Accéder au contenu principal

The Undertones - Teenage Kicks (1978)

L'événement rock du moment est la réédition du mythique "Nevermind" de Nirvana pour les vingts ans de sa parution. Même si ce dernier a davantage marqué ma jeunesse, j'ai plutôt envie de revenir sur un autre disque, plus ancien et moins célèbre. Et pourtant... Plus encore que "Smells Like Teen Spirit" (je persiste à croire que le groupe de Cobain reste très surestimé..), le "Teenage Kicks" des modestes Irlandais de The Undertones demeure une des plus belles chansons rock parlant de l'adolescence. Un "tube" que John Peel, le "Bernard Lenoir" anglais considérait comme sa chanson préférée de l'histoire, rien de moins. Un titre d'une évidence rare, qui marque, dès sa première écoute. C'est la première chanson écrite par le tandem Sharkey/O'Neill, l'un des meilleurs qu'aient engendré l'Irlande du Nord, il y en aura bien d'autres ensuite, tout aussi excellentes, notamment sur leur premier album éponyme, dans l'esprit des plus grands groupes de l'époque, des Jam aux Buzzcocks en passant par les inévitables Sex Pistols. Commencée avec le punk, la carrière de la formation de Londonderry se poursuivera vers une pop plus mature et teintée de soul, notamment avec un très bon troisième disque "Positive Touch". Puis, les Undertones disparaîtront presque aussi rapidement qu'ils étaient apparus, confirmant ainsi l'adage comme quoi le rock et la sagesse ne font souvent pas bon ménage. Ils resteront donc injustement considérés comme le groupe d'une unique chanson.

Are teenage dreams so hard to beat
Everytime she walks down the street
Another girl in the neighbourhood
Wish she was mine, she looks so good

I wanna hold her wanna hold her tight
Get teenage kicks right through the night


I'm gonna call her on the telephone
Have her over cos i'm all alone
I need exitement oh i need it bad
And its the best, i've ever had

I wanna hold her wanna hold her tight
Get teenage kicks right through the night

I wanna hold her wanna hold her tight
Get teenage kicks right through the night

Commentaires

  1. The Undertones, mon groupe favori lorsque j'etais gamin, decouvert lors d'un retransmission sur FR3 Bretagne d'un de leur dernier concert en 1983 au festival Elixir (Guehenno?). Leurs deux premiers LPs sont toujours indispensables et rejouissants; il y aussi un double album (sur la pochette une jeune femme nue avec sur son corps des tranches de lard, le tout sous celophane, tres classe!) ou on retrouve tous les 7"avec les precieuses faces B. Vraiment moins power punk/pop, j'aimais bien aussi leur freres ennemis SLF, mais bon c'est encore une autre histoire...Cheers. Gwen.

    RépondreSupprimer
  2. Putain de chanson parfaite! 2 minutes 22 secondes, pas une de plus. Et ce clip, ce chanteur incroyable, ces gueules de petites frappes...
    Mais pourquoi donc Les Undertones ne sont-ils pas à la place de U2 aujourd'hui?

    RépondreSupprimer
  3. @Gwen : C'est vrai qu'elle est sympa, cette pochette : http://rateyourmusic.com/release/comp/the_undertones/all_wrapped_up/ :)
    @Anonyme : Oui, c'est vrai pourquoi U2 et pas eux ?

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Destroyer - Ken

Découvert réellement au moment de son dernier et magnifique "Poison Season" - très bien classé dans mon top albums 2015 - Destroyer est déjà en passe de devenir un de mes groupes préférés. Son nouveau disque "Ken" a une étonnante référence : c'est le titre original du très beau "The Wild Ones" de Suede. Pourtant, l'univers musical de Dan Bejar est assez éloigné de celui de Brett Anderson, même si tous les deux puisent plus leur inspiration en Angleterre qu'en Amérique. La musique, assez proche de son "Kaputt" - son disque le plus adulé par la critique - revient à des sonorités eighties. On croirait entendre une sorte de New Order (les synthés sur "In The Morning" ou "Tinseltown Swimming in Blood") ou de Pet Shop Boys pas dansant, plus précieux et orchestré, qui ferait davantage de bien à la tête qu'aux pieds. "Sky's Grey" fait aussi penser à la classe et l'épure de son précédent album et bea…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

John Maus - Screen Memories

Cela faisait un bail qu'on n'avait pas eu de nouvelles du doux illuminé de John Maus. Depuis son magnifique et intransigeant "We must become the pitiless censors of ourselves" sorti en 2011 et une compilation de vieux titres parue un an après. La musique est toujours la même, sorte d'Ariel Pink, avec qui il a travaillé autrefois, en version cold wave. La chanson "Time to live" sur l'album "Dedicated to Bobby Jameson" de ce dernier fait d'ailleurs beaucoup penser à du John Maus. Comme si Pink était la version joyeuse et Maus la version sombre d'une seule et même idée de la pop musique. Il n'y a pas sur "Screen Memories" de titres aussi monumentaux que "Believer". C'est plutôt le genre de disque assez homogène qui s'écoute d'une traite, sans sauter de morceaux, parce que la qualité et le style restent constants.  Le gars aime toujours autant bidouiller des sons synthétiques sur ses machines, créan…