Accéder au contenu principal

Mes indispensables : Flotation Toy Warning - Bluffer's Guide To The Flight Desk (2004)

Ce disque est un secret bien gardé. C'est aujourd'hui encore le premier et unique album du groupe. Ils sont anglais, se nomment Flotation Toy Warning et ont été signés en France sur l'excellent label Bordelais Talitres. Depuis, pas beaucoup de nouvelles, hormis le fait que leur chanteur, Paul Carter, à l'impressionnante voix de ténor (oui, oui, c'est bien lui qui chante à la fin de "Losing Carolina"), a fait une apparition sur le très beau projet The Fizcarraldo Sessions. Pourtant, depuis le début de l'année, des rumeurs persistantes de deuxième album circulent sur le net, celui-ci devrait d'abord sortir au compte-goutte sous forme de singles puis en version intégrale d'ici à la fin 2011. "Bluffer's Guide To The Flight Desk" ne sera donc plus orphelin, sans suite, ce qui le rendait d'autant plus précieux... J'ai, pour ma part, déjà eu la chance de pouvoir mettre des visages derrière ce drôle de nom de groupe. Des visages et un joli souvenir aussi. C'était dans le cadre du festival Villette Sonique, à Paris, en 2005, et en plus, c'était gratuit ;) Les malheureux avaient joué en tout début d'après-midi devant un public particulièrement clairsemé (et c'est un doux euphémisme...) Mais leur disque avait déjà eu son petit effet sur moi et malgré la présence de The Fall (oui, quand même) le même jour, c'était bien eux que j'étais venu voir avant tout.
 Crédit photo : Marc Saurfelt
La photo ci-dessus provient d'ailleurs de ce fameux concert. Et loin de faire retomber la magie, leur prestation m'avait en plus fait découvrir un groupe éminemment sympathique, charmant. A la fin du set, j'avais même fait mon fan de base, en allant récupéré les baguettes du batteur. Mais, pour en revenir à la musique, puisque c'est aussi ça qui nous intéresse, leur style est à situer parmi la mouvance outre-Atlantique de groupes comme Polyphonic Spree, Mercury Rev, Flaming Lips et Grandaddy. De la pop symphonique donc, à effet immédiat, ultra-mélodique, et qui n'oublie pas d'être régulièrement chargée en émotions. Et tant pis si j'ai ébruité le secret - de toute façon, ça finira bien par se savoir - : "Bluffer's Guide To The Flight Desk" est un des plus grands disques pop de la dernière décennie. A un moment donné, il faut savoir partager les bons petits plats entre amis :)

Vidéo de "Happy 13" :

Commentaires

  1. Un des meilleurs disques de tous les temps pour moi. Un vrai chef-d'oeuvre. Et il n'est même plus vraiment distribué.
    Ça doit faire maintenant trois ans qu'on attend la suite. J'espère que l'histoire des singles sera la bonne !
    Et merci Talitres. :)

    RépondreSupprimer
  2. Espérons juste que ça ne reste pas un "trésor caché" comme tant d'autres et que le nouvel album arrive bien cette année, même le 31 décembre, on prend quand même !

    RépondreSupprimer
  3. Immense album, j'en parle aussi dans mon blog (où je fait également mon fan de base)
    http://boomboomerang.blogspot.com/2011/01/flotation-toy-warning.html

    Et l'histoire semble se répéter avec les Irlandais de Hal, pas de suite à leurs superbes premier album éponyme...

    RépondreSupprimer
  4. La suite en fin d'année sûre ? Parce que bon, à chaque fois on nous le promet...
    C'est marrant parce que j'adhère à fond à beaucoup de tes "indispensables", c'est comme si tu parlais à ma place ! Excellent album que ce Flotation Toy Warning en effet, dont la chanson "Fire Engine On Fire pt. 2" m'a hanté durant des semaines...

    RépondreSupprimer
  5. Hello.

    "Bluffer's Guide To The Flight Desk" de Flotation Toy Warning est un grand disque, un très grand disque même. Élégiaque, planant et atmosphérique, leur pop baroque, leur rock épique aux arrangements somptueux, aux mélodies belles à pleurer et aux orchestrations pharaoniques ont séduit plus d'un amateur de pop/rock symphonique. Un monument de grâce, de beauté et d'émotions....

    RépondreSupprimer
  6. Bon, apparemment, vu le nombre de commentaires élogieux, ça ne doit pas vraiment être un trésor si caché que cela ;)
    En tout cas, merci à tous pour vos retours...encourageants :)

    RépondreSupprimer
  7. Tiens, ma photo... J'aurais aimé être informé, mais en fait il n'y avait pas de lien pour m'envoyer un message dans mon profil Google/Picasa. C'est fait maintenant.

    Et ça me fait plaisir qu'elle t'a plu

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Iggy Pop - Post Pop Depression

Après la mort de l'icône Bowie, c'est plus fort que nous, on essaie de faire le point. Que sont devenus nos idoles ? Ces modèles, ces personnages incontournables de l'histoire du rock. Ces artistes qui ont su traverser les générations, en restant aujourd'hui encore des références pour les plus jeunes. Iggy Pop est évidemment de ceux-là. Même si la figure tutélaire du punk, l'iguane, a pris du plomb dans l'aile depuis pas mal d'années, jusqu'à apparaître dans des spots publicitaires, en parodie de l'éternel rebelle. Comme s'il était le seul à parler à tout le monde dans les chanteurs dits un tant soit peu transgressifs. Mais l'époque de "I Wanna Be Your Dog" ou autres "Penetration" est bien révolue. Le monde a changé, plus très apte à s'offusquer à la première chanson un peu trop crue écoutée. Iggy lui même a vieilli, il l'avoue. Il ne se sent pas rivaliser avec la nouvelle génération. D'ailleurs, où est la re…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

Baxter Dury - Prince of Tears

Revoilà Baxter, fils de, et petit prince d'une pop douce-amère aux intonations cockney. Dès les premières notes de "Miami", on reconnait son style si caractéristique, son côté dandy cynique et passablement misanthrope. Dury est adepte de l'humour British : cacher sous une apparente nonchalance (et sans doute quelques verres d'alcool) une profonde mélancolie. Depuis la terrible "Happy Soup", le chanteur est un habitué de mes tops de fin d'année. Ce "Prince of Tears" ou l'éternel sujet du comment se sortir par la musique d'un douloureux chagrin d'amour, devrait ne pas déroger à la règle. Ce disque n'a finalement qu'un seul défaut, celui d'être trop court. Il s'y dégage cette habituelle impression de facilité, comme si ces mélodies allaient de soi. Un peu comme Gainsbourg, dont l'anglais n'a jamais été aussi proche, en son temps. Les arrangements font régulièrement penser à l'auteur de "Melody Nel…