Accéder au contenu principal

Mes indispensables : Denim - Back In Denim (1992)

Lawrence Hayward est un drôle de personnage. Il a d'abord officié pendant toute la durée des années 80 au sein de Felt dont il est le principal artisan. La pop du groupe, à contre-courant de l'esprit de cette décennie-là, n'a malheureusement jamais pu rencontrer un large public, trop intellectuelle, trop sage aussi, mais pourtant pas si éloignée que ça d'un Lloyd Cole pour le côté dandy romantique. Ayant finalement lâché l'affaire en 1989, avec "Me and the monkey on the moon", un de leurs meilleurs disques, Hayward, qui ne se fait souvent appelé simplement que par son prénom, décide de former un nouveau groupe : Denim. Et c'est un brusque changement de ton et de direction musicale. Finie la pop soyeuse et délicate des débuts, place à celle plus directe faite de "ohohoh" et de "lalala", qui privilégie la mélodie qui fait remuer du popotin et qu'on n'hésite pas à reprendre stupidement tous en choeur. La transformation pourrait être comparée à celle d'un Jarvis Cocker à partir de 1992 - tiens, tiens, c'est la même année - quand Pulp décidera de se lancer de la même façon dans la pop plus dansante et électronique. Mais à l'inverse de son collègue britannique, Lawrence continuera à être injustement ignoré.
Ce premier album "Back in Denim" - il y en aura seulement trois - est pourtant aujourd'hui encore une véritable machine à tubes, du titre éponyme, en passant par "Fishs and Chips", "Middle Of The Road", "American Rock", etc. Les paroles sont de plus particulièrement mordantes. Lawrence crache aussi bien sur ces années 80 qui l'ont complètement méprisé ("I'm against the eigthies") que sur le rock'n'roll en général et le soit-disant bon goût universellement partagé ("I hate the Stones and I hate blues, Eddie Cochran and Blue suede shoes, I hate the King I hate Chuck Berry, I hate Hooker I hate Leadbelly, aallrightt!" sur le single "Middle Of The Road"). Il avoue par opposition, son admiration pour The Osmonds, un obscur groupe de variété des années 70. Pas sûr qu'avec tout ça, il n'a pas facilité encore plus la tâche de ses détracteurs. Mais tant pis, il acquiert tout de même au fil des années une poignée de fans de plus en plus nombreux, admirant son éternel esprit d'indépendance. Les derniers en date ? Le groupe américain Girls. De son côté, le magazine Magic attend toujours avec autant d'impatience des nouvelles du bonhomme, annonçant d'ailleurs un nouvel album de son dernier projet en date, Go-Kart Mozart, pour le mois d'octobre prochain. On peut douter de sa réussite, n'empêche, plus encore que Felt et que sa pop à la production vieillotte, je ne me lasse toujours pas de ce "Back In Denim". "I'm back, I'm back in Denim and Denim put the soul in your rock'n'roll". Cheap peut-être mais terriblement jouissif.

Clip de "Middle Of The Road" :

Commentaires

  1. hey

    c'est avec plaisir que je découvre cet article et je suis très heureux de savoir que je ne suis pas seul à faire de DENIM® un groupe indispensable dans la discothèque idéale....

    //\\
    w

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Top albums 2017

Vous l'attendiez tous - si, si, ne dites pas le contraire - mon top albums 2017 ! Ce ne fut une fois de plus pas chose aisée, même aux toutes premières places, car aucun disque ne se dégageait facilement du lot. Pas de grande révélation pour moi cette année, on retrouve donc dans ce classement, des habitués. La principale déception, même si toute relative car l'album est quand même très bon, reste le retour de LCD Soundsystem. Le groupe devait normalement écraser la concurrence, il n'en fut rien. Leur musique est devenue plus réfléchie et moins dansante. Moins marquante donc pour moi. Sinon, dans ceux qui sont restés à la porte de ce top 10 et qui n'ont pas démérité, il y a Babx, Destroyer, Alex Cameron, Xiu Xiu ou Feist. Mais trève de discours, voici donc, en toute subjectivité, mes 10 disques préférés de l'année écoulée.

10. Snapped Ankles - Come Play The Trees
Les anglais de Snapped Ankles pratiquent une sorte de musique hybride, mélange de post-punk, d'élect…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

Montero - Performer

"Performer" est le deuxième album de Bjenny Montero, australien d'une quarantaine d'années, plus connu dans le milieu du rock indépendant pour ses talents de dessinateur que ceux de chanteur ou musicien. Il a notamment travaillé pour des artistes comme Mac Demarco - dont il a aussi fait la première partie - Ariel Pink ou Pond, soit pour les pochettes de disques soit pour des tee-shirts. Le gars avait même presque tiré un trait sur sa carrière musicale, d'une part parce qu'il avoue préférer le dessin, d'autre part parce qu'il sait qu'il ne rencontrera jamais le succès dans ce domaine. Dis comme ça, on ne peut s'empêcher d'avoir un peu d'affection pour le bonhomme, sorte de loser revendiqué, un brin fantaisiste et jemenfoutiste.
Surtout que "Performer" est un excellent disque de soft-rock, quelque part entre MGMT pour le côté mélodique et psychédélique et Ariel Pink pour le côté kitsch assumé et bricolé et l'inspiration ne…