Accéder au contenu principal

Bloc Party - Banquet (2004)

Quand ils ont débarqué à peu près en même temps que les Franz Ferdinand, j'ai d'abord été méfiant : encore un de ces groupes de rock éphémères, encensés aujourd'hui par le NME et descendus en flamme dès le deuxième disque. Et puis, je me suis laissé prendre, comme beaucoup, par ce revival très efficace de cold wave et de post punk, cet adroit mélange de Gang of Four, de Police, avec un zest de Cure. La collection de singles ("Banquet", "Helicopter", "Little Thoughts") annonciateurs de l'album était pour le moins ravageur. Puis, "Silent Alarm" est presque arrivé trop tard. Il m'a déçu. D'autres formations du même genre étaient apparus entre temps. Je me suis alors rapidement désintéressé de Bloc Party. En plus, ils me donneront en partie raison pour la suite : si la guitare épileptique qui caractérise leur musique est toujours présente, la troupe du leader d'origine nigériane Kele Okereke oublie régulièrement d'écrire des chansons - un quatrième disque trivialement intitulé "Four" sort dans quelques jours. Mais en y revenant dernièrement, j'ai pu ré-apprécier "Silent Alarm" et lui redonner sa juste place. "Banquet" est une des grandes chansons rock des années 2000. Elle porte très bien son nom. Banquet pour tous !

A heart of stone, a smoking gun
I can give you life, I can take it away

A heart of stone, a smoking gun
I'm working it out
Why'd you feel so underrated?
Why'd you feel so negated?

Turning away from the light
Becoming adult
Turning into myself
I wanted to bite not destroy
To feel her underneath
Turning into the light


She don't think straight
She's got such a dirty mind and it never ever stops
And you don't taste like her and you never ever will
And we don't read the papers, we don't read the news
Heaven's never enough, we will never be fooled

And if you feel a little left behind
We will wait for you on the other side

Cos I'm on fire
Cos you know I'm on fire when you come
Cos you know I'm on fire
Cos you know I'm on fire so stomp me out
Cos I'm on fire [x4]

Commentaires

  1. M'ouais... tu prétends que l'album "[t']a déçu" mais il figure quand même, en bonne position, dans ton Top10 de l'année 2005 ! D'accord avec toi par contre en ce qui concerne la suite (et le désintérêt dès le 2e opus, hélas...)

    BLOC PARTY pour moi, ça restera la claque du tout 1er EP ET une prestation LIVE impressionnante au Transbo à Lyon, en 1re partie d'Interpol en 2004, qui justifient amplement ce que tu appelles le "buzz" autour d'eux.

    RépondreSupprimer
  2. J'ai jamais totalement accroché à ce groupe, même si au départ il y avait quelques éléments prometteurs. La chanson "Banquet" m'a exaspéré après trois écoutes, comme pas mal d'autres chansons du premier album qui était assez bancal. J'ai presque préféré leur deuxième disque, tout aussi imparfait, mais assez courageux dans son ambition sonore. Y a juste "Helicopter" du premier album qui est fabuleuse et que je réécoute souvent avec plaisir...

    RépondreSupprimer
  3. @JP : Oui; "Silent Alarm" m'avait déçu à sa sortie, mais j'avais tellement accroché aux premiers EPs... Et puis, comme je l'ai dit, en le réécoutant récemment, je trouve qu'il a largement sa place dans mes disques préférés de 2005. Quant à leur prestation scénique, je n'ai malheureusement jamais pu juger et en écoutant leurs récents disques, je crois ne plus en avoir envie.

    @Anonyme : Oui, on ne peut pas reprocher à Bloc Party de tenter et d'évoluer. Mais pour ma part, je continue de rester scotché au premier album, sur lequel je trouve qu'il n'y a pas grand chose à jeter. Pas si bancal que ça, donc.

    RépondreSupprimer
  4. Silent Alarm est le meilleur des 4 albums de Bloc Party. Par contre c'est vrai que la plupart des morceaux que j'apprécie le plus sont soit sur des EP, soit des b-sides.
    Pour ce qui est de Four, il n' a rien de révolutionnaire. Je n'attendais plus rien après Intimacy, après l'album solo de Kele ou son featuring avec Martin Solveig. Et malgré tout j'ai apprécié cet album quand même.

    RépondreSupprimer
  5. Je suis d'accord avec serge, enfin papa, sur la même ligne quoi (ça fait 2 fois ce soir puisque je viens de lire aussi ton compte rendu sur Dominique A à St Malo). Bref, bcp de titres de Silent Alarm me donnent une pêche incroyable et je les réécoute tjrs avec grd plaisir, avec mention spéciale pour Eating Glass,
    Helicopter et Banquet of course. C'est drôle cet article car pour l'anecdote, j'ai justement acheté l'album cet été, je crois que c'est un de mes premiers essais de téléchargements pirates, et après ttes ces écoutes, c'était comme une forme de reconnaissance...
    Marc

    RépondreSupprimer
  6. Je ne les ai toujours jamais vu en concert mais il parait que ça dépote pas mal.
    Quant aux téléchargements pirates, ce n'est pas bien, cher Marc ;-)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Top albums 2017

Vous l'attendiez tous - si, si, ne dites pas le contraire - mon top albums 2017 ! Ce ne fut une fois de plus pas chose aisée, même aux toutes premières places, car aucun disque ne se dégageait facilement du lot. Pas de grande révélation pour moi cette année, on retrouve donc dans ce classement, des habitués. La principale déception, même si toute relative car l'album est quand même très bon, reste le retour de LCD Soundsystem. Le groupe devait normalement écraser la concurrence, il n'en fut rien. Leur musique est devenue plus réfléchie et moins dansante. Moins marquante donc pour moi. Sinon, dans ceux qui sont restés à la porte de ce top 10 et qui n'ont pas démérité, il y a Babx, Destroyer, Alex Cameron, Xiu Xiu ou Feist. Mais trève de discours, voici donc, en toute subjectivité, mes 10 disques préférés de l'année écoulée.

10. Snapped Ankles - Come Play The Trees
Les anglais de Snapped Ankles pratiquent une sorte de musique hybride, mélange de post-punk, d'élect…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

Montero - Performer

"Performer" est le deuxième album de Bjenny Montero, australien d'une quarantaine d'années, plus connu dans le milieu du rock indépendant pour ses talents de dessinateur que ceux de chanteur ou musicien. Il a notamment travaillé pour des artistes comme Mac Demarco - dont il a aussi fait la première partie - Ariel Pink ou Pond, soit pour les pochettes de disques soit pour des tee-shirts. Le gars avait même presque tiré un trait sur sa carrière musicale, d'une part parce qu'il avoue préférer le dessin, d'autre part parce qu'il sait qu'il ne rencontrera jamais le succès dans ce domaine. Dis comme ça, on ne peut s'empêcher d'avoir un peu d'affection pour le bonhomme, sorte de loser revendiqué, un brin fantaisiste et jemenfoutiste.
Surtout que "Performer" est un excellent disque de soft-rock, quelque part entre MGMT pour le côté mélodique et psychédélique et Ariel Pink pour le côté kitsch assumé et bricolé et l'inspiration ne…