Accéder au contenu principal

Mes indispensables : The Zombies - Odessey And Oracle (1968)

Retour aux années 60 pour mes indispensables cette semaine, avec encore une fois un disque sorti en cette année incroyable : 1968. "Odessey And Oracle" est aujourd'hui un album culte de cette époque et pourtant cela n'a pas toujours été le cas. La faute aux Beatles, aux Beach Boys, voire aux Kinks, tous ces groupes qui ont éclipsé de leur talent tout le reste de la pop des sixties. Les Zombies étaient alors considérés comme des seconds couteaux, des outsiders, jamais destinés aux plus hautes marches du succès commercial et critique. Pour la quasi-intégralité de leur carrière, c'était sans doute assez mérité. Le problème, c'est qu'il y a eu ce disque "Odessey And Oracle". Et quel disque ! Il restera bizarrement comme le dernier du groupe, comme son baroud d'honneur, histoire de dire juste avant de partir qu'eux aussi étaient capables de sortir des chefs d'oeuvre pop. Car ici, pas un titre qui ne soutiendrait pas la comparaison avec les glorieux morceaux de "Pet Sounds" ou de "Revolver". J'aurais tendance à dire que ce disque serait même supérieur à ces deux-là, mieux arrangé encore. Mais je dois sans doute être de mauvaise foi, préférant toujours les "losers". 
Le principal (seul ?) reproche que l'on pourrait tout de même faire au sujet de ce disque concerne peut-être les textes qui restent légers, un peu niais. Mais c'est l'époque (le style ?) qui voulait ça, les Beatles et les Beach Boys n'étaient d'ailleurs pas mieux lotis, à ce jeu-là. Comment alors expliquer une telle absence de reconnaissance pendant si longtemps ? Car il faut bien avouer que cela ne fait que depuis quelques années seulement qu'ils sont cités parmi les meilleurs groupes des années 60. Leur nom, en tout cas, ne devait pas représenter un réel avantage, car on imaginerait plutôt les Zombies comme un vieux groupe de metal. Deux de leurs membres, Rod Argent et Colin Blunstone, continueront ensuite leur carrière séparément avec plus ou moins de bonheur mais toujours aussi peu de réussite. Depuis 2004, le groupe s'est reformé, comme beaucoup d'autres, pour quelques concerts et en 2008, ils ont même fait une mini-tournée pour le 40ème anniversaire d'"Odessey And Oracle" - le "e" de Odessey serait dû à une erreur d'impression qui est restée, plus par commodité que par souhait véritable, et qui participe sans doute un peu plus au charme de ce disque hors du commun. Ils ont encore quelques dates prévues, au Royaume-Uni essentiellement, pour 2010. Mais de là à aller voir ces vieux grands britons sur le retour, sur scène aujourd'hui ... Je préfère écouter, tranquille chez moi, ces quelques titres, éternels évidemment.

=> Aux dernières nouvelles, ils passeront quand même par chez nous, le 10 juin prochain au Trabendo, à Paris, avec Yeti Lane en première partie. Avis aux amateurs !

Commentaires

  1. Superbe album...que j'ai enfin trouvé en vinyle la semaine dernière (une réédition bien entendu mais je ne vais pas me plaindre)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Top albums 2017

Vous l'attendiez tous - si, si, ne dites pas le contraire - mon top albums 2017 ! Ce ne fut une fois de plus pas chose aisée, même aux toutes premières places, car aucun disque ne se dégageait facilement du lot. Pas de grande révélation pour moi cette année, on retrouve donc dans ce classement, des habitués. La principale déception, même si toute relative car l'album est quand même très bon, reste le retour de LCD Soundsystem. Le groupe devait normalement écraser la concurrence, il n'en fut rien. Leur musique est devenue plus réfléchie et moins dansante. Moins marquante donc pour moi. Sinon, dans ceux qui sont restés à la porte de ce top 10 et qui n'ont pas démérité, il y a Babx, Destroyer, Alex Cameron, Xiu Xiu ou Feist. Mais trève de discours, voici donc, en toute subjectivité, mes 10 disques préférés de l'année écoulée.

10. Snapped Ankles - Come Play The Trees
Les anglais de Snapped Ankles pratiquent une sorte de musique hybride, mélange de post-punk, d'élect…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

Montero - Performer

"Performer" est le deuxième album de Bjenny Montero, australien d'une quarantaine d'années, plus connu dans le milieu du rock indépendant pour ses talents de dessinateur que ceux de chanteur ou musicien. Il a notamment travaillé pour des artistes comme Mac Demarco - dont il a aussi fait la première partie - Ariel Pink ou Pond, soit pour les pochettes de disques soit pour des tee-shirts. Le gars avait même presque tiré un trait sur sa carrière musicale, d'une part parce qu'il avoue préférer le dessin, d'autre part parce qu'il sait qu'il ne rencontrera jamais le succès dans ce domaine. Dis comme ça, on ne peut s'empêcher d'avoir un peu d'affection pour le bonhomme, sorte de loser revendiqué, un brin fantaisiste et jemenfoutiste.
Surtout que "Performer" est un excellent disque de soft-rock, quelque part entre MGMT pour le côté mélodique et psychédélique et Ariel Pink pour le côté kitsch assumé et bricolé et l'inspiration ne…