Accéder au contenu principal

DIIV (+Caandides+Parakeet) - Paris, La Plage Glazart - 23 août 2012

Retour à la plage Glazart - décidément l'un des lieux de sorties idéales du moment à Paris - trois jours après,  avec au programme trois noms de groupes aux voyelles doublées. On commence évidemment avec le "A" et Caandides, assez fidèles à leur patronyme. La musique de ces très jeunes français est en effet encore assez naïve, malgré les évidentes influences américaines, en tête desquelles Vampire Weekend. Ce qui nous manque souvent, comparé aux anglo-saxons, c'est un son, un vrai. Et là, une fois de plus, il n'y en a pas. C'est un espèce de gloubiboulga sans saveur, malgré parfois quelques tentatives de mélodies. C'est poussif et loin d'être suffisant pour espérer sortir le public parisien de sa torpeur et de ses discussions de vacances. Ensuite, on a droit au "E" dédoublé avec les anglais de Parakeet. Ce sont des britanniques qui font de la musique d'américains, très inspirés par la mouvance noisy et punk de la fin des années 80, Pixies, Nirvana et tutti quanti. Le constat est presque le même que pour nos frenchies, malgré un petit mieux au niveau du son, ça manque de vraies chansons pour accrocher. Et puis, et même si certains diraient qu'on s'en fout, le groupe n'a aucun charisme scénique, la chanteuse-bassiste se contentant de balancer ses cheveux et de brailler (telle une perruche?). Enfin, vint l'heure du "I" (dans l'ordre des voyelles, il y a une certaine cohérence dans la soirée) alias DIIV renommé après-coup; Dive, du nom d'une chanson de Nirvana, était déjà pris par un autre groupe. Et là, la différence se perçoit d'emblée, jusque dans l'attitude. Ici pas de fioriture, une préparation des instruments en un temps record et tant pis si le clavier ne marche pas, les gaillards n'ont pas l'air de s'en faire pour autant. Il faut dire que l'essentiel du public est venu pour eux, ça aide. Le chanteur et guitariste principal, au casque blond, est un ancien membre des excellents Beach Fossils et on reconnait tout de suite le jeu de guitare de la maison. Petit à petit, la formation se règle et la joie d'en être se ressent naturellement. Les titres ont beau tous se ressembler, quarante-cinq minutes à peine de concert, c'est trop court. On aurait bien repris un peu de voyelles finalement...
Tiens, petit quizz au passage, saurez-vous trouver le nom de groupes avec un "O" et un "U" doublé ?

Commentaires

  1. Coucou, c'est moi le gars qui se fout du "jeu de scène" et préfère parler simplement de "présence" plutôt que de "charisme" en concert. Il faut bien distinguer les deux notions et éviter surtout l'amalgame "charisme scénique" (sic), cher Vincent.

    Des exemples de types qui n'ont AUCUN jeu de scène MAIS une forte présence sur scène, une rare "capacité à attirer l'attention à [eux] et à faire entrer le public dans [leur] truc" [dixit Lyle] et je rajoute, sans fioriture, pose ni chichis : Nick TALBOT (de Gravenhurst) ou Damien JURADO qui forcent le respect et bien sûr, l'immense Josh T. PEARSON qui lui "rayonne" carrément, envoûte, subjugue son auditoire par son "aura naturelle" ;-)

    Voilà, c'est tout ce que je voulais préciser (mais j'y tenais !) Merci de m'avoir lu. @ +

    RépondreSupprimer
  2. Ah, ah, je savais que j'allais te faire réagir !
    En fait, cette phrase n'avait pas d'autre buts avoués... Et tu as réussi une fois de plus à caser Josh T. Pearson, chapeau !
    Sinon, personne n'essaie de répondre à mon petit quizz ?
    Bouh, je suis déçu...

    RépondreSupprimer
  3. Parakeet j'ai nettement plus accroché que toi malgré le son pas bon et j'attend maintenant l'album (les titres sur Bandcamp sont vraiment bien).

    Tu veux un U doublé et un 0 doublé en même temps ou séparément ?

    Il y a Suuns dans le 1er cas, et beaucoup dans l'autre : Loop, Looper, Spoon, Tool, OOIOO et mes petits chéris d'Ooberman...

    Sinon, au rayon lettres doublées, difficile de faire plus fort que :
    http://www.youtube.com/watch?v=BJ9r6Zb3GgU

    RépondreSupprimer
  4. Pour Parakeet, c'est vrai que le son est nettement meilleur sur Bandcamp qu'en concert. De plus, ils ne sont pas si bourrins qu'ils pouvaient en avoir l'air.
    Bravo pour les groupes avec un U et un O doublé !
    J'ajouterai aussi Deerhoof qui présente la particularité d'avoir 2 voyelles doublées et qui sortira bientôt un nouveau disque.

    RépondreSupprimer
  5. @ Vincent : merci de m'avoir tendu la perche, alors ! ;) Allez, ça vaut bien une réponse à ton quizz : un groupe londonien des 90's dont peu se souviennent certainement (quoique si tu étais déjà lecteur des Inrockuptibles...) ; je veux parler de MOOSE ! Je me rappelle un très bon concert à Lyon à l'époque (en 1re partie de Ride). Et je viens de réécouter avec grand plaisir leurs deux 1ers albums '...XYZ' (92) et 'Honey Bee' (93) Souvenirs, souvenirs...

    RépondreSupprimer
  6. @JP : Oui, MOOSE, effectivement, je me rappelle. C'est bizarre, c'est aussi le premier nom qui m'est venu en tête pour cette histoire de voyelles doublées.

    RépondreSupprimer
  7. Personne n'a pensé aux plus grand de tous les groupes aux voyelles 'O' doublées : The Doors? ;-)

    RépondreSupprimer
  8. Oui, les Doors, évidemment. Comme quoi, ce n'est pas toujours les groupes les plus connus qui viennent en premier à l'esprit.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Top albums 2017

Vous l'attendiez tous - si, si, ne dites pas le contraire - mon top albums 2017 ! Ce ne fut une fois de plus pas chose aisée, même aux toutes premières places, car aucun disque ne se dégageait facilement du lot. Pas de grande révélation pour moi cette année, on retrouve donc dans ce classement, des habitués. La principale déception, même si toute relative car l'album est quand même très bon, reste le retour de LCD Soundsystem. Le groupe devait normalement écraser la concurrence, il n'en fut rien. Leur musique est devenue plus réfléchie et moins dansante. Moins marquante donc pour moi. Sinon, dans ceux qui sont restés à la porte de ce top 10 et qui n'ont pas démérité, il y a Babx, Destroyer, Alex Cameron, Xiu Xiu ou Feist. Mais trève de discours, voici donc, en toute subjectivité, mes 10 disques préférés de l'année écoulée.

10. Snapped Ankles - Come Play The Trees
Les anglais de Snapped Ankles pratiquent une sorte de musique hybride, mélange de post-punk, d'élect…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

Montero - Performer

"Performer" est le deuxième album de Bjenny Montero, australien d'une quarantaine d'années, plus connu dans le milieu du rock indépendant pour ses talents de dessinateur que ceux de chanteur ou musicien. Il a notamment travaillé pour des artistes comme Mac Demarco - dont il a aussi fait la première partie - Ariel Pink ou Pond, soit pour les pochettes de disques soit pour des tee-shirts. Le gars avait même presque tiré un trait sur sa carrière musicale, d'une part parce qu'il avoue préférer le dessin, d'autre part parce qu'il sait qu'il ne rencontrera jamais le succès dans ce domaine. Dis comme ça, on ne peut s'empêcher d'avoir un peu d'affection pour le bonhomme, sorte de loser revendiqué, un brin fantaisiste et jemenfoutiste.
Surtout que "Performer" est un excellent disque de soft-rock, quelque part entre MGMT pour le côté mélodique et psychédélique et Ariel Pink pour le côté kitsch assumé et bricolé et l'inspiration ne…