Accéder au contenu principal

Lightspeed Champion - Café de la danse - 27 avril 2010

On continue notre semaine concert avec cette fois-ci Lightspeed Champion au Café de la danse. Il est  responsable d'un deuxième album assez réjouissant paru cette année. J'en parlais ici.
Mais tout d'abord, en première partie, nous avons droit aux Kurran and the Wolfnotes, sympathique groupe de folk anglais. Première constatation : ce n'est pas forcément le genre de musique dont je raffole à proprement parler, car on y retrouve des sonorités blues voire country - au passage, étonnantes influences pour un groupe britannique -, le tout saupoudré d'un jeu de guitare un peu trop démonstratif à mon goût. Mais dans leur style, ils se débrouillent plutôt pas mal. En plus, ils ne sont pas franchement aidés, puisque leur guitariste principal n'a pas pu être présent. Ils ont aussi la particularité d'avoir un bassiste français, ce qui explique sans doute le fait qu'ils aient réussi à se produire à Paris sans avoir pour autant sorti un seul véritable disque à ce jour. Le chanteur vend d'ailleurs pour quelques euros leur premier EP sur simple CD-R, à la fin du concert.
Après cette honnête première partie, arrivent donc sur scène Devonté Hynes et ses trois musiciens (l'éternelle "guitare/basse/batterie") et cette première impression que le look n'est pas quelque chose de primordial chez eux : les Bill Baxter ont-ils aussi connu le succès outre-Manche ? Toujours est-il que le concert commence plutôt fort avec "Marlene", le premier single extrait du dernier "Life Is Sweet ! Nice To Meet You". Malheureusement, dès le morceau suivant, l'effet retombe presque instantanément avec le trop long et parfois un peu tarte "Midnight Surprise". Un jeune garçon assis à côté de nous (et oui, au Café de la danse, comme à la Maison de la Radio la veille, on peut rester assis toute la durée d'un concert rock), à l'allure tout droit sorti d'un épisode de "Happy Days" mais plutôt tendance Richie Cunningham que Fonzie, s'emballe pourtant en gesticulant maladroitement les bras et en dodelinant nerveusement la tête. La rangée devant nous confirme d'ailleurs cette ambiance adolescente un peu "old-school", puisqu'un jeune couple n'arrêtera pas ou presque de la soirée de se rouler compulsivement des pelles. On se regarde alors, interloqués : que nous arrive-t-il ? Pendant quelques minutes, nous avons la fâcheuse impression de ne pas être à notre place. Un petit coup de vieux nous assaille. Dommage, du coup, nous perdons le fil du concert. Lightspeed Champion continue pourtant ses impressionnants solos de guitare et ses tubes pop chantilly (à la limite de la variété parfois) en tête desquels figurent les pétillants "Madame Van Damme" et "Sweetheart". Puis le jeune homme - il n'a que 25 ans - reviendra le temps d'un court rappel et notamment d'un dernier morceau (une reprise de "I Won't Be Long" des Beatles) chanté avec une barbe de Père Noël (cf. photo ci-dessus). Il n'est que 22h - couvre-feu oblige - lorsque nous sortons rue de Lappe et impossible de se défaire de ce drôle de sentiment de ne finalement pas savoir quoi penser de tout ça.
PS : Des photos du concert sont disponibles ici.

Clip de "Madame Van Damme" :

Commentaires

  1. il était excellent ce concert!la première partie m'a agréablement surpris.(merci. je suis arrivé sur votre site en cherchant justement le nom du groupe en première partie)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Top albums 2017

Vous l'attendiez tous - si, si, ne dites pas le contraire - mon top albums 2017 ! Ce ne fut une fois de plus pas chose aisée, même aux toutes premières places, car aucun disque ne se dégageait facilement du lot. Pas de grande révélation pour moi cette année, on retrouve donc dans ce classement, des habitués. La principale déception, même si toute relative car l'album est quand même très bon, reste le retour de LCD Soundsystem. Le groupe devait normalement écraser la concurrence, il n'en fut rien. Leur musique est devenue plus réfléchie et moins dansante. Moins marquante donc pour moi. Sinon, dans ceux qui sont restés à la porte de ce top 10 et qui n'ont pas démérité, il y a Babx, Destroyer, Alex Cameron, Xiu Xiu ou Feist. Mais trève de discours, voici donc, en toute subjectivité, mes 10 disques préférés de l'année écoulée.

10. Snapped Ankles - Come Play The Trees
Les anglais de Snapped Ankles pratiquent une sorte de musique hybride, mélange de post-punk, d'élect…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

Montero - Performer

"Performer" est le deuxième album de Bjenny Montero, australien d'une quarantaine d'années, plus connu dans le milieu du rock indépendant pour ses talents de dessinateur que ceux de chanteur ou musicien. Il a notamment travaillé pour des artistes comme Mac Demarco - dont il a aussi fait la première partie - Ariel Pink ou Pond, soit pour les pochettes de disques soit pour des tee-shirts. Le gars avait même presque tiré un trait sur sa carrière musicale, d'une part parce qu'il avoue préférer le dessin, d'autre part parce qu'il sait qu'il ne rencontrera jamais le succès dans ce domaine. Dis comme ça, on ne peut s'empêcher d'avoir un peu d'affection pour le bonhomme, sorte de loser revendiqué, un brin fantaisiste et jemenfoutiste.
Surtout que "Performer" est un excellent disque de soft-rock, quelque part entre MGMT pour le côté mélodique et psychédélique et Ariel Pink pour le côté kitsch assumé et bricolé et l'inspiration ne…