Accéder au contenu principal

Top Albums 2002

10 ans déjà, 10 ans que nous sommes ensemble maman et moi. Forcément, 2002, ce sont d'abord des souvenirs. De la musique aussi. David Bowie parce que c'est notre principale admiration commune. Il sortait alors son dernier bon disque, "Heathen". J'allais le voir en concert à Nïmes, dans les arènes, rendant maman jalouse. Beth Gibbons, sublime au grand Rex (avec une divine reprise du "Candy Says" du Velvet), concert ensemble cette fois, marque le jour de notre pacs. Les Libertines et les Flaming Lips, deux groupes également entendus "seul" en live, pour deux concerts inversement appréciés. Celui des anglais ne restera pas dans les annales. On sentait déjà l'urgence de leur musique et aussi la tension interne à la formation. Nonchalants et brouillons, ils bâcleront l'affaire en deux temps, trois mouvements. Celui des américains fut une fête incroyable, une sorte d'apothéose mystique. Peu importe la qualité du son, j'étais transporté ailleurs. Déjà le plus grand groupe de rock de scène au monde. Avant la Route du Rock de 2010...Dionysos, parce que c'était notre premier concert commun, aux Solidays et que Mathias Malzieu est une vraie pile électrique, sorte de lapin Duracell du rock français. Nous les reverrons l'année suivante à Bourges, comme Interpol, qui, en concert dégage un son d'une ampleur impressionnante. Delerm, parce qu'il détonnait dans le paysage de la variété hexagonale d'alors par sa fraîcheur et aussi parce qu'un ami nous en a fait une sympathique reprise à notre mariage trois ans plus tard. Badly Drawn Boy, parce que "Silent Sigh" était la chanson que j'écoutais en boucle au moment de notre rencontre. The Notwist, parce que c'était mon disque de chevet aux vacances d'hiver quelques mois avant, le moral en berne. Polyphonic Spree enfin, parce que Jacques Cheminade a raison, on devrait favoriser les chorales, ça aide à mieux vivre ensemble.

10. Dionysos - Western Sous La Neige
Les petits rockeurs de Valence sont alors au faite de leur gloire avec le tube de cours de récréation "Song For A Jedi". Leur leader, Mathias Malzieu, à l'écriture gentiment décalée et enfantine invente une poésie loufoque qui n'appartient qu'à lui. Il démontrera même par la suite des réelles qualités de romanciers. Plutôt rare dans le rock hexagonal.


9. David Bowie - Heathen
Bowie n'essaie plus d'être un autre et même s'il reprend de jolie façon le "Cactus" des Pixies, "Heathen" étonne par sa modestie et sa simplicité. Si on oublie le dispensable "Reality" qui s'en suivra, espérons que ce disque ne restera pas comme le (beau) chant du cygne du maître.



8. The Polyphonic Spree - The Beginning Stages of...
Les Polyphonic Spree, bien avant le succès des "Choristes", remettaient la chorale sur le devant de la scène. Ici, pas de petits chanteurs à la croix de bois. Non, il s'agirait plutôt de doux hippies à la gueule de bois. En témoigne, le morceau purement instrumental et planant de plus de vingt minutes qui clôture le disque. Avant ça, on aura quand même chanté tous en choeur que le soleil brillait pour tout le monde. Si seulement...


7. Badly Drawn Boy - About A Boy
Tiens, une bande originale de film dans un de mes tops ! Il faut dire que Damon Gough alias le garçon mal élevé conçoit avec "About A Boy" une jolie ode pour paumés en tout genre, adultes comme enfants, accompagnant magnifiquement cette petite comédie plutôt bien fichue et inspirée par l'écriture de Nick Hornby.


6. The Notwist - Neon Golden
Des Allemands au nom tout indiqué de "No twist" reprennent brillamment le flambeau d'une pop électro mélancolique dans la lignée des glorieux ancêtres de Kraftwerk. Les teutons n'ont décidément par leur pareille pour nous parler aussi justement de la triste solitude du monde moderne.


 5. Vincent Delerm - Vincent Delerm
Un vent de fraîcheur souffle sur la variété française : Vincent Delerm et ses petites symphonies humoristiques et doucement mélancoliques débarquent. Certains persistent encore à le ranger dans la même catégorie que Bénabar et tous ces chanteurs égocentrés sur leur quotidien étriqué de bobos parisiens. Il suffit paradoxalement d'écouter un titre comme "Châtenay Malabry" pour s'apercevoir de l'universalité de sa musique.


4. The Flaming Lips - Yoshimi Battles The Pink Robots
Les Flaming Lips inventent une sorte d'histoire à dormir debout autour d'une petite fille Yoshimi qui serait attaquée par des robots - histoire qui deviendra très bientôt une comédie musicale. On pense à Sankukai, X-Or ou autres Bioman. En plus drôle. Les mélodies, dans la lignée de leur grandiose "The Soft Bulletin", sont au diapason. "Do You Realize?" devient leur hymne, belle et simple à pleurer. Délicieusement régressif, comme un petit bonbon acidulé.

3. Beth Gibbons & Rustin Man - Out Of Season
La chanteuse de Portishead s'essaie en solo avec l'ancien bassiste de Talk Talk et c'est bouleversant, forcément. Comme quoi, la dame n'a aucunement besoin d'un Geoff Barrow pour s'assumer toute seule. Il faut dire qu'avec une voix pareille, les artifices sont superflus...


2. Interpol - Turn On The Bright Lights
L'album qui a remis au goût du jour la cold wave du début des années 80. Interpol fera logiquement la première partie des Cure, impressionnant même au passage Robert Smith par la qualité de leurs prestations scéniques. Une claque !



1. The Libertines - Up The Bracket
Les Libertines ou la cinglante réponse anglaise aux Strokes : plus brouillonne, plus mélodique aussi. Le clash Mick Jones est aux manettes et dès le premier disque, cela sent le souffre. Les dandys déglingués Pete Doherty et Carl Barat se chamailleront deux ans plus tard. N'empêche, ce "Up The Bracket" reste aujourd'hui encore un des plus grands disques rock de ces dernières années en provenance de la perfide Albion.

Commentaires

  1. @ Vincent : bon anniversaire alors ! 7 ans de mariage, ce sont des noces de laine ;) J'ai beaucoup écouté également la B.O. de 'Pour un garçon' à sa sortie et, figure-toi que "Silent Sigh" est mon titre préféré sur cet album ! Notwist et Interpol, j'adore aussi. Delerm, par contre... AU SECOURS ! :(

    RépondreSupprimer
  2. Eh, eh, merci pour l'anniversaire !!!
    En ce qui concerne Delerm, même si j'avoue que le gaillard peut avoir un côté assez énervant, j'assume complètement :))
    Il a une décontraction et une légèreté qui ne sont pas feintes. Tiens, pour preuve, écoute ça : http://www.youtube.com/watch?v=c3a2kQRI6PA
    Je ne vois pas en quoi il serait par exemple de bon goût d'apprécier Biolay et pas Delerm.
    Même si je me doute que tu ne dois pas aimer Biolay non plus ;-)

    RépondreSupprimer
  3. Ah oui, si tu me prends par les sentiments! ;-) Delerm (et Biolay en effet aussi), j'ai surtout un gros a priori contre, mais j'avoue n'avoir jamais vraiment écouté leurs disques. Peut être que j'y viendrai un jour finalement ? J'avoue ne pas trop être branché 'chanson française', à quelques rares exceptions près... (j'ai fait de belles découvertes notamment grâce à toi !)

    A mon tour de faire découvrir un titre (approprié à la tonalité de ton billet). C'est une SUPERBE chanson d'amour de Nicolas HAAS (artiste méconnu que nous défendons beaucoup chez Next.music), elle s'intitule "Plus rien jamais ne se vit comme avant" et tu pourras l'écouter là > http://nicolashaas.bandcamp.com/album/une-le-ma-port-e

    Je pense (enfin, j'espère...) que le texte de cette chanson ne te laissera pas indifférent !

    RépondreSupprimer
  4. Merci JP pour cette découverte, je ne connaissais pas Nicolas Haas et c'est effectivement assez joli, surtout la chanson que tu évoques, une belle dédicace pour maman ;)

    RépondreSupprimer
  5. The Libs en 1ère place? On est plus que d'accord! Haha.

    Merci de me faire re-découvrir certains albums (Interpol en tête).

    See you,

    http://ohplayitlouder.blogspot.fr

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Exposition Electro - de Kraftwerk à Daft Punk - samedi 13 juillet 2019

De Kraftwerk à Daft Punk : tout un programme ! Comment résumer la musique électronique ? Question difficile à laquelle la nouvelle exposition de la Philharmonie de Paris ne répond pas vraiment. Mais le propre de tout mouvement est d'être en perpétuelle évolution. Il y a un avant en terme de techniques, d'instruments, ici assez bien raconté avec quelques antiquités électroniques, datant pour certaines de plus d'un siècle. On peut aussi y entendre Jean-Michel Jarre plus gros rassembleur de l'histoire avec des concerts de plus d'un million de spectateurs, parler de son incroyable matériel, la musique devenant une science, résultat de savants calculs incompréhensibles du commun des mortels. Il n'y a par contre pas d'avant et après en terme d'évolution musicale, il y a juste des influences multiples et diffuses, des styles divers et variés. Des villes qui ont créé des vocations comme Detroit (la techno), Chicago (la house) ou Berlin. Des artistes majeurs co…

Kraftwerk - festival Days Off - Philharmonie de Paris - samedi 13 juillet 2019

Après la visite (un peu décevante) de l'Expo Électro dans l'après-midi, nous avons enchaîné avec un concert d'un des plus groupes les plus (si ce n'est le plus) influents de la musique électronique : Kraftwerk. Comme ce style s'accompagne souvent d'un décorum particulier - on n'a toujours pas oublié les shows gargantuesques de Jean-Michel Jarre -, on attendait avec une certaine impatience la soirée depuis de longs mois déjà. Un concert avec lunettes 3D ? C'est la première fois que nous tentions l'expérience. Après le concert ultra chorégraphié et sans fil de David Byrne de l'an passé, la Philharmonie de Paris semble être le lieu privilégié des prestations hors normes, prêt à phagocyter toutes les expériences musicales et visuelles mémorables. Le concert ne débuta qu'à 22h sans première partie - comment passer avant ce qui allait suivre de toute façon ? - et tout de suite, notre attente ne fut pas déçue. A peine après avoir enfilé les lunett…

Kishi Bashi - Omoiyari

"Omoiyari" est un équivalent japonais d'empathie. Kaoru Ishibashi alias Kishi Bashi, est un américain d'origine japonaise. Comme beaucoup, l'arrivée au pouvoir de Donald Trump l'a fait réfléchir sur l'avenir de son pays en se remémorant son passé. Notamment celui particulièrement sanglant entre ses deux patries, celle de ses parents et la sienne. Celui de l'été 1942 ("Summer of 42") par exemple, peu de temps après l'attaque japonaise de Pearl Harbor et avant la riposte américaine qui culminera avec les bombes atomiques de Hiroshima et Nagasaki. Cette Histoire tragique qu'on voudrait tous oublier mais qui refait irrémédiablement surface quand on retrouve, à la tête des états, des personnes qui ont su gagner par la haine de l'autre, en voulant construire des murs par exemple. Un peu d'empathie, voilà ce dont le monde a besoin. Les oiseaux de la pochette sont à l'image de nous autres, humains, des êtres variés et fragiles.…