Accéder au contenu principal

Mes indispensables : Jeff Buckley - Grace (1994)

Bon, après avoir beaucoup glosé sur les qualités et les défauts d'Anna Calvi - promis, je n'y reviendrai pas, même si je persiste et signe à dire que c'est un excellent disque - et sa soit-disant proximité avec la musique d'un certain Jeff Buckley, je me suis dit justement qu'il était temps de revenir sur le seul véritable album de ce dernier : "Grace". Album qui aura marqué toute une génération, mais dont quelques uns commencent à égratigner un peu le statut de chef d'oeuvre inattaquable. Pourtant, je viens de remarquer qu'il est encore difficile d'oser touché à l'idôle et de tenter les comparaisons (ah... les morts...) La faute à la télé-réalité aussi, qui a vu, quelques malheureux candidats essayer de reprendre LA fameuse chanson du maître, "Hallelujah", morceau qui n'est d'ailleurs pas de son fait mais comme tout le monde le sait, l'oeuvre de Leonard Cohen, autre expert ès émotions. Et ces émissions de télé de démontrer pour certains que Jeff Buckley n'était finalement, lui aussi, qu'un vulgaire chanteur de karaoké, aussi doué était-il, jamais aussi l'aise que dans les reprises, "Lilac Wine" et donc "Hallelujah" en tête et un compositeur assez besogneux, incapable de dépasser ses nombreuses influences.
Mais, comme pour beaucoup donc, Jeff Buckley, c'est une partie de mon adolescence, c'est lié à des souvenirs, et c'est aussi le regret de ne jamais avoir vu le monsieur sur scène, juste d'avoir été parcouru de frissons par médias interposés : un concert au Bataclan diffusé sur France Inter, une prestation mémorable sur Canal+. Bien sûr, aujourd'hui, en réécoutant "Grace", je ne ressens plus la même chose qu'à 18 ans, l'émotion n'est plus si présente, il y a quinze ans de recul. A l'époque, le disque m'avait fait un tel effet que je me sentais obligé d'en parler autour de moi, de crier partout la bonne nouvelle. J'avais l'impression d'être fort, de détenir un pouvoir que d'autres n'avaient pas : je connaissais Jeff Buckley. Quelque part, ce disque m'a donné un peu de confiance en moi : on est con quand on est jeune. Aujourd'hui encore, je me rends compte qu'il m'est impossible d'en dire du mal. Cela serait renier trop de choses, une part de moi-même peut-être. Oui, Jeff Buckley, c'est mon adolescence et il n'y a rien de pire que de briser les rêves d'un adolescent...

Clip de "Grace" :

"Hallelujah" en live sur Canal+ :

Commentaires

  1. 1. Je viens de lire le texte des Inrocks. J'adore naturellement tout ce qui est iconoclaste et, avec un peu de talent, il y aurait à écrire sur le Jeff. Mais, là, l'exercice est stylistiquement ramené à son niveau le plus bas. On dirait un enfant qui reprend un texte officiel (la bio, en l'occurrence) et ajoute à chaque fin de phrase "caca" ou "pipi". Assez triste!
    2. Pauvre de toi qui ne verra et n'entendra jamais "Kick Out The Jam" repris en live! :-)

    RépondreSupprimer
  2. Oui, je suis d'accord avec toi, l'article des Inrocks est franchement pathétique, comme une grande partie de ce qu'ils écrivent depuis quelques années déjà :-(

    RépondreSupprimer
  3. L'enchaînement Anna Calvi/Jeff Buckley est assez cruel pour la première ;-)

    RépondreSupprimer
  4. Tiens, sur Anna Calvi, il y a aussi Télérama qui abonde dans mon sens : http://www.telerama.fr/musiques/anna-calvi,64599.php
    Pour une fois que je suis d'accord avec ce cher Hugo Cassavetti :)

    RépondreSupprimer
  5. Oui j'ai lu, "dénuée d'inutiles effets" "sobre" j'ai bien ri ^^

    RépondreSupprimer
  6. Ok, le texte est sujet à polémiques mais, malgré que l'auteure démolie mon idole, il faut quand même replacer ce papier dans son contexte : il fait parti d'une série nommé "ça casse" et dont le but est de démonter un disque d'artiste/groupe intouchable. Est-ce vraiment utile ? je ne sais pas mais quand on (et j'en fais parti) n'arrête pas de dire que les Inrocks sont devenus trop lisse et consensuel, il faut admettre l'audace. De plus, il me semble que c'est du second degré, comme une boutade entre collèges de bureau, là des journalistes passionnés, pour se charrier !!

    Sinon, "Grace" est un des 10 meilleurs disques des années 90', et haut la-main.
    Je suis d'accord avec toi, "Anna Calvi" est un très bon disque, très habité et inspiré. Lundi je crois, sur la chaine TNT n°17 Direct Star, il y avait 1 superbe doc fait d'interviews entrecoupées d'extraits de concerts + des clips d'artistes/groupes que la Miss Calvi adore ou s'est inspirée (TV On The Radio, Bowie, Nick Cave/Kilye Minogue, Jeff Buckley justement, etc...). A voir !!!

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Top albums 2017

Vous l'attendiez tous - si, si, ne dites pas le contraire - mon top albums 2017 ! Ce ne fut une fois de plus pas chose aisée, même aux toutes premières places, car aucun disque ne se dégageait facilement du lot. Pas de grande révélation pour moi cette année, on retrouve donc dans ce classement, des habitués. La principale déception, même si toute relative car l'album est quand même très bon, reste le retour de LCD Soundsystem. Le groupe devait normalement écraser la concurrence, il n'en fut rien. Leur musique est devenue plus réfléchie et moins dansante. Moins marquante donc pour moi. Sinon, dans ceux qui sont restés à la porte de ce top 10 et qui n'ont pas démérité, il y a Babx, Destroyer, Alex Cameron, Xiu Xiu ou Feist. Mais trève de discours, voici donc, en toute subjectivité, mes 10 disques préférés de l'année écoulée.

10. Snapped Ankles - Come Play The Trees
Les anglais de Snapped Ankles pratiquent une sorte de musique hybride, mélange de post-punk, d'élect…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

Montero - Performer

"Performer" est le deuxième album de Bjenny Montero, australien d'une quarantaine d'années, plus connu dans le milieu du rock indépendant pour ses talents de dessinateur que ceux de chanteur ou musicien. Il a notamment travaillé pour des artistes comme Mac Demarco - dont il a aussi fait la première partie - Ariel Pink ou Pond, soit pour les pochettes de disques soit pour des tee-shirts. Le gars avait même presque tiré un trait sur sa carrière musicale, d'une part parce qu'il avoue préférer le dessin, d'autre part parce qu'il sait qu'il ne rencontrera jamais le succès dans ce domaine. Dis comme ça, on ne peut s'empêcher d'avoir un peu d'affection pour le bonhomme, sorte de loser revendiqué, un brin fantaisiste et jemenfoutiste.
Surtout que "Performer" est un excellent disque de soft-rock, quelque part entre MGMT pour le côté mélodique et psychédélique et Ariel Pink pour le côté kitsch assumé et bricolé et l'inspiration ne…