Accéder au contenu principal

Mes indispensables : Portishead - Dummy (1994)

Déjà plus que cinq indispensables à référencer ici (ben oui, j'ai prévu m'arrêter à 100, qui est, je pense, un bon chiffre, non ?) et il est grand temps de faire le tour des popotes pour écouter ce qu'il reste encore en stock et qui mérite assurément une petite bafouille. "Dummy" de Portishead donc, impensable de passer à côté, même si ce n'est évidemment pas un disque de saison (encore qu'avec ce 14 juillet pourri...). Parce qu'il est encore meilleur à chaque nouvelle écoute, parce que le chant de Beth Gibbons ferait pleurer n'importe quel être normalement constitué, parce que Geoff Barrow inventait alors un nouveau son, qui, s'il était étiqueté à l'époque comme faisant partie intégrante du mouvement trip-hop, a depuis largement dépassé le cadre étroit de cette appellation. Parce que plus que de copier-coller une recette existante, Portishead expérimentait de nouvelles bases sonores : une soul tournant au ralenti, chaude au-dedans comme au dehors; la bande originale d'un western introspectif, sans coup de feu ni escarmouche, comme si le héros semblait résigner, acceptant sa terrible situation et prenait sur lui de ne pas se venger. (Il est souvent question de vengeance dans ce genre de films, non ?) Une musique à écouter au chaud sous la couette : "Nobody loves me, it's true, not like you do". Tout est dit.
On sait depuis, que ce groupe est devenu, avec Radiohead, un des plus importants apparus ces vingt dernières années. Malgré le fait qu'ils n'ont sorti en plus de quinze ans d'existence que trois albums. Mais quels disques ! Deux sur trois sont dans mes indispensables et le dernier restant n'est autre que le préféré de maman. On pourrait aussi parler du magnifique album solo (avec Rustin Man) de la demoiselle Gibbons et des quelques projets éparses du sieur Barrow, sorte de Kubrick du rock, éternel empêcheur d'écouter en rond. On pourrait mais on ne le fera pas, parce que ce "Dummy" est déjà en soit un chef d'oeuvre. Un disque qui contient autant de chansons bouleversantes est amplement suffisant.

Clip de "Glory Box" :

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Iggy Pop - Post Pop Depression

Après la mort de l'icône Bowie, c'est plus fort que nous, on essaie de faire le point. Que sont devenus nos idoles ? Ces modèles, ces personnages incontournables de l'histoire du rock. Ces artistes qui ont su traverser les générations, en restant aujourd'hui encore des références pour les plus jeunes. Iggy Pop est évidemment de ceux-là. Même si la figure tutélaire du punk, l'iguane, a pris du plomb dans l'aile depuis pas mal d'années, jusqu'à apparaître dans des spots publicitaires, en parodie de l'éternel rebelle. Comme s'il était le seul à parler à tout le monde dans les chanteurs dits un tant soit peu transgressifs. Mais l'époque de "I Wanna Be Your Dog" ou autres "Penetration" est bien révolue. Le monde a changé, plus très apte à s'offusquer à la première chanson un peu trop crue écoutée. Iggy lui même a vieilli, il l'avoue. Il ne se sent pas rivaliser avec la nouvelle génération. D'ailleurs, où est la re…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

Baxter Dury - Prince of Tears

Revoilà Baxter, fils de, et petit prince d'une pop douce-amère aux intonations cockney. Dès les premières notes de "Miami", on reconnait son style si caractéristique, son côté dandy cynique et passablement misanthrope. Dury est adepte de l'humour British : cacher sous une apparente nonchalance (et sans doute quelques verres d'alcool) une profonde mélancolie. Depuis la terrible "Happy Soup", le chanteur est un habitué de mes tops de fin d'année. Ce "Prince of Tears" ou l'éternel sujet du comment se sortir par la musique d'un douloureux chagrin d'amour, devrait ne pas déroger à la règle. Ce disque n'a finalement qu'un seul défaut, celui d'être trop court. Il s'y dégage cette habituelle impression de facilité, comme si ces mélodies allaient de soi. Un peu comme Gainsbourg, dont l'anglais n'a jamais été aussi proche, en son temps. Les arrangements font régulièrement penser à l'auteur de "Melody Nel…