Accéder au contenu principal

The Wild Swans - The Coldest Winter For A Hundred Years

Les années 80 reviennent en force, ce n'est plus un secret pour personne, et avec elles, son cortège de reformations. Même d'obscurs groupes refont leur apparition, comme The Wild Swans. Bon, je ne vais pas faire mon malin (pour une fois :), je n'avais jamais entendu parler d'eux. Pourtant, ils ne sont pas nés de la dernière pluie et se sont formés au tout début des années 80. Ils viennent de Liverpool et peuvent être rattachés à toute la scène locale de cette époque-là, de Echo And The Bunnymen aux Pale Fountains en passant par les Teardrop Explodes. Paul Simpson, leur leader, officiait d'ailleurs derrière les claviers de la bande de Julian Cope avant de quitter le navire pour voguer avec ses Wild Swans. Le groupe a eu plusieurs vies et n'a finalement sorti que très peu de disques (3 + 1 compilation) en plus de 30 ans de carrière. Il aura fallu attendre 2 ans depuis le retour de la formation liverpudlienne pour voir paraître "The Coldest Winter For A Hundred Years". 
Les excellents singles "The Liquid Mercury" et "English Electric Lightning" divulgués entre temps sont d'ailleurs présents sur l'album. Preuve si besoin était que les cygnes sauvages savent prendre leur temps. Simpson pense que ce nouveau disque savamment modelé, pourrait être leur meilleur : ça tombe bien car il sonne comme si le temps s'était arrêté, avec ces guitares aux arpèges clairs et cette voix qui n'est pas sans rappeler, qui celle d'un Lloyd Cole, qui celle d'un Luke Haines. Le tout est léger, délicieusement désuet, faisant la part belle aux glorieux ancêtres du cru ("My Town"). On croyait le secret de ce son là définitivement enfoui. Merci aux Wild Swans de nous avoir réouvert la boîte à souvenirs...

Commentaires

  1. Wouah ! Tu nous prends par les sentiments avec ce disque : c'est le meilleur de la pop anglaise des années 80 qui nous revient en mémoire... (une pensée pour St Christopher -Sarah Records-) EXCELLENT, vraiment ! "Lost At Sea" me fait penser aux Go-Betweens aussi... MERCI pour ce joli coup de coeur !

    RépondreSupprimer
  2. Oui, c'est bien dommage que ce genre de disques (de groupes) ne rencontre pas plus d'échos...

    RépondreSupprimer
  3. De passage chez vous (hello). Des souvenirs avec Wild Swans, une pochette bleue accrocheuse repérée chez New Rose, l'écoute aussitôt, puissante, lyrique, et le sentiment jouissif d'assister au début d'une aventure musicale, hélas sans lendemain. Pour info, Wild Swans, c'était aussi la moitié de Lotus Eaters (the first picture of you). Ce tube prend une autre dimension quand on le ré-écoute. Bon vent au blog

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Top albums 2017

Vous l'attendiez tous - si, si, ne dites pas le contraire - mon top albums 2017 ! Ce ne fut une fois de plus pas chose aisée, même aux toutes premières places, car aucun disque ne se dégageait facilement du lot. Pas de grande révélation pour moi cette année, on retrouve donc dans ce classement, des habitués. La principale déception, même si toute relative car l'album est quand même très bon, reste le retour de LCD Soundsystem. Le groupe devait normalement écraser la concurrence, il n'en fut rien. Leur musique est devenue plus réfléchie et moins dansante. Moins marquante donc pour moi. Sinon, dans ceux qui sont restés à la porte de ce top 10 et qui n'ont pas démérité, il y a Babx, Destroyer, Alex Cameron, Xiu Xiu ou Feist. Mais trève de discours, voici donc, en toute subjectivité, mes 10 disques préférés de l'année écoulée.

10. Snapped Ankles - Come Play The Trees
Les anglais de Snapped Ankles pratiquent une sorte de musique hybride, mélange de post-punk, d'élect…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

Montero - Performer

"Performer" est le deuxième album de Bjenny Montero, australien d'une quarantaine d'années, plus connu dans le milieu du rock indépendant pour ses talents de dessinateur que ceux de chanteur ou musicien. Il a notamment travaillé pour des artistes comme Mac Demarco - dont il a aussi fait la première partie - Ariel Pink ou Pond, soit pour les pochettes de disques soit pour des tee-shirts. Le gars avait même presque tiré un trait sur sa carrière musicale, d'une part parce qu'il avoue préférer le dessin, d'autre part parce qu'il sait qu'il ne rencontrera jamais le succès dans ce domaine. Dis comme ça, on ne peut s'empêcher d'avoir un peu d'affection pour le bonhomme, sorte de loser revendiqué, un brin fantaisiste et jemenfoutiste.
Surtout que "Performer" est un excellent disque de soft-rock, quelque part entre MGMT pour le côté mélodique et psychédélique et Ariel Pink pour le côté kitsch assumé et bricolé et l'inspiration ne…