Accéder au contenu principal

Barbara Carlotti - Café de la Danse, Paris - 2 mai 2012

Alors que les deux personnes les plus importantes du pays étaient en train de focaliser toute l'attention sur eux dans une sorte de sketch plus ou moins improvisé avec plein de bafouillages et de petites phrases qui font mouche mais qui sont sans intérêt dedans, la talentueuse Barbara Carlotti faisait enfin ses débuts sur une scène parisienne. Et entre les deux événements, j'ai, vous l'aurez compris, assez vite choisi mon camp. Ce n'est évidemment pas cette parodie de débat, qui ressemble de plus en plus à une foire aux réformes toute azimut, qui viendra influer un vote décidé depuis belle lurette. Barbara Carlotti donc, pour une prestation gratuite uniquement sur invitation - oui, je sais, je suis un chanceux. Est-ce un lien de cause à effet, l'auditoire est composé de beaucoup de journalistes. Après Tino Rossi ou Patrick Fiori, la Corse ne nous avait pas habitué à produire de la chanson française de qualité. Pourtant, c'est bien ce dont il s'agit ici. Son précédent disque "L'idéal" était excellent, "L'amour, l'argent, le vent" récemment sorti est encore supérieur. En plus, peut-être parce qu'elle est originaire de l'île de Beauté, cette nouvelle Barbara n'a pas le même rapport sérieux avec le beau, l'art, la culture. Il y a de la fantaisie et un naturel rafraîchissant dans sa musique, sa démarche, sa façon d'être. Le climat doit y être pour quelque chose. Un danseur longiligne vient improviser quelques pas sur les morceaux les plus rythmés. La chanteuse se prend aussi au jeu et imite telle une bonne élève la chorégraphie de son coach. Ses chansons prennent sur scène un atour nettement plus pop, tendance new wave synthétique avec la présence de deux claviers. Sa voix est comme sur disque élégamment posée. Elle montre aussi qu'elle a de l'humour et du bon sens en parlant de l'inévitable débat qui est en train de se jouer au même moment sur toutes les télévisions de France et de Navarre. D'abord prudente sur ses opinions personnelles, elle finit le set avec le déjà tubesque "Mon Dieu, Mon Amour", timidement repris en choeur par un public parisien timoré et fidèle à sa réputation, en tant que prière pour ne plus revivre les cinq même dernières années. Comme elle est certaine (dis, c'est bien vrai, hein ? pas de bêtises, hein ?) que la gauche va passer dimanche, elle incite déjà le public à revenir la voir, pour la remercier, au mois d'octobre prochain à la Cigale, cette fois-ci pour un vrai concert (payant). Chiche ?

Commentaires

  1. Vincent, cela fait un petit moment que je n'ai pas envoye de messages. Ce n'est pas que je ne suis pas ton blog; bien au contraire et c'est toujours interessant de voir ce qu'on dit de l'autre cote de l'atlantique. Juste pour dire qu'hier soir j'ai vu le premier concert de la nouvelle tournee de Beach House et je viens de recevoir ce jour l'album. Je serais curieux de savoir si tu prevois une chronique sur leur (merveilleux) Bloom et si tu peux essaye de les voir, je crois qu'ils viennent a Paris...Gwen/Melody Supreme.

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour Gwen,
    Oui, Beach House fait partie des groupes que j'aimerais bien voir sur scène. Malheureusement, ça ne sera pas encore pour cette fois. Le concert à la Maroquinerie, à la fin du mois de mai, est déjà complet...De toute façon, je n'étais pas dispo. Sinon, pour leur dernier album, je ne sais pas encore si je vais en causer ici. Pour l'instant, il ne m'a pas complètement convaincu. A suivre...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Top albums 2017

Vous l'attendiez tous - si, si, ne dites pas le contraire - mon top albums 2017 ! Ce ne fut une fois de plus pas chose aisée, même aux toutes premières places, car aucun disque ne se dégageait facilement du lot. Pas de grande révélation pour moi cette année, on retrouve donc dans ce classement, des habitués. La principale déception, même si toute relative car l'album est quand même très bon, reste le retour de LCD Soundsystem. Le groupe devait normalement écraser la concurrence, il n'en fut rien. Leur musique est devenue plus réfléchie et moins dansante. Moins marquante donc pour moi. Sinon, dans ceux qui sont restés à la porte de ce top 10 et qui n'ont pas démérité, il y a Babx, Destroyer, Alex Cameron, Xiu Xiu ou Feist. Mais trève de discours, voici donc, en toute subjectivité, mes 10 disques préférés de l'année écoulée.

10. Snapped Ankles - Come Play The Trees
Les anglais de Snapped Ankles pratiquent une sorte de musique hybride, mélange de post-punk, d'élect…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

Montero - Performer

"Performer" est le deuxième album de Bjenny Montero, australien d'une quarantaine d'années, plus connu dans le milieu du rock indépendant pour ses talents de dessinateur que ceux de chanteur ou musicien. Il a notamment travaillé pour des artistes comme Mac Demarco - dont il a aussi fait la première partie - Ariel Pink ou Pond, soit pour les pochettes de disques soit pour des tee-shirts. Le gars avait même presque tiré un trait sur sa carrière musicale, d'une part parce qu'il avoue préférer le dessin, d'autre part parce qu'il sait qu'il ne rencontrera jamais le succès dans ce domaine. Dis comme ça, on ne peut s'empêcher d'avoir un peu d'affection pour le bonhomme, sorte de loser revendiqué, un brin fantaisiste et jemenfoutiste.
Surtout que "Performer" est un excellent disque de soft-rock, quelque part entre MGMT pour le côté mélodique et psychédélique et Ariel Pink pour le côté kitsch assumé et bricolé et l'inspiration ne…