Accéder au contenu principal

The La's - There She Goes (1988)

A l'instar de My Bloody Valentine, les La's sont le groupe d'un seul album plutôt culte - bon, j'exagère un peu pour la formation de Kevin Shields qui en a sorti deux - et qui repointe le bout de son nez de temps en temps. On parle à chaque sortie d'un possible nouveau disque et le sujet devient depuis le temps (plus de vingt ans) une de ces arlésiennes que le rock aime tant. Sauf qu'à force d'attente, plus personne n'y croit vraiment et les années passant, même les fans les plus invétérés finissent par s'en foutre royalement. Pourtant, il y a quelques jours seulement, les La's ont refait leur apparition chez nous dans le cadre du festival Rock en Seine. Ceux qui y étaient n'en ont à priori pas gardé un souvenir impérissable... Mais revenons une paire de décennies en arrière, au moment où le groupe de Lee Mavers a défini les contours de ce qui deviendra trois années plus tard la brit-pop, cette mode toute british qui a fait revivre les fantômes du passé avec les guitares et l'aplomb de la jeunesse d'aujourd'hui. Leur unique album éponyme apparaît début 1990 et pourtant on croirait entendre quelque chose sorti au beau milieu des sixties. Le reste du disque est plus rêche, brut que le lumineux "There She Goes", qui y fait alors presque office d'incongruité. Mavers, mécontent du résultat, aurait tout de suite voulu le ré-enregistrer. Non seulement, il n'en a finalement rien été, mais en plus, on attend toujours une suite. Voyant leur leader incapable d'avancer, le groupe va vite se désagréger, et le bassiste John Power former les sympathiques Cast en pleine période brit-pop. On en restera donc là avec les La's. Mais aujourd'hui comme hier, "There She Goes" fait toujours figure de classique instantané.

there she goes
there she goes again
racing thru' my brain

and i just can't contain
this feelin' that remains

there she blows
there she blows again
pulsing thru' my vein

and i just can't contain
this feelin' that remains


there she goes, there she goes again
she calls my name, pulls my train
no-one else could heal my pain

and i just can't contain
this feelin' that remains

there she goes
there she goes again
chasing down my lane

and i just can't contain
this feelin' that remains

Commentaires

  1. C'était pour moi la chanson de l'année 1990, et avec le temps, devenue un des meilleures chansons pop carrément... même si depuis on a appris que le "she" s'adresserait plus à la drogue qu'à une demoiselle (cf Wikipédia).
    Pfff, on respecte même plus les souvenirs ;-)

    RépondreSupprimer
  2. Superbe chanson. Mais qu'est-ce que j'ai pu les flinguer les La's! Le son de l'album est rêche, on dirait qu'il est tout rabougri, comme une petite carcasse d'oiseau mort. Cela dit... la mauvaise foi ayant une fin, il faut bien admettre qu'il n'est pas sans intérêt - loin de là!

    RépondreSupprimer
  3. @Matador : C'est vrai qu'après avoir écouté There She Goes", je m'attendais à autre chose pour l'album. C'est aussi pour cela qu'il n'est pas parmi mes indispensables :)

    RépondreSupprimer
  4. Alors c'était pas terrible les La's à Rock en Seine? Bien fait de ne pas y aller...
    Petit souvenir: festival du Val d'Oise à Pontoise, en 90 je crois. Les La's au programme en invité mystère, juste avant les VRPs et la Mano Negra (véridique!). Concert fabuleux, ça pogotait dans tous les sens devant la scène (oui, même pendant les La's)!
    Quelques jours plus tôt les La's étaient passés à la Cigale (pour les 5 ans des Inrocks si ma mémoire est bonne) et l'ambiance avait été nettement plus calme, mais le concert excellent également...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Top albums 2017

Vous l'attendiez tous - si, si, ne dites pas le contraire - mon top albums 2017 ! Ce ne fut une fois de plus pas chose aisée, même aux toutes premières places, car aucun disque ne se dégageait facilement du lot. Pas de grande révélation pour moi cette année, on retrouve donc dans ce classement, des habitués. La principale déception, même si toute relative car l'album est quand même très bon, reste le retour de LCD Soundsystem. Le groupe devait normalement écraser la concurrence, il n'en fut rien. Leur musique est devenue plus réfléchie et moins dansante. Moins marquante donc pour moi. Sinon, dans ceux qui sont restés à la porte de ce top 10 et qui n'ont pas démérité, il y a Babx, Destroyer, Alex Cameron, Xiu Xiu ou Feist. Mais trève de discours, voici donc, en toute subjectivité, mes 10 disques préférés de l'année écoulée.

10. Snapped Ankles - Come Play The Trees
Les anglais de Snapped Ankles pratiquent une sorte de musique hybride, mélange de post-punk, d'élect…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

Montero - Performer

"Performer" est le deuxième album de Bjenny Montero, australien d'une quarantaine d'années, plus connu dans le milieu du rock indépendant pour ses talents de dessinateur que ceux de chanteur ou musicien. Il a notamment travaillé pour des artistes comme Mac Demarco - dont il a aussi fait la première partie - Ariel Pink ou Pond, soit pour les pochettes de disques soit pour des tee-shirts. Le gars avait même presque tiré un trait sur sa carrière musicale, d'une part parce qu'il avoue préférer le dessin, d'autre part parce qu'il sait qu'il ne rencontrera jamais le succès dans ce domaine. Dis comme ça, on ne peut s'empêcher d'avoir un peu d'affection pour le bonhomme, sorte de loser revendiqué, un brin fantaisiste et jemenfoutiste.
Surtout que "Performer" est un excellent disque de soft-rock, quelque part entre MGMT pour le côté mélodique et psychédélique et Ariel Pink pour le côté kitsch assumé et bricolé et l'inspiration ne…