26 janvier 2012

The Kinks - This Time Tomorrow (1970)

C'est dingue comment une chanson, comme ça, peut ressortir subitement des cartons. "This Time Tomorrow" est un morceau des Kinks datant de 1970, c'est-à-dire déjà le début de la fin pour le groupe, le commencement de leur déclin artistique (après ça et ça). Il n'est pas sorti en 45 tours, ne figurait sur aucune compilation des maîtres de la pop anglaise. Et puis, il a fallu que des cinéastes viennent à son secours. Philippe Garrel dans "Les Amants Réguliers" puis Wes Anderson dans "The Darjeeling Limited" ont participé tout d'un coup au regain d'intérêt pour ce tube en puissance qui ne demandait qu'à sortir un tant soit peu à la lumière. Pour le premier, il constitue une sorte de bande son parfaite de ces années-là, la période éprise de liberté entourant mai 68. Pour le second, c'est la chanson idéale de ceux qui sont toujours en partance, sur la route, pour lesquels demain est un autre jour, dans un autre endroit avec d'autres gens. On les envie. Car, qui pour se vanter de ne pas savoir de quoi demain sera fait ? Qui pour rêver à un avenir radieux ? Cette époque semble belle et bien révolue. Aujourd'hui, tout se prévoit, peu de gens ose encore prendre le risque de la surprise, de l'imprévu. Ceci explique aussi pourquoi en 1970, "This Time Tomorrow", trop dans l'air du temps est passé inaperçu. En 2012, c'est au contraire devenu une sorte d'Eden pop. Dans tous les sens du terme.


This time tomorrow where will we be 
On a spaceship somewhere sailing across an empty sea 
This time tomorrow what will we know 
Well we still be here watching an in-flight movie show 
I'll leave the sun behind me and watch the clouds as they sadly pass me by 
Seven miles below me I can see the world and it ain't so big at all 
This time tomorrow what will we see 
Field full of houses, endless rows of crowded streets 
I don't where I'm going, I don't want to see 
I feel the world below me looking up at me 
Leave the sun behind me, and watch the clouds as they sadly pass me by 
And I'm in perpetual motion and the world below doesn't matter much to me 
This time tomorrow where will we be 
On a spaceship somewhere sailing across any empty sea 
This time tomorrow, this time tomorrow

1 commentaire:

  1. parce que peu ou prou de mélodies un tant soit peu innovantes ont été faites depuis ces années à pépites et que ces ballades symbolisent une période à jamais révolue, il ne faut pas les oublier. Trouve t on encore des songs maker de cette trempe aujourd'hui ? this time today...

    RépondreSupprimer