Accéder au contenu principal

Soso -Tinfoil On The Windows

Cela commence toujours un peu de la même manière : par quelques bidouillages électroniques, puis viennent petit à petit quelques notes de guitare d'abord assez éparses puis plus resserrées. L'ambiance est plutôt post-rock, mais un post-rock tranquille, pas si éloigné finalement du bricolage d'un DM Stith par exemple. Ensuite, la voix de Soso se fait enfin entendre (les morceaux sont en général assez longs). Troy Gronsdahl, puisque c'est ce canadien seul qui se cache derrière ce drôle de pseudo, chante d'abord à la façon d'un rappeur avec un flot particulièrement lent (The Streets?). On pourrait aussi rapprocher cette façon de chanter (ou plutôt de parler) de celle d'un Tom Yorke sur le "Fitter Happier" du fameux "OK Computer". Mais les morceaux n'en restent souvent pas là et évoluent vers quelque chose de plus mélodique, de vraiment chanté et quelques fois, de profondément bouleversant. On pense alors à Mark Linkous ou Jason Lytle pour ses jeux de micros trafiquant la voix. Et quelques chansons finissent même à l'unisson, dans une sorte de communion proche de ce que peut faire Arcade Fire.
On tient donc là entre les mains, un disque étrange qui ne se laisse pas facilement aborder. Il faut bien souvent passer les premières minutes de chaque morceau pour y déceler une mélodie. Il faut faire l'effort de se laisser guider par notre hôte, car si sa musique est multiple, elle est toujours de bon goût et régulièrement passionnante. Pas vraiment un disque d'été donc, mais qui pourrait, mine de rien, tracer délicatement sa route jusqu'à l'hiver prochain. Pour finir, il faut savoir que cet album date en réalité de 2007 et qu'il n'était alors disponible qu'en import, c'est grâce au label clermontois Kütu Folk Records que ce disque sort enfin chez nous. Merci donc à eux pour cette belle découverte ;)

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

O - à terre !

En voyant la liste des catégories pour les prochaines Victoires de la musique, je me suis dit tout de suite qu'il en manquait au moins une. Quid de la pop française ? Alors que celle-ci s'est rarement portée aussi bien ? Mais ce n'est plus à prouver que ces cérémonies restent au final très consensuelles, se contentant de valider les goûts de l'époque sans voir plus loin, et rechercher l'intemporel. Pourquoi passer ainsi sous silence la bonne santé de la pop d'ici en ignorant si ouvertement le talent de Chevalrex, Thousand, Barbara Carlotti ou Olivier Marguerit alias O ? Ce dernier est d'ailleurs peut-être le lien entre tous, car bien souvent caché derrière tous les derniers disques de pop français qui comptent. Il a aussi officié au sein des indispensables Syd Matters dont on attend toujours une suite au chef d'oeuvre "Brotherocean".  O revient donc avec un deuxième album, encore plus réussi que le premier - le déjà remarqué et remarquable &q…

Snapped Ankles - Stunning Luxury

Les anglais de Snapped Ankles sont de retour avec toujours leur discours sur le retour à l'état de nature, d'où leur étrange déguisement de monstres plantes, en référence au dessin animé Jayce et les conquérants de la lumière ? Ils seraient pourtant devenus des agents infiltrés pour empêcher des promoteurs immobiliers - d'où la nouveauté de la cravate - de détruire la nature en promettant aux futurs acquéreurs un luxe étourdissant ("Stunning Luxury"). Même lorsque le "système" semble avoir gagné - fini de jouer avec les arbres, comme sur leur premier disque "Come Play The Trees" - on peut toujours essayer de le détruire de l'intérieur. Le post punk est un mouvement qui est régulièrement associé à la critique de la société de consommation. Les Snapped Ankles ne seraient donc que les descendants d'une longue filiation.  Car le style musical ne change pas non plus, sorte de mariage entre Gang of Four, Can ou The Fall, avec une pointe de …

Rustin Man - Drift Code

On avait presque oublié son nom sur le disque, le premier et toujours seul - mais plus pour longtemps - album de Beth Gibbons en congés de Portishead. Rustin Man, alias Paul Webb, est un homme de l'ombre. Ce "Drift Code" pourrait le faire entrer pour de bon dans la lumière. Puisque, pour une fois, il apparaît seul au générique, jouant enfin le premier rôle, après avoir aussi été confiné derrière Mark Hollis au sein de Talk Talk. On savait le monsieur talentueux, musicalement parlant, ce disque, avec ces somptueux arrangements, n'en est donc qu'une confirmation. Mais on ne savait pas qu'il avait une si belle voix. Le style se rapproche d'un Robert Wyatt ou du Bowie de "Blackstar". L'album, préparé minutieusement depuis plusieurs années, a été enregistré dans une grange, à l'écart de toute civilisation. Webb, entouré de sa femme et de ses filles, a pris son temps, retapant le lieu en même temps qu'il peaufinait sa musique.  Nous voici…