Accéder au contenu principal

Swans - The Seer

Il y a quelques fois des rencontres fortuites, improbables. On ne rentre pas chez Swans par hasard, sans y être auparavant invité, sous prétexte de sérieuses désillusions. Le maître de maison, Michael Gira, n'est pas de ceux qui mettent tout de suite à l'aise. En trente ans de carrière, on ne peut pas dire qu'il ait fait beaucoup de concessions. A l'image de la pochette de "The Seer", la musique de Swans montre d'emblée les crocs. Prière de laisser votre répertoire de blagues potaches au placard, ce n'est pas le genre d'endroits où les gens viennent se décontracter et rigoler entre potes. Non, un disque de Swans est une expérience à vivre, en solo de préférence. Il faut accepter d'y pénétrer car rien n'y est fait pour rassurer : des titres souvent interminables, certains de plus de trente minutes, peu de paroles, des rythmiques martiales à faire froid dans le dos, des motifs répétitifs aux lentes progressions, idéales pour la transe, etc. Bref, Michael Gira est l'anti Wayne Coyne, le leader des Flaming Lips. Impensable qu'il daigne vous recevoir avec le canon à confettis. Avec sa dégaine de cowboy sur le retour, il pourrait bien sortir des flingues, des vrais. Mais alors, que fais-je ici, perdu dans les dédales des 11 titres et quelques deux heures de "The Seer" ? Pourquoi diable n'ai-je pas fait demi tour à la moindre première semonce de batterie ? Le morceau inaugural, "Lunacy", dont le titre est martelé à de nombreuses reprises de manière inquiétante, était sensé me prévenir.
Oui, mais je ne suis un insatiable curieux, il a fallu que j'aille voir plus loin. Et plus loin, surtout sur le deuxième disque plus accueillant, il y a d'abord une jolie balade chantée par Karen O puis "Avatar", un titre qui vous prend aux tripes et ne vous lâche plus. Une fois la visite achevée, je ne suis pas sûr de vouloir y retourner tout de suite. Je tiens à ma santé mentale. Avec "Avatar", j'ai au moins un résumé à moindre frais de l'expérience ressentie. Swans demeure une formidable machine de guerre en dehors de tout formatage, qui a le mérite de vous nettoyer les oreilles. Et de temps à autre, ça fait du bien.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Top albums 2017

Vous l'attendiez tous - si, si, ne dites pas le contraire - mon top albums 2017 ! Ce ne fut une fois de plus pas chose aisée, même aux toutes premières places, car aucun disque ne se dégageait facilement du lot. Pas de grande révélation pour moi cette année, on retrouve donc dans ce classement, des habitués. La principale déception, même si toute relative car l'album est quand même très bon, reste le retour de LCD Soundsystem. Le groupe devait normalement écraser la concurrence, il n'en fut rien. Leur musique est devenue plus réfléchie et moins dansante. Moins marquante donc pour moi. Sinon, dans ceux qui sont restés à la porte de ce top 10 et qui n'ont pas démérité, il y a Babx, Destroyer, Alex Cameron, Xiu Xiu ou Feist. Mais trève de discours, voici donc, en toute subjectivité, mes 10 disques préférés de l'année écoulée.

10. Snapped Ankles - Come Play The Trees
Les anglais de Snapped Ankles pratiquent une sorte de musique hybride, mélange de post-punk, d'élect…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

Montero - Performer

"Performer" est le deuxième album de Bjenny Montero, australien d'une quarantaine d'années, plus connu dans le milieu du rock indépendant pour ses talents de dessinateur que ceux de chanteur ou musicien. Il a notamment travaillé pour des artistes comme Mac Demarco - dont il a aussi fait la première partie - Ariel Pink ou Pond, soit pour les pochettes de disques soit pour des tee-shirts. Le gars avait même presque tiré un trait sur sa carrière musicale, d'une part parce qu'il avoue préférer le dessin, d'autre part parce qu'il sait qu'il ne rencontrera jamais le succès dans ce domaine. Dis comme ça, on ne peut s'empêcher d'avoir un peu d'affection pour le bonhomme, sorte de loser revendiqué, un brin fantaisiste et jemenfoutiste.
Surtout que "Performer" est un excellent disque de soft-rock, quelque part entre MGMT pour le côté mélodique et psychédélique et Ariel Pink pour le côté kitsch assumé et bricolé et l'inspiration ne…