11 mars 2011

Joel & Ethan Coen

Après Sofia Coppola, c'est le retour du cinéma chez papa, avec une fois de plus, - tant qu'à faire - des réalisateurs que j'apprécie particulièrement : les fameux frères Coen. J'ai vu tous leurs films de "Blood Simple" au dernier "True Grit" et je dois dire qu'aucun ne m'a réellement déçu. Ces deux gars-là ont une constance assez rare dans le milieu - même un Woody Allen a déjà fait quelques films ennuyeux. Avec le recul, j'aurais d'ailleurs bien du mal à dire celui que je préfère, tellement chacun possède son petit charme particulier, même s'il y a des motifs qui reviennent dans tous, comme le goût des frangins pour raconter des histoires de losers. Jamais ou presque ils ne sauvent entièrement un personnage, même la jeune héroïne de leur dernier film, modèle bien hollywoodien de courage, d'abnégation et de vertu, ne connaîtra finalement pas une vie très envieuse. Pourtant, comme beaucoup, si je devais avancer un film plus qu'un autre, ce serait "The Big Lebowski". Pas parce que c'est objectivement leur meilleur, non, plutôt pour sa formidable galerie d'acteurs avec bien sûr une mention spéciale pour le principal protagoniste de l'histoire, "the Dude" magistralement interprété par Jeff Bridges, modèle de "coolitude" et de "jemenfoustisme". Parce que c'est aussi sans doute le plus ouvertement drôle et celui dans lequel ils se moquent le plus franchement de leurs personnages (avec le sous-estimé "Burn After Reading"). Mais cette moquerie n'est, chez eux, jamais cynique, il y a toujours une profonde tendresse. A travers tous leurs films, ils n'ont finalement eu de cesse de dézinguer tout ce qui touche de près ou de loin au mythe américain : le western avec "True Grit", la CIA avec "Burn After Reading", l'intelligentsia juive avec "A Serious Man", le capitalisme avec "Le Grand Saut", Hollywood avec "Barton Fink", etc, ramenant à chaque fois les grandes valeurs et institutions de leur pays à hauteur d'hommes. Car s'il y a une autre constante chez eux, c'est le côté profondément humain de leurs films. Et c'est sans doute aussi pour ça qu'ils (me) touchent autant.



PS : Comme c'est quand même avant tout un blog de musique, je vous ai mis une petite sélection de morceaux extraits de leurs films. A vous de trouver maintenant à quel long-métrage correspond chaque chanson du lecteur ci-dessus...

6 commentaires:

  1. Je te suis tout à fait, si ce n'est qu'il y a quelques films que je trouve vraiment au dessus (Fargo, Barton Fink...) et d'autres vraiment en dessous (Intolérable Cruauté, Ladykillers). Mais on trouve toujours de quoi se satisfaire à chaque fois c'est vrai. Ce True Grit est dans un entre-deux, un bon film, souvent drôle, qui manque juste un peu de mordant.

    RépondreSupprimer
  2. Oui, "True Grit" n'est sûrement pas leur meilleur, mais un film des frères Coen reste toujours agréable à regarder.

    RépondreSupprimer
  3. Fargo mon préféré moi, pour la beauté du sang sur la neige et pour Steve Buscemi que j'adore.

    RépondreSupprimer
  4. je suis d'accord avec vous chaque film des frères Coen a son charme.merci pour ce blog

    RépondreSupprimer
  5. J'ai été bien déçu par "True Grit", je devais trop en attendre de ce premier western des Coen car il faut avouer qu'il semble plus "spielbergien-tim burtonien" dans l’ensemble que l'habituelle verdeur des brothers.

    Mais tu dois être plus inconditionnel que moi car - exception notable de l'excellent "Big Lebowski" - je trouve leurs comédies inégales : je leur pardonne peu leurs très appuyés "Le Grand Saut", "Ladykillers", "Intolérable Cruauté" (même "O'Brother" m'a laissé un peu à la porte) en regard de leurs impeccables "Blood Simple", "Miller's Crossing" et "Fargo", mes 3 préférés avec ce dernier tout en haut de la liste !

    RépondreSupprimer
  6. J'aime beaucoup les frères Coen mais leurs deux derniers (avant True Grit) m'avaient laissé sur ma faim. Je n'avais pas réussi à rentrer dans l'"histoire" de A Serious Man et No Country m'avait plu jusqu'à sa fin. Alors oui, les Coen sont comme ca mais là ca m'avait vraiment désolé qu'un film aussi bon jusqu'alors, tenu par un personnage (et un acteur!) formidable soit gâché par une fin sans queue ni tête, quand bien même cela est leur marque de fabrique.
    Bref, True Grit peut-être mais j'avoue que j'y vais sur la pointe des pieds...

    RépondreSupprimer