Accéder au contenu principal

The Undertones - Teenage Kicks (1978)

L'événement rock du moment est la réédition du mythique "Nevermind" de Nirvana pour les vingts ans de sa parution. Même si ce dernier a davantage marqué ma jeunesse, j'ai plutôt envie de revenir sur un autre disque, plus ancien et moins célèbre. Et pourtant... Plus encore que "Smells Like Teen Spirit" (je persiste à croire que le groupe de Cobain reste très surestimé..), le "Teenage Kicks" des modestes Irlandais de The Undertones demeure une des plus belles chansons rock parlant de l'adolescence. Un "tube" que John Peel, le "Bernard Lenoir" anglais considérait comme sa chanson préférée de l'histoire, rien de moins. Un titre d'une évidence rare, qui marque, dès sa première écoute. C'est la première chanson écrite par le tandem Sharkey/O'Neill, l'un des meilleurs qu'aient engendré l'Irlande du Nord, il y en aura bien d'autres ensuite, tout aussi excellentes, notamment sur leur premier album éponyme, dans l'esprit des plus grands groupes de l'époque, des Jam aux Buzzcocks en passant par les inévitables Sex Pistols. Commencée avec le punk, la carrière de la formation de Londonderry se poursuivera vers une pop plus mature et teintée de soul, notamment avec un très bon troisième disque "Positive Touch". Puis, les Undertones disparaîtront presque aussi rapidement qu'ils étaient apparus, confirmant ainsi l'adage comme quoi le rock et la sagesse ne font souvent pas bon ménage. Ils resteront donc injustement considérés comme le groupe d'une unique chanson.

Are teenage dreams so hard to beat
Everytime she walks down the street
Another girl in the neighbourhood
Wish she was mine, she looks so good

I wanna hold her wanna hold her tight
Get teenage kicks right through the night


I'm gonna call her on the telephone
Have her over cos i'm all alone
I need exitement oh i need it bad
And its the best, i've ever had

I wanna hold her wanna hold her tight
Get teenage kicks right through the night

I wanna hold her wanna hold her tight
Get teenage kicks right through the night

Commentaires

  1. The Undertones, mon groupe favori lorsque j'etais gamin, decouvert lors d'un retransmission sur FR3 Bretagne d'un de leur dernier concert en 1983 au festival Elixir (Guehenno?). Leurs deux premiers LPs sont toujours indispensables et rejouissants; il y aussi un double album (sur la pochette une jeune femme nue avec sur son corps des tranches de lard, le tout sous celophane, tres classe!) ou on retrouve tous les 7"avec les precieuses faces B. Vraiment moins power punk/pop, j'aimais bien aussi leur freres ennemis SLF, mais bon c'est encore une autre histoire...Cheers. Gwen.

    RépondreSupprimer
  2. Putain de chanson parfaite! 2 minutes 22 secondes, pas une de plus. Et ce clip, ce chanteur incroyable, ces gueules de petites frappes...
    Mais pourquoi donc Les Undertones ne sont-ils pas à la place de U2 aujourd'hui?

    RépondreSupprimer
  3. @Gwen : C'est vrai qu'elle est sympa, cette pochette : http://rateyourmusic.com/release/comp/the_undertones/all_wrapped_up/ :)
    @Anonyme : Oui, c'est vrai pourquoi U2 et pas eux ?

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Top albums 2017

Vous l'attendiez tous - si, si, ne dites pas le contraire - mon top albums 2017 ! Ce ne fut une fois de plus pas chose aisée, même aux toutes premières places, car aucun disque ne se dégageait facilement du lot. Pas de grande révélation pour moi cette année, on retrouve donc dans ce classement, des habitués. La principale déception, même si toute relative car l'album est quand même très bon, reste le retour de LCD Soundsystem. Le groupe devait normalement écraser la concurrence, il n'en fut rien. Leur musique est devenue plus réfléchie et moins dansante. Moins marquante donc pour moi. Sinon, dans ceux qui sont restés à la porte de ce top 10 et qui n'ont pas démérité, il y a Babx, Destroyer, Alex Cameron, Xiu Xiu ou Feist. Mais trève de discours, voici donc, en toute subjectivité, mes 10 disques préférés de l'année écoulée.

10. Snapped Ankles - Come Play The Trees
Les anglais de Snapped Ankles pratiquent une sorte de musique hybride, mélange de post-punk, d'élect…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

Montero - Performer

"Performer" est le deuxième album de Bjenny Montero, australien d'une quarantaine d'années, plus connu dans le milieu du rock indépendant pour ses talents de dessinateur que ceux de chanteur ou musicien. Il a notamment travaillé pour des artistes comme Mac Demarco - dont il a aussi fait la première partie - Ariel Pink ou Pond, soit pour les pochettes de disques soit pour des tee-shirts. Le gars avait même presque tiré un trait sur sa carrière musicale, d'une part parce qu'il avoue préférer le dessin, d'autre part parce qu'il sait qu'il ne rencontrera jamais le succès dans ce domaine. Dis comme ça, on ne peut s'empêcher d'avoir un peu d'affection pour le bonhomme, sorte de loser revendiqué, un brin fantaisiste et jemenfoutiste.
Surtout que "Performer" est un excellent disque de soft-rock, quelque part entre MGMT pour le côté mélodique et psychédélique et Ariel Pink pour le côté kitsch assumé et bricolé et l'inspiration ne…