspect chorégraphique est assez décevant voire vain au final - à l'exception des 2 batteuses hystériques hélas cachées au fond de la scène ; le travail sur les lumières est plutôt réussi pour un spectacle populaire de variétés à budget sans doute serré (on ne demande pas pour 18 € à voir de l'éclairage style robert wilson ; et il est difficile ici de procéder à un éclairage minimaliste compte tenu du concept - ce n'est pas White Chalk, mais plus une fête foraine en gestation, avec éventuellement ci et là quelques clowns tristes).

    RépondreSupprimer
  14. Jamie McDermott est trop démonstratif ne laisse aucune place aux instruments. Aucune retenue, du coup les sentiments et émotions qu'il tente de faire passer sonnent faux à mon gout. Et si le chanteur la fermais un peu la musique ne s'en trouverait que grandie. Musicien ok, chanteur zero.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Top albums 2017

Vous l'attendiez tous - si, si, ne dites pas le contraire - mon top albums 2017 ! Ce ne fut une fois de plus pas chose aisée, même aux toutes premières places, car aucun disque ne se dégageait facilement du lot. Pas de grande révélation pour moi cette année, on retrouve donc dans ce classement, des habitués. La principale déception, même si toute relative car l'album est quand même très bon, reste le retour de LCD Soundsystem. Le groupe devait normalement écraser la concurrence, il n'en fut rien. Leur musique est devenue plus réfléchie et moins dansante. Moins marquante donc pour moi. Sinon, dans ceux qui sont restés à la porte de ce top 10 et qui n'ont pas démérité, il y a Babx, Destroyer, Alex Cameron, Xiu Xiu ou Feist. Mais trève de discours, voici donc, en toute subjectivité, mes 10 disques préférés de l'année écoulée.

10. Snapped Ankles - Come Play The Trees
Les anglais de Snapped Ankles pratiquent une sorte de musique hybride, mélange de post-punk, d'élect…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

Montero - Performer

"Performer" est le deuxième album de Bjenny Montero, australien d'une quarantaine d'années, plus connu dans le milieu du rock indépendant pour ses talents de dessinateur que ceux de chanteur ou musicien. Il a notamment travaillé pour des artistes comme Mac Demarco - dont il a aussi fait la première partie - Ariel Pink ou Pond, soit pour les pochettes de disques soit pour des tee-shirts. Le gars avait même presque tiré un trait sur sa carrière musicale, d'une part parce qu'il avoue préférer le dessin, d'autre part parce qu'il sait qu'il ne rencontrera jamais le succès dans ce domaine. Dis comme ça, on ne peut s'empêcher d'avoir un peu d'affection pour le bonhomme, sorte de loser revendiqué, un brin fantaisiste et jemenfoutiste.
Surtout que "Performer" est un excellent disque de soft-rock, quelque part entre MGMT pour le côté mélodique et psychédélique et Ariel Pink pour le côté kitsch assumé et bricolé et l'inspiration ne…