Accéder au contenu principal

Dead Can Dance - The Carnival Is Over (1992)

Outside
The storm clouds gathering,
Moved silently along the dusty boulevard.

Le carnaval est fini pour Stéphane. Il lui faudra attendre l'année prochaine. Il rentre maintenant avec ses potes pour ses études à Lille. Ils sont tous montés dans le TGV Dunkerque-Paris. Pas la peine d'acheter de billets, le trajet jusqu'à la capitale du Nord est assez rapide et ne dure qu'une trentaine de minutes. Comme ils ont encore leur clet'che et pas de places attitrées, ils passent difficilement inaperçus. Un contrôleur SNCF traverse le wagon : "Carton rouge, monsieur l'arbitre, j'ai même pas de billets..." lui tance un Stéphane entre deux eaux. L'agent, beau joueur, ne l'avertit même pas, ce n'est pas encore le moment.

Where flowers turning crane their fragile necks
So they can in turn
Reach up and kiss the sky.

Stéphane doit bientôt se marier. Le carnaval de cette année ressemblait pour lui à une sorte d'enterrement de vie de garçon. Ses amis l'ont bien compris et se mettent à chanter : "Stéphane, tu nous délaisses, ça fait longtemps qu'on les a pas vus..." Ni une, ni deux, Stéphane ne se fait pas prier. Il s'exécute et commence à  tout enlever, se retrouvant entièrement nu alors que le train vient juste de partir. Son corps porte encore les stigmates qu'on imagine laissés par le chahut du rigodon final. 

They are driven by a strange desire
Unseen by the human eye
Someone is calling.
I remember when you held my hand
In the park we would play when the circus came to town.
Look! Over here.

La troupe entourant Stéphane, un peu incrédule quand même malgré la quantité d'alcool ingurgitée, se met à rire nerveusement. Les gens amusés aussi, sourient. Certains voyageurs sautent à ce moment-là sur leur téléphone portable pour prévenir leurs proches de ce qu'ils sont en train de vivre. Cela a beau être carnaval, ce n'est pas tous les jours que quelqu'un se fout à poil dans le Dunkerque-Paris.

Outside
The circus gathering
Moved silently along the rainswept boulevard.
The procession moved on the shouting is over

Stéphane, les yeux hagards et regardant dans le vide déambule telle une poupée de chiffon dans le wagon. Déséquilibré par le balancement du train, il finit par tomber allongé sur une grand-mère. Le contrôleur, qui a entendu de loin le raffut, refait son apparition. Sa première réaction est aussi de sourire devant le cocasse de la situation. Mais rapidement, il appelle des collègues au prochain arrêt, celui où Stéphane et les autres carnavaleux doivent descendre : Lille.

The fabulous freaks are leaving town.
They are driven by a strange desire
Unseen by the human eye.
Someone is calling.

Pendant que Stéphane est forcé de se rhabiller manu militari, le train rentre déjà en gare de Lille-Europe. Des policiers sont déjà là sur le quai à l'attendre. Stéphane est seul désormais. Sa soirée se terminera au poste, comme beaucoup d'autres, en cellule de dégrisement. Le carnaval est fini...

The carnival is over.
We sat and watched
As the moon rose again
For the very first time.

PS : Pour les afficionados du couple mystique et mythique formé par Lisa Gerrard et Brendan Perry, Dead Can Dance est de retour en 2012 avec un nouvel album et une tournée mondiale. L'info est officielle car provenant de la plume même des principaux intéressés. C'est indiqué ici. En attendant d'avoir les dates des concerts du groupe, vous pouvez, même si l'ambiance risque d'être assez différente, toujours vous rabattre sur celles du carnaval de Dunkerque.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Top albums 2017

Vous l'attendiez tous - si, si, ne dites pas le contraire - mon top albums 2017 ! Ce ne fut une fois de plus pas chose aisée, même aux toutes premières places, car aucun disque ne se dégageait facilement du lot. Pas de grande révélation pour moi cette année, on retrouve donc dans ce classement, des habitués. La principale déception, même si toute relative car l'album est quand même très bon, reste le retour de LCD Soundsystem. Le groupe devait normalement écraser la concurrence, il n'en fut rien. Leur musique est devenue plus réfléchie et moins dansante. Moins marquante donc pour moi. Sinon, dans ceux qui sont restés à la porte de ce top 10 et qui n'ont pas démérité, il y a Babx, Destroyer, Alex Cameron, Xiu Xiu ou Feist. Mais trève de discours, voici donc, en toute subjectivité, mes 10 disques préférés de l'année écoulée.

10. Snapped Ankles - Come Play The Trees
Les anglais de Snapped Ankles pratiquent une sorte de musique hybride, mélange de post-punk, d'élect…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

Montero - Performer

"Performer" est le deuxième album de Bjenny Montero, australien d'une quarantaine d'années, plus connu dans le milieu du rock indépendant pour ses talents de dessinateur que ceux de chanteur ou musicien. Il a notamment travaillé pour des artistes comme Mac Demarco - dont il a aussi fait la première partie - Ariel Pink ou Pond, soit pour les pochettes de disques soit pour des tee-shirts. Le gars avait même presque tiré un trait sur sa carrière musicale, d'une part parce qu'il avoue préférer le dessin, d'autre part parce qu'il sait qu'il ne rencontrera jamais le succès dans ce domaine. Dis comme ça, on ne peut s'empêcher d'avoir un peu d'affection pour le bonhomme, sorte de loser revendiqué, un brin fantaisiste et jemenfoutiste.
Surtout que "Performer" est un excellent disque de soft-rock, quelque part entre MGMT pour le côté mélodique et psychédélique et Ariel Pink pour le côté kitsch assumé et bricolé et l'inspiration ne…