Accéder au contenu principal

Mes indispensables : The Cure - Seventeen Seconds (1980)

Les gens de ma génération ont tous ou presque une histoire à raconter sur les Cure. Parce que c'est l'un des rares groupes de cette époque à avoir connu à la fois le succès commercial et critique. Même si certains diront que leur meilleure période s'arrêtent dès 1985 - et j'aurais d'ailleurs tendance à partager cet avis, tant pis pour "Disintegration" dont une nouvelle réédition vient de sortir, trop pompeux (pompier?) - c'est-à-dire à partir du moment où ils connaîtront une vraie reconnaissance internationale avec les toujours excellents classiques que sont "In Between Days" et "Close To Me". Car, avant cela, le groupe de Robert Smith aura surtout des fans "underground" d'abord punk puis progressivement gothique, au fur et à mesure que leur musique deviendra sombre et même carrément désespérée ("It doesn't matter if we all die" dira Smith au tout début du mythique disque "Pornography"). Cette mutation en machine commerciale s'opérera d'ailleurs en même temps que le changement de look du chanteur avec longs cheveux hirsutes, maquillages grossiers et énormes baskets pas lassées aux pieds.
Si, ce que j'aime avant tout chez ce groupe, ce sont les singles, souvent mémorables, surtout jusqu'en 1985 donc où la liste est très longue, il y a pourtant un disque qui m'a marqué : "Seventeen Seconds". Pour cette musique au ralenti. Pour ce son unique - même si de plus en plus recopié, dernièrement par The XX - : les guitares cristallines, la basse sourde, la batterie synthétique typiquement new-wave et la voix de Smith qui chante des paroles romantiques et mélancoliques qui toucheront toute une génération. C'est peut-être là le tournant de la carrière du groupe. Là, où ils ont défini leur style et trouver leur but, donnant au passage un sens à leur nom : guérir les maux. Ce qui est le but de toute musique importante.

Clip de "Play For Today" :

Clip de "A Forest" :

Commentaires

  1. Et peu de temps avant il y avait eu ce 45T sous le nom de Cult Hero :
    http://kmskma.free.fr/?p=4027

    RépondreSupprimer
  2. Ah KMS a dégainé avant moi, zut ! :) Là, c'est du lourd : MON album préféré et de la trilogie et même de toute la disco des CURE... C'est sacré, intouchable : les gardiens du temple veillent ! :)

    P.S. : pour ces gardiens (dont je ne suis pas) c'est carrément après 83 que tout s'arrête ; pas d'accord avec toi ni sur "le mythique Pornography" (surévalué selon moi ; réécoute-le aujourd'hui et le "mythe" s'arrêtera...) ni sur "le pompeux Disintegration" (que j'aime beaucoup, n'en déplaisent aux "puristes" autoproclamés)

    RépondreSupprimer
  3. "pompeux" ou pompier" on a le choix pour qualifier "Disintegration" voir même "pénible"

    je n'avais pas fait le rapprochement avec les XX, c'est assez juste

    RépondreSupprimer
  4. Pas d'accord non plus avec le rapprochement avec The XX (juste un peu pour le son mais pas du tout le même registre) "son unique", dis-tu Vincent ? Non, les CURE n'étaient pas les seuls à faire du post-punk minimaliste ; d'ailleurs s'il fallait comparer The XX à un groupe de l'époque, ce serait plutôt Young Marble Giant...

    RépondreSupprimer
  5. Pour moi aussi ce disque est un de mes indispensables d'ailleurs encore aujourd'hui lorsque le groupe reprend un titre de ce disque en concert ça fait toujours son effet... Ensuite c'est vrai que pour l'influence sur The XX la réduire à The Cure je ne sais pas... R Smith lui même avait parlé de l'importance du son de l'album Low de D Bowie pour ces disques de 80-81, il faudrait aussi voir côté M Hannett et son travail avec Joy Division qui a manifestement bien marqué le son des Cure.
    Chouette disque en tout cas que ce seventeen seconds (comme Disintegration ;-)!!)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Top albums 2017

Vous l'attendiez tous - si, si, ne dites pas le contraire - mon top albums 2017 ! Ce ne fut une fois de plus pas chose aisée, même aux toutes premières places, car aucun disque ne se dégageait facilement du lot. Pas de grande révélation pour moi cette année, on retrouve donc dans ce classement, des habitués. La principale déception, même si toute relative car l'album est quand même très bon, reste le retour de LCD Soundsystem. Le groupe devait normalement écraser la concurrence, il n'en fut rien. Leur musique est devenue plus réfléchie et moins dansante. Moins marquante donc pour moi. Sinon, dans ceux qui sont restés à la porte de ce top 10 et qui n'ont pas démérité, il y a Babx, Destroyer, Alex Cameron, Xiu Xiu ou Feist. Mais trève de discours, voici donc, en toute subjectivité, mes 10 disques préférés de l'année écoulée.

10. Snapped Ankles - Come Play The Trees
Les anglais de Snapped Ankles pratiquent une sorte de musique hybride, mélange de post-punk, d'élect…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

Montero - Performer

"Performer" est le deuxième album de Bjenny Montero, australien d'une quarantaine d'années, plus connu dans le milieu du rock indépendant pour ses talents de dessinateur que ceux de chanteur ou musicien. Il a notamment travaillé pour des artistes comme Mac Demarco - dont il a aussi fait la première partie - Ariel Pink ou Pond, soit pour les pochettes de disques soit pour des tee-shirts. Le gars avait même presque tiré un trait sur sa carrière musicale, d'une part parce qu'il avoue préférer le dessin, d'autre part parce qu'il sait qu'il ne rencontrera jamais le succès dans ce domaine. Dis comme ça, on ne peut s'empêcher d'avoir un peu d'affection pour le bonhomme, sorte de loser revendiqué, un brin fantaisiste et jemenfoutiste.
Surtout que "Performer" est un excellent disque de soft-rock, quelque part entre MGMT pour le côté mélodique et psychédélique et Ariel Pink pour le côté kitsch assumé et bricolé et l'inspiration ne…