Accéder au contenu principal

Dominique A - Théâtre de la Ville de Paris, 27 janvier 2012

Il y a parfois de drôle de coïncidences dans la vie. L'homme qui a lancé Dominique A avec feu son label Lithium est un quasi homonyme. Il ne s'en faut de pas grand chose. Une lettre tout au plus. Oui, pour une fois, j'avance moins masqué... Et, depuis quelques années, le chanteur est devenu pour moi une référence incontournable, le meilleur de l'hexagone, réconciliant parfaitement l'écriture littéraire à la française à un rock plus dur à la sauce anglo-saxonne. Ce vendredi soir, il était au théâtre de la ville de Paris dans le cadre d'un concert exceptionnel, à l'occasion des vingt ans de son premier album, le mythique "La Fossette". Sortant la chanson de chez nous de l'ornière dans laquelle elle était tombée à l'époque, ce disque a marqué toute une génération de musiciens et plus généralement de fans. D'ailleurs, la majorité du public a quelque part entre 35 et 45 ans, c'est-à-dire à peu près l'âge de leur artiste favori, peut-être à peine moins. Pas vraiment l'endroit et le truc pour djeuns donc. En tout cas, très belle idée d'avoir ainsi séparé le concert en 2 parties distinctes - hier et aujourd'hui -, comme au théâtre par un entracte. Dans la première, Dominique revisite "La Fossette" dans l'ordre et en intégralité et donc pour la nième fois, son fameux "Courage des oiseaux", chanson "sans laquelle il ne serait pas là, devant nous, ce soir". Si, contrairement à beaucoup de spectateurs, ce disque n'est pas mon préféré de l'auteur, loin de là, je dois avouer que les nouvelles interprétations sont assez bluffantes. Moins "home made" que les originales, elles en conservent tout de même l'esprit minimaliste.
S'en suit alors la pause et le passage à nettement plus de musiciens sur scène (10 au lieu de 3 avant), avec notamment un quintet à vents, pour ce qui sera une deuxième partie - pour ma part, la plus attendue - constituée uniquement de morceaux du nouvel album "Vers Les Lueurs" dont la sortie est programmée pour la fin du mois de mars. Il y aura une quinzaine de titres en tout, un peu plus que ce que devrait comporter le disque au final. Si le concert commence de manière presque classique - il faut bien faire entendre le fameux quintet recruté pour l'occasion -, s'ensuit rapidement des morceaux beaucoup plus rock ("Close West" impressionnant, "Mainstream"), quelques "tubes" potentiels ("Quelques lumières"), mais aussi d'autres plus décevants à l'écriture un peu simpliste ("Rendez-nous la lumière", "Parce que tu étais là") ou à rallonge ("Le Convoi"). Mais je garde le sentiment de tenir malgré tout, en faisant un peu de tri, un nouvel "Horizon", dans l'esprit de celui de 2006, un de mes albums préférés. Vivement fin mars, donc. Il y aura aussi deux rappels composés d'anciennes chansons, toujours aussi magistralement interprétées : "En secret", "Le métier de faussaire", "Le sens", et pour finir, "Pour la peau" seul, à la guitare, puis sans, uniquement à cappela. Les frissons qui parcourent la peau, puis le silence, implacable. Après plus de 2h30 de concert, chapeau ! Nombreuses standing ovations méritées...

Ci-dessous, deux vidéos filmées du concert de la veille dans le même lieu (malgré la qualité moyenne, merci à contrebandier d'avoir su sauvegarder un peu de jolis souvenirs):

Commentaires

  1. ...fin mars... arrrghhhhhh... ça va être long !!!!

    RépondreSupprimer
  2. LE Chanceux !!!! Le genre de concert que j'aurais aimé voir. Malheureusement, il y a peu de dates pour le moment et pas une près de chez moi. Espérons que ça évolue... Moi non plus "La fossette" n'est pas mon disque préféré de Dominique A. En fait, il n'y a pas de disque que j'aime plus qu'un autre chez lui. Simplement, je placerais "Remué" juste en dessous des autres.

    RépondreSupprimer
  3. Tiens donc, tu n'aimes pas "Remué" ! Pourtant, c'est l'autre disque culte des fans... Sinon, pour le concert, oui, c'est l'avantage d'être parisien, ça faisait un moment que j'avais noté l'évènement dans mon agenda, histoire de ne pas rater la mise en vente des places. Et comme tu as pu le lire, je ne le regrette pas. Excellente soirée :)

    RépondreSupprimer
  4. Vincent, nous étions donc dans la même salle vendredi (depuis 95 j'en loupe pas un), avec la même émotion. Et même que La fossette est devenue soudainement sublime, surtout comme ça, quasiment concept sans pause. "Remué" est pour moi au dessus de tout pour des raisons particulières.
    quant au nouvel album à venir..je parie dessus une explosion tubesque, une fraiche visibilité... j'ai été ravagé par tout ce disque live.. du même niveau mélodique qu"Immortel". 2 guitares, de l'électro, un quintet cuivré..et Jeff Hallam, le grand bassiste fou !!! grande soirée.

    RépondreSupprimer
  5. c'est pas que je n'aime pas "remué" mais je n'ai pas le même plaisir à l'écouter que les autres, mais ça reste très bon malgré tout.

    RépondreSupprimer
  6. la qualité des vidéos s'expliquent par l'interdiction formelle d'enregistrer et même de faire aucune photo, avec ou sans flash, ce qui m'a obligé à être très discret, à cacher ma caméra, à ruser pour ne pas me faire attraper entrain de filmer, à cadrer quasiment au hasard, sans contrôler à l'écran qui m'aurait trahi dans le noir. Je pensais avoir filmé le plafond, je trouve que je m'en suis pas si mal tiré :p moi j'aime beaucoup la Fossette, mais je fais parti de ceux qui ont acheté le disque à l'époque, j'étais étudiant. Un disque qui a marqué cette période d'émancipation, où j'ai vécu mon premier amour, que j'ai d'ailleurs emmené voir en "concert" ce garçon étrange avec son Bontempi dont tous mes potes se moquaient volontiers et qu'on pouvait voir pour 20 francs à l'époque, etc... un disque fondateur aussi pour les auditeurs donc. Très lié à ma vie quoi :)

    RépondreSupprimer
  7. Oui, c'est ce que j'essayais de dire, que les admirateurs de Dominique A sont pour la plupart des fidèles de la première heure. Je n'ai (malheureusement ?) pas ce rapport quasi intime que certains peuvent avoir avec le chanteur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut Vincent... et les autres! on s'en fout qu'on soit de la première heure ou pas...j'ai découvert Dominique A à la sortie d'Auguri et depuis je suis ce qu'il fait ( en ayant biensûr rattraper mon retard discographique). Pour moi, qui écoute peu de "nouvelle chanson française" vu que ça vole pas haut, ce type est juste La chanson française...il a modernisé, dépoussiéré, rajeuni la manière d'appréhender les textes et les sons, de la fossette à l'horizon, de remué ou la mémoire neuve à la musique et au dernier...il passe du minimalisme le plus strict à une orchestration et des arrangements les plus somptueux...quand à ses textes, on n'est dans une poésie universelle,subtile, loin de toutes ces chansons anecdotiques que l'on nous sert à tour de bras...et en concert, c'est beau , on a affaire à des musiciens des vrais, bref de la musique...je regrette juste de ne pas avoir pu assister à celui là... sinon pour se consoler il y a celui là, plus récent:
      http://liveweb.arte.tv/fr/video/Dominique_A_vers_les_lueurs/
      profitons en, longue vie à lui!

      Supprimer
  8. Concert, formidable. Salle, appréciable. Dominique A aime y jouer, j’aime l’y entendre. Le son est bon, la visibilité maximale. Et mes vieux os sont bien contents de pouvoir se poser pendant tout le temps d’un concert, ils ne tiennent plus debout si longtemps…

    Bon, sinon, moi aussi, j’ai pondu une chronique. Elle sera en ligne le 21 février (oui, j’ai une ligne éditoriale ;-)

    http://ludovicbu.typepad.com/ludovicbu/2012/02/dominique-a-au-theatre-de-la-ville-20-ans-de-bonheurs-musicaux-en-une-soiree-live-report-chronique-concert.html

    RépondreSupprimer
  9. Concert de fouesnant le 20 Janvier, inoubliable. Une ambiance unique, des chansons fortes et une orchestration de fou!! et plus de 2h30 de concert, ça, c'est se donner à son public!!

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

O - à terre !

En voyant la liste des catégories pour les prochaines Victoires de la musique, je me suis dit tout de suite qu'il en manquait au moins une. Quid de la pop française ? Alors que celle-ci s'est rarement portée aussi bien ? Mais ce n'est plus à prouver que ces cérémonies restent au final très consensuelles, se contentant de valider les goûts de l'époque sans voir plus loin, et rechercher l'intemporel. Pourquoi passer ainsi sous silence la bonne santé de la pop d'ici en ignorant si ouvertement le talent de Chevalrex, Thousand, Barbara Carlotti ou Olivier Marguerit alias O ? Ce dernier est d'ailleurs peut-être le lien entre tous, car bien souvent caché derrière tous les derniers disques de pop français qui comptent. Il a aussi officié au sein des indispensables Syd Matters dont on attend toujours une suite au chef d'oeuvre "Brotherocean".  O revient donc avec un deuxième album, encore plus réussi que le premier - le déjà remarqué et remarquable &q…

Snapped Ankles - Stunning Luxury

Les anglais de Snapped Ankles sont de retour avec toujours leur discours sur le retour à l'état de nature, d'où leur étrange déguisement de monstres plantes, en référence au dessin animé Jayce et les conquérants de la lumière ? Ils seraient pourtant devenus des agents infiltrés pour empêcher des promoteurs immobiliers - d'où la nouveauté de la cravate - de détruire la nature en promettant aux futurs acquéreurs un luxe étourdissant ("Stunning Luxury"). Même lorsque le "système" semble avoir gagné - fini de jouer avec les arbres, comme sur leur premier disque "Come Play The Trees" - on peut toujours essayer de le détruire de l'intérieur. Le post punk est un mouvement qui est régulièrement associé à la critique de la société de consommation. Les Snapped Ankles ne seraient donc que les descendants d'une longue filiation.  Car le style musical ne change pas non plus, sorte de mariage entre Gang of Four, Can ou The Fall, avec une pointe de …

Rustin Man - Drift Code

On avait presque oublié son nom sur le disque, le premier et toujours seul - mais plus pour longtemps - album de Beth Gibbons en congés de Portishead. Rustin Man, alias Paul Webb, est un homme de l'ombre. Ce "Drift Code" pourrait le faire entrer pour de bon dans la lumière. Puisque, pour une fois, il apparaît seul au générique, jouant enfin le premier rôle, après avoir aussi été confiné derrière Mark Hollis au sein de Talk Talk. On savait le monsieur talentueux, musicalement parlant, ce disque, avec ces somptueux arrangements, n'en est donc qu'une confirmation. Mais on ne savait pas qu'il avait une si belle voix. Le style se rapproche d'un Robert Wyatt ou du Bowie de "Blackstar". L'album, préparé minutieusement depuis plusieurs années, a été enregistré dans une grange, à l'écart de toute civilisation. Webb, entouré de sa femme et de ses filles, a pris son temps, retapant le lieu en même temps qu'il peaufinait sa musique.  Nous voici…