Accéder au contenu principal

Zola Jesus - Stridulum II

Bon, là-dessus, je ne serais sans doute pas aussi enthousiaste que ma collègue Disso de "Derrière la fenêtre", encore que. Zola Jesus - mélanger Gianfranco Zola et Jésus, quelle idée saugrenue ? - ou plutôt Nika Danilova vient de sortir son premier véritable album et c'est une bonne partie de la  blogosphère musicale (ici, , ou encore ) qui semble tomber en pâmoison devant ce drôle d'ovni. A l'image de Fever Ray l'année dernière, "Stridulum II"  (pourquoi "II" d'ailleurs ? Et bien parce que le "I" correspondait à un EP quasi identique au LP mais avec quelques titres en moins) nous fait revivre le spectre de Siouxsie and The Banshees et de la cold wave version grande prêtresse. Ce revival est encore assez nouveau et reste donc original, même si le phénomène risque de prendre rapidement de l'ampleur. En plus, quand on tombe la tête la première dans l'univers gothique, on n'est jamais très loin de se vautrer dans le ridicule. Une fois de plus, l'attirail de circonstance est présent : tenue, maquillage, voix grandiloquente et très appuyée avec les petites batteries synthétiques cheap de rigueur. Bref, on peut aisément passer son chemin, sourire un bon coup et décider que tout cela ressemble à une petite plaisanterie. Reste que pour ma part, j'y suis revenu. Alors, oui, peut-être parce que ce n'est pas simple de trouver un bon disque chaque semaine pour alimenter cette rubrique, mais il n'y a pas que ça, parce que ce truc-là a un côté tout simplement addictif. En effet, il y a ici quelques titres envoûtants : "Night", "I Can't Stand" ou "Sea Talk" et les mélodies se font aussi plus évidentes que chez Fever Ray. Et puis, il y a le parrainage d'un certain Jamie Stewart, alias Xiu Xiu et c'est souvent synonyme de qualité... et de choses un peu barrées aussi ;)
Pour l'originalité et pour la démarche donc, plus que pour tout le barnum grand-guignol qui va avec, car c'est typiquement le genre de chose un peu "casse-gueule", dont la beauté ne tient qu'à un fil.

Clip de "Night" :

Clip de "Sea Talk" :

"Manifest Destiny" :

Commentaires

  1. Je réagis en tant que fan absolu de ZOLA... Gianfranco (j'adore Emile aussi), dont j'ai suivi toute la carrière du Napoli (où le petit Sarde -mais grand par le talent- fut adoubé par El Diez en personne pour lui succéder...) à Cagliari en passant par Parme et Chelsea bien sûr. Un joueur "fuoriclasse" (comme on dit au pays du calcio-roi) mais aussi un type épatant, d'une honnêteté et d'une humilité rares dans ce milieu...

    Merci donc de ne pas le mêler à cette... mascarade (dont je sauverais peut-être le seul "Sea Talk") Je précise que j'ai été "bercé" par la cold (au point d'avoir eu longtemps un poster de Siouxsie).

    RépondreSupprimer
  2. Oui, c'est vrai, il y a aussi Emile, mais j'ai trouvé qu'on oubliait un peu trop ce cher Gianfranco, surtout en ces temps de disette footballistique transalpine. Leur équipe nationale n'ayant pas été plus brillante que la nôtre au dernier mondial ;)

    RépondreSupprimer
  3. Je ne comprends pas que tu trouves de saugrenu à mélanger Gianfranco Zola à Jesus.
    Navas... bien entendu!

    RépondreSupprimer
  4. @ Vincent : tu t'adresses à un tifoso donc tu aurais dû écrire "[ton] équipe nationale n'ayant pas été plus brillante que [la mienne]" Plus brillante la Squadra ? certes pas ; mais quand même (largement) moins ridicule que les Bleus. As-tu jeté un oeil au classement FIFA actuel des nations ?

    Bon sinon, on laisse tomber le sujet de l'article et on refait le(s) match(s) ?! Super joueur que ce Jesus Navas au passage (parti pour faire une carrière à la Maldini, à la Del Piero ; 100% fidèle au même club !)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Top albums 2017

Vous l'attendiez tous - si, si, ne dites pas le contraire - mon top albums 2017 ! Ce ne fut une fois de plus pas chose aisée, même aux toutes premières places, car aucun disque ne se dégageait facilement du lot. Pas de grande révélation pour moi cette année, on retrouve donc dans ce classement, des habitués. La principale déception, même si toute relative car l'album est quand même très bon, reste le retour de LCD Soundsystem. Le groupe devait normalement écraser la concurrence, il n'en fut rien. Leur musique est devenue plus réfléchie et moins dansante. Moins marquante donc pour moi. Sinon, dans ceux qui sont restés à la porte de ce top 10 et qui n'ont pas démérité, il y a Babx, Destroyer, Alex Cameron, Xiu Xiu ou Feist. Mais trève de discours, voici donc, en toute subjectivité, mes 10 disques préférés de l'année écoulée.

10. Snapped Ankles - Come Play The Trees
Les anglais de Snapped Ankles pratiquent une sorte de musique hybride, mélange de post-punk, d'élect…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

Montero - Performer

"Performer" est le deuxième album de Bjenny Montero, australien d'une quarantaine d'années, plus connu dans le milieu du rock indépendant pour ses talents de dessinateur que ceux de chanteur ou musicien. Il a notamment travaillé pour des artistes comme Mac Demarco - dont il a aussi fait la première partie - Ariel Pink ou Pond, soit pour les pochettes de disques soit pour des tee-shirts. Le gars avait même presque tiré un trait sur sa carrière musicale, d'une part parce qu'il avoue préférer le dessin, d'autre part parce qu'il sait qu'il ne rencontrera jamais le succès dans ce domaine. Dis comme ça, on ne peut s'empêcher d'avoir un peu d'affection pour le bonhomme, sorte de loser revendiqué, un brin fantaisiste et jemenfoutiste.
Surtout que "Performer" est un excellent disque de soft-rock, quelque part entre MGMT pour le côté mélodique et psychédélique et Ariel Pink pour le côté kitsch assumé et bricolé et l'inspiration ne…