Accéder au contenu principal

Neil Young - Heart Of Gold (1972)

Il existe des chanteurs, comme ça, qui ne souffrent d'aucune voix discordante, qui sont des références incontournables, citées à tout bout de champ, des icônes inattaquables. Il y a d'abord Bob Dylan qui bénéficie actuellement d'une exposition à la Cité de la Musique à Paris et qui viendra aussi en juillet prochain par chez nous traîner ses guêtres de vieilles charrues au festival du même nom. Et puis, il y a Neil Young. Même si ce n'est pas faute d'avoir essayé, ces deux chanteurs m'ont toujours laissé à quelques rares exceptions près assez indifférent. Heureusement, il y a "I Want You" et "Heart Of Gold". Deux chansons d'amour universelles, qui sont au-delà d'une époque, d'un style, d'une voix. Quelque chose s'y passe, dès les premières notes. On a beaucoup glosé sur Young, au moment de l'apparition du grunge et de Nirvana, en disant que c'était lui qui en était le vrai précurseur. Avec ses chemises de bucheron, ses disques les plus rock ("Zuma", "Rust Never Sleeps"). Pourtant, le canadien a toujours été en dehors des modes. Aujourd'hui encore, le vieux loup continue de sortir régulièrement des disques. Cette fois-ci, sur le prochain, on le retrouvera de nouveau en compagnie de sa meute favorite, le Crazy Horse, pour un album de reprises de vieux standards folk à paraître pour le mois de juin. Contrairement à beaucoup d'autres (les Rolling Stones voire même Paul McCartney), chacun de ses disques est encore attendu comme le messie par toute une cohorte de fans qui persiste à le vénérer comme à la première heure. C'est sans doute parce que Neil Young semble n'avoir jamais été jeune -ses adorateurs diront que c'est l'inverse-, à l'image de sa musique. Idéal pour résister à l'épreuve du temps...

Heart of Gold by Neil Young on Grooveshark
I want to live,
I want to give
I've been a miner
for a heart of gold.
It's these expressions
I never give
That keep me searching
for a heart of gold
And I'm getting old.
Keeps me searching
for a heart of gold
And I'm getting old.

I've been to Hollywood
I've been to Redwood
I crossed the ocean
for a heart of gold
I've been in my mind,
it's such a fine line
That keeps me searching
for a heart of gold
And I'm getting old.
Keeps me searching
for a heart of gold
And I'm getting old.

Keep me searching
for a heart of gold
You keep me searching
for a heart of gold
And I'm growing old.
I've been a miner
for a heart of gold.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Destroyer - Ken

Découvert réellement au moment de son dernier et magnifique "Poison Season" - très bien classé dans mon top albums 2015 - Destroyer est déjà en passe de devenir un de mes groupes préférés. Son nouveau disque "Ken" a une étonnante référence : c'est le titre original du très beau "The Wild Ones" de Suede. Pourtant, l'univers musical de Dan Bejar est assez éloigné de celui de Brett Anderson, même si tous les deux puisent plus leur inspiration en Angleterre qu'en Amérique. La musique, assez proche de son "Kaputt" - son disque le plus adulé par la critique - revient à des sonorités eighties. On croirait entendre une sorte de New Order (les synthés sur "In The Morning" ou "Tinseltown Swimming in Blood") ou de Pet Shop Boys pas dansant, plus précieux et orchestré, qui ferait davantage de bien à la tête qu'aux pieds. "Sky's Grey" fait aussi penser à la classe et l'épure de son précédent album et bea…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

John Maus - Screen Memories

Cela faisait un bail qu'on n'avait pas eu de nouvelles du doux illuminé de John Maus. Depuis son magnifique et intransigeant "We must become the pitiless censors of ourselves" sorti en 2011 et une compilation de vieux titres parue un an après. La musique est toujours la même, sorte d'Ariel Pink, avec qui il a travaillé autrefois, en version cold wave. La chanson "Time to live" sur l'album "Dedicated to Bobby Jameson" de ce dernier fait d'ailleurs beaucoup penser à du John Maus. Comme si Pink était la version joyeuse et Maus la version sombre d'une seule et même idée de la pop musique. Il n'y a pas sur "Screen Memories" de titres aussi monumentaux que "Believer". C'est plutôt le genre de disque assez homogène qui s'écoute d'une traite, sans sauter de morceaux, parce que la qualité et le style restent constants.  Le gars aime toujours autant bidouiller des sons synthétiques sur ses machines, créan…