Accéder au contenu principal

Mes indispensables : The Go-Betweens - 16 Lovers Lane (1988)

Il y a plus de quatre ans disparaissait un des héros de la pop australienne, Grant McLennan, parti aussi discrètement, que la musique de son groupe, The Go-Betweens, pourtant souvent comparé à des Smiths de l'hémisphère Sud. Mais il faut dire que le monsieur, comme son alter-ego Robert Foster, co-auteur des chansons du groupe, n'a jamais eu le charisme d'un Morrissey, sa musique n'avait pas non plus le côté crâneur propre à la plupart des formations d'outre-Manche. Les Go-Betweens ont toujours cultivé un goût immodéré pour la discrétion et le charme romantique des grands timides. Ils portaient d'ailleurs très bien leur nom et représentaient pour beaucoup d'adolescents de l'époque des entremetteurs, à l'image d'un Cyrano, dictant les mots d'amour à Christian pour séduire sa bien aimée Roxane. Oui, leur musique ne parlait que de ça, d'amour et comme des Smiths, à leur manière, permettait à toute une jeunesse complexée de se sentir moins seule et de trouver enfin les mots pour dire ce qu'elle avait sur le coeur. Leur meilleur disque reste à ce jour leur dernier, "16 Lovers Lane", enfin le dernier de la première période du groupe, car, après plus de dix ans de séparation, pendant lesquels Foster et McLennan avaient continué à oeuvrer chacun de leur côté, ils avaient décidé de se reformer le temps de quelques disques toujours aussi fortement recommandables.
"16 Lovers Lane" contient dix chansons d'amour donc  ("Love Goes On", "Love  Is A Sign"), pures, mélodieuses, taillées dans le bois tendre. Des chansons qui n'ont pas d'époque, parce qu'elles étaient déjà belles hier, qu'elles sont toujours belles aujourd'hui et le seront encore demain. On n'en fait plus beaucoup, on n'en a d'ailleurs jamais connu énormément, de tels héros, modestes, qui traversent ainsi la vie sans faire de bruit et qui peuvent pourtant marquer de manière aussi indélébile les âmes. Un "Quiet Heart", ce McLennan, sans aucun doute. Un vrai artisan dans le sens noble du terme. "Was There Anything I Could Do ?" nous demandait-t-il alors ? Merci, "I'm allright" a-t-on aujourd'hui envie de lui répondre.

Clip de "Was There Anything I Could Do ?" :

Commentaires

  1. Beau billet ! D'accord avec tout ce que tu écris, à l'exception d'une chose (un point de détail finalement) : "16 Lovers Lane" est un excellent album, le plus accessible (celui que l'on cite toujours à propos du groupe) mais pas le "meilleur" selon moi...
    Dans "mes indispensables [à moi]", j'ai la disco intégrale du groupe + les albums solo de Forster/Mc Lennan :)

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour le compliment. Et quel est selon toi le meilleur disque des Go-Betweens ?

    RépondreSupprimer
  3. Ah, bel hommage à l'un des plus grands groupes pop jamais assez cités.
    J'ai toujours la K7 (!) de l'album, achetée 1 an après suite à un article des Inrocks.
    Toute une époque... Et quand j'écoute "Quiet Heart", je me demande si ce n'est pas une des plus belles chansons jamais enregistrées. Frissons en tout cas...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Top albums 2017

Vous l'attendiez tous - si, si, ne dites pas le contraire - mon top albums 2017 ! Ce ne fut une fois de plus pas chose aisée, même aux toutes premières places, car aucun disque ne se dégageait facilement du lot. Pas de grande révélation pour moi cette année, on retrouve donc dans ce classement, des habitués. La principale déception, même si toute relative car l'album est quand même très bon, reste le retour de LCD Soundsystem. Le groupe devait normalement écraser la concurrence, il n'en fut rien. Leur musique est devenue plus réfléchie et moins dansante. Moins marquante donc pour moi. Sinon, dans ceux qui sont restés à la porte de ce top 10 et qui n'ont pas démérité, il y a Babx, Destroyer, Alex Cameron, Xiu Xiu ou Feist. Mais trève de discours, voici donc, en toute subjectivité, mes 10 disques préférés de l'année écoulée.

10. Snapped Ankles - Come Play The Trees
Les anglais de Snapped Ankles pratiquent une sorte de musique hybride, mélange de post-punk, d'élect…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

Montero - Performer

"Performer" est le deuxième album de Bjenny Montero, australien d'une quarantaine d'années, plus connu dans le milieu du rock indépendant pour ses talents de dessinateur que ceux de chanteur ou musicien. Il a notamment travaillé pour des artistes comme Mac Demarco - dont il a aussi fait la première partie - Ariel Pink ou Pond, soit pour les pochettes de disques soit pour des tee-shirts. Le gars avait même presque tiré un trait sur sa carrière musicale, d'une part parce qu'il avoue préférer le dessin, d'autre part parce qu'il sait qu'il ne rencontrera jamais le succès dans ce domaine. Dis comme ça, on ne peut s'empêcher d'avoir un peu d'affection pour le bonhomme, sorte de loser revendiqué, un brin fantaisiste et jemenfoutiste.
Surtout que "Performer" est un excellent disque de soft-rock, quelque part entre MGMT pour le côté mélodique et psychédélique et Ariel Pink pour le côté kitsch assumé et bricolé et l'inspiration ne…