Accéder au contenu principal

Dan Deacon - America

Voici le nouvel album d'un autre cinglé du rock indépendant US. Mais Dan Deacon, avec son allure de geek attardé, provoque d'emblée plus de sympathie qu'un Ariel Pink. Ici, on n'a de plus, pas l'impression d'être victime d'une quelconque manipulation. C'est de la musique à prendre au premier degré : festive, partant tout azimut, souvent même trop généreuse qu'elle en finit par fatiguer les tympans. "America" marque un tournant dans la carrière du bonhomme. D'abord, parce que c'est son premier disque sur un des labels les plus incontournables du rock indépendant, Domino. Ensuite, parce que pour la première fois, Deacon aborde des sujets plus sérieux, d'où ce titre d'album (à lire sa très intéressante interview dans Les Inrocks, pour preuve que sous des allures de demeuré, le gaillard est loin d'être idiot). Les deux morceaux les plus accrocheurs sont situés très rapidement sur le disque. "True Thrush" et "Lots" sont tout bonnement exceptionnels et feraient même danser une statue.
Ensuite, il y a la très belle "Prettyboy" dans la lignée du meilleur Brian Eno, incongruité totale tellement la mélodie est réduite pour une fois à sa plus simple expression. Car la suite et notamment la quadrilogie sur l'Amérique finit malheureusement par lasser. Il faut dire qu'une fois de plus, Deacon ne lésine pas sur les effets et sur les sons. Sa musique ? Un mélange de LCD Soundsystem pour l'efficacité disco-punk et d'Animal Collective pour le côté foufou et imprévisible. Malgré ses quelques défauts, "America" est déjà un des grands albums de la rentrée 2012.

Clip de "True Thrush" :

Commentaires

  1. Salut Vincent,

    La musique de Dan Deacon ne ressemble à aucune autre mais c'est en live qu'elle prend toute sa saveur: j'étais à la route du rock l'an passé, il jouait le dernier soir sur la petite scène et il a mis le feu! Généreux, accessible et surtout imprévisible: très grand souvenir...

    Dale Cooper

    RépondreSupprimer
  2. Salut Dale,

    Je l'ai déjà vu à au festival Villette Sonique pour un concert gratuit en plein air et, même si les conditions n'étaient pas optimales, j'ai plutôt bien aimé.
    On sent que le gars n'est pas dans l'attitude, contrairement à bien d'autres, et ça me plait ce naturel.

    RépondreSupprimer
  3. Ah oui, bien : c'est vraiment frais, fun et très sympa ! J'ai découvert le bonhomme à la RDR l'an passé, sur la (petite) scène de la Tour et ce fut en effet une expérience interactive à nulle autre pareille ! A nous public, il nous a fait faire des trucs incroyables (on s'est rapproché, touché, enlacé... galoché ?) Alors au diable, les grincheux et autres pisse-froid que cette musique de fête laisse indifférents !

    RépondreSupprimer
  4. Sacré JP, je suppose qu'il faut voir de l'ironie dans ton commentaire ;)

    RépondreSupprimer
  5. @ Vincent : bien joué ! Tu ne t'es pas laissé prendre au piège de du commentaire ironique ; faut croire que tu commences à bien connaitre son auteur taquin ;) Je précise que c'était juste un trait d'humour, pas une raillerie contre les fans de Deacon.

    Bon, sérieusement : j'étais bien à la RDR l'an passé mais je n'ai suivi le show de Dan que de loin, assez incrédule... J'ai malgré tout jeté une oreille sur 'America' (et tu t'en doutes...), je n'ai aimé que "Prettyboy" (c'est déjà pas mal, non ?)

    P.S. : par contre, j'ai vraiment apprécié l'itw des Inrocks (en particulier la référence à l'oeuvre de McCarthy)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Iggy Pop - Post Pop Depression

Après la mort de l'icône Bowie, c'est plus fort que nous, on essaie de faire le point. Que sont devenus nos idoles ? Ces modèles, ces personnages incontournables de l'histoire du rock. Ces artistes qui ont su traverser les générations, en restant aujourd'hui encore des références pour les plus jeunes. Iggy Pop est évidemment de ceux-là. Même si la figure tutélaire du punk, l'iguane, a pris du plomb dans l'aile depuis pas mal d'années, jusqu'à apparaître dans des spots publicitaires, en parodie de l'éternel rebelle. Comme s'il était le seul à parler à tout le monde dans les chanteurs dits un tant soit peu transgressifs. Mais l'époque de "I Wanna Be Your Dog" ou autres "Penetration" est bien révolue. Le monde a changé, plus très apte à s'offusquer à la première chanson un peu trop crue écoutée. Iggy lui même a vieilli, il l'avoue. Il ne se sent pas rivaliser avec la nouvelle génération. D'ailleurs, où est la re…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

Baxter Dury - Prince of Tears

Revoilà Baxter, fils de, et petit prince d'une pop douce-amère aux intonations cockney. Dès les premières notes de "Miami", on reconnait son style si caractéristique, son côté dandy cynique et passablement misanthrope. Dury est adepte de l'humour British : cacher sous une apparente nonchalance (et sans doute quelques verres d'alcool) une profonde mélancolie. Depuis la terrible "Happy Soup", le chanteur est un habitué de mes tops de fin d'année. Ce "Prince of Tears" ou l'éternel sujet du comment se sortir par la musique d'un douloureux chagrin d'amour, devrait ne pas déroger à la règle. Ce disque n'a finalement qu'un seul défaut, celui d'être trop court. Il s'y dégage cette habituelle impression de facilité, comme si ces mélodies allaient de soi. Un peu comme Gainsbourg, dont l'anglais n'a jamais été aussi proche, en son temps. Les arrangements font régulièrement penser à l'auteur de "Melody Nel…