Accéder au contenu principal

Blur - The Universal (1995)

En cette période électorale, il en est qui ont le chic pour attirer toute l'attention sur eux. Damon Albarn, le charismatique chanteur de Blur est de ceux-là. Car malgré le fait que son groupe n'ait pas sorti le moindre disque depuis l'excellent "Think Tank" paru en 2003, celui-ci n'a jamais vraiment disparu du terrain médiatique. Que ce soit avec Gorillaz, The God, The Bad & The Queen ou encore la production d'artistes maliens (comme les célèbres Amadou et Mariam), Albarn a multiplié entre temps les projets parallèles. Dernièrement, Blur revient aussi sur le devant de la scène puisqu'ils chanteront à l'occasion de la cérémonie de clôture des Jeux Olympiques de Londres, l'été prochain, avec excusez du peu New Order et The Specials en première partie. D'ici là, le chanteur aura sorti "Dr Dee", qui n'est rien moins qu'un opéra-rock ainsi que Rocket Juice and the Moon, un nouveau super-groupe; le guitariste Graham Coxon, de son côté, aura fait paraître un nouvel effort solo, "A+E" ! Et puis, bien sûr, une tournée est prévue... (avec une date en France ?). Mais venons au fait qui nous préoccupe aujourd'hui, "The Universal", titre de 1995, extrait du très vendu "The Great Escape", paru au moment où la brit-pop battait son plein. Ce mouvement de renouveau de la pop anglaise, très marqué bien évidemment par les glorieux ancêtres des sixties commes les Beatles et les Kinks, mais aussi dans le cas de Blur, de la décennie suivante avec Madness et Specials. Cette période où toute l'Angleterre imposant à nouveau sa pop, rêvait d'une nouvelle guéguerre entre les deux formations les plus médiatiques du lot, dans l'esprit du Beatles / Stones d'autrefois. D'un côté, les prolos (Oasis) avec leur rock fier-à-bras et taillé pour les stades, de l'autre, les bobos (Blur) et leur musique plus lettrée et distanciée qui s'inspire par exemple ici de Kubrick ( le clip, c'est "Orange Mécanique" et la pochette "2001"). Et à y regarder de plus près, par le thème abordé, "The Universal" pourrait d'ailleurs constituer l'hymne olympique idéal. Vous avez dit cynique ? No, just typically british.

This is the next century
Where the universal's free
You can find it anywhere
Yes, the future has been sold
Every night we're gone
And to karaoke songs
How we like to sing a long
Although the words are wrong

It really, really, really could happen
Yes, it really, really, really could happen
When the days they seem to fall through you, well just let them go


No one here is alone, satellites in every home
Yes the universal's here, here for everyone
Every paper that you read
Says tomorrow is your lucky day
Well, here's your lucky day

It really, really, really could happen
Yes, it really, really, really could happen
When the days they seem to fall through you, well just let them go

Well, it really, really, really could happen
Yes, it really, really, really could happen
When the days they seem to fall through you, well just let them go

Just let them go

Commentaires

  1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour ce partage ! Un superbe souvenir. On en redemande d'autres ...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Iggy Pop - Post Pop Depression

Après la mort de l'icône Bowie, c'est plus fort que nous, on essaie de faire le point. Que sont devenus nos idoles ? Ces modèles, ces personnages incontournables de l'histoire du rock. Ces artistes qui ont su traverser les générations, en restant aujourd'hui encore des références pour les plus jeunes. Iggy Pop est évidemment de ceux-là. Même si la figure tutélaire du punk, l'iguane, a pris du plomb dans l'aile depuis pas mal d'années, jusqu'à apparaître dans des spots publicitaires, en parodie de l'éternel rebelle. Comme s'il était le seul à parler à tout le monde dans les chanteurs dits un tant soit peu transgressifs. Mais l'époque de "I Wanna Be Your Dog" ou autres "Penetration" est bien révolue. Le monde a changé, plus très apte à s'offusquer à la première chanson un peu trop crue écoutée. Iggy lui même a vieilli, il l'avoue. Il ne se sent pas rivaliser avec la nouvelle génération. D'ailleurs, où est la re…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

Baxter Dury - Prince of Tears

Revoilà Baxter, fils de, et petit prince d'une pop douce-amère aux intonations cockney. Dès les premières notes de "Miami", on reconnait son style si caractéristique, son côté dandy cynique et passablement misanthrope. Dury est adepte de l'humour British : cacher sous une apparente nonchalance (et sans doute quelques verres d'alcool) une profonde mélancolie. Depuis la terrible "Happy Soup", le chanteur est un habitué de mes tops de fin d'année. Ce "Prince of Tears" ou l'éternel sujet du comment se sortir par la musique d'un douloureux chagrin d'amour, devrait ne pas déroger à la règle. Ce disque n'a finalement qu'un seul défaut, celui d'être trop court. Il s'y dégage cette habituelle impression de facilité, comme si ces mélodies allaient de soi. Un peu comme Gainsbourg, dont l'anglais n'a jamais été aussi proche, en son temps. Les arrangements font régulièrement penser à l'auteur de "Melody Nel…