Accéder au contenu principal

Animal Collective - Centipede Hz

"La beauté est dans les yeux de celui qui regarde" disait ce cher Oscar Wilde. "Mais plus personne ne regarde..." fait dire Léos Carax à Michel Piccoli dans son dernier et excellent film "Holy Motors". Pour Animal Collective, le débat est vite tranché. A moins d'être aveugle ou d'avoir des goûts esthétiques particulièrement douteux, les pochettes comme le visuel du groupe ont toujours été moches. Des aspirations de gamins de maternel tout au plus, qui commenceraient à peine à savoir dessiner correctement. Pour la musique, par contre, c'est une autre affaire. Les américains déclenchent des réactions d'amour/haine plus acharnées. Et ce n'est pas ce nouveau "Centipede Hz" qui viendra changer la donne. Animal Collective varie à chaque fois d'un iota, sa musique devenant peut-être plus soignée et raffinée que par le passé. On peut regretter par contre qu'elle soit moins percutante. 
"Strawberry Jam" est toujours pour moi leur grand disque de pop malade. Ce nouvel album contient bien quelques pépites qui finissent au fil des écoutes par produire leur effet ("Moonjock", "Applesauce" ou "Amanita"), la surprise n'est plus de mise. Et la surprise, c'était l'un des attraits principaux du groupe. Si même Animal Collective rentre dans le rang, il faudra chercher ailleurs de véritables prises de risques. Mais en paraphrasant Wilde, on pourrait dire que la beauté est aussi dans les oreilles de celui qui écoute. A chacun son échelle de valeurs, donc. L'essentiel est d'écouter. Vraiment. Et petit à petit, mine de rien, "Centipede Hz" fait son oeuvre... Animal Collective n'a pas fini de diviser...

Clip de "Today's Supernatural" :

Album en écoute intégrale sur le site internet du groupe.

Commentaires

  1. Le bon goût n'a pas grand chose à voir avec la beauté. Preuve étant que les images des albums d'Animal Collective font sens et touchent de plus près que de nombreux disques la vérité de leur musique. Pour le reste alors il faudrat peut être regarder dans l'oeil de celui qui regarde.

    RépondreSupprimer
  2. Euh...pardon mais je n'ai rien compris...

    RépondreSupprimer
  3. moi Animal Collective m'a toujours divisé... et là nettement plus qu'avec le précédent que j'avais trouvé très beau ;-)

    RépondreSupprimer
  4. @Benoit : En fait, au départ, j'avais presque envie d'en dire du mal. Le précédent avait fini par me lasser et le buzz intempestif qui règne autour de ce groupe a de quoi agacer. La première écoute du single m'avait même conforté dans mon idée de les allumer. Et puis, au final, je le trouve très bien, ce disque. Il y a même une certaine humilité et de la simplicité (mots que je n'aurais jamais cru accoler à Animal Collective un jour) dans un titre comme "Rosie Oh". Contrairement à d'autres, je n'ai pourtant pas été surpris par "Centipede Hz". Il a au contraire le côté rassurant d'un univers que les habitués connaissent depuis belle lurette. Plus que le précédent qui innovait en terme de sonorités. Celui-là me paraît moins immédiat mais plus long en bouche... Ce qui est évidemment un gage de qualité.

    RépondreSupprimer
  5. @ Vincent : tu confirmes par ton dernier commentaire ("j'avais presque envie d'en dire du mal") l'impression que j'ai ressentie à la lecture de ta chronique en demi-teinte. A tel point que je me suis demandé si tu ne t'es pas laissé aller à un pur exercice de style (l'éloge paradoxal, pour être précis !)

    Pour moi, il n'y a aucune ambiguïté et AC ("assez, par pitié !") ne m'a jamais "divisé" : mon rejet a toujours été immédiat et ENTIER. J'ai bien tenté d'écouter cet album, mais en vain (je m'en suis tenu aux 1res minutes de chaque titre et, pour moi, c'est déjà beaucoup...) Verdict ? Ben... MOCHE comme la pochette, VILAIN(s) comme les membres du groupe, "LAID, laid, laid, laid, laid..." comme le répète le chanteur au début de "Today's Supernatural" (a-t-on déjà vu clip plus HORRIBLE, au passage ?)

    Bon, ça te va comme "déclaration de haine" ? Je peux faire plus "acharné", si tu le souhaites... ;-)

    RépondreSupprimer
  6. Hello JP,
    Je n'en attendais pas moins de ta part.
    Bravo, ça a le mérite d'être d'une grand clarté !!! (contrairement à mon papier ;-)

    RépondreSupprimer
  7. Ils divisent vraiment les gars !!! arff on aime ou pas, juste "école maternelle" c'est le terme exact, pochette + musique. Mais ils vont grandir un jour, quand les médias leur foutront la paix :D, pour l'instant ils gardent le filon, tant qu'ils ont des bonnes notes.
    C'est en tout cas pas l'évènement de la rentrée.

    RépondreSupprimer
  8. Dis donc, tout le monde rivalise de critiques incendiaires à leur sujet... Une nouvelle preuve ici : http://www.popnews.com/popnews/animal-collective-centipede-hz.
    Même Pitchfork ne les soutient plus autant : http://pitchfork.com/reviews/albums/16980-centipede-hz/ A croire qu'ils ne divisent pas tant que ça...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Exposition Electro - de Kraftwerk à Daft Punk - samedi 13 juillet 2019

De Kraftwerk à Daft Punk : tout un programme ! Comment résumer la musique électronique ? Question difficile à laquelle la nouvelle exposition de la Philharmonie de Paris ne répond pas vraiment. Mais le propre de tout mouvement est d'être en perpétuelle évolution. Il y a un avant en terme de techniques, d'instruments, ici assez bien raconté avec quelques antiquités électroniques, datant pour certaines de plus d'un siècle. On peut aussi y entendre Jean-Michel Jarre plus gros rassembleur de l'histoire avec des concerts de plus d'un million de spectateurs, parler de son incroyable matériel, la musique devenant une science, résultat de savants calculs incompréhensibles du commun des mortels. Il n'y a par contre pas d'avant et après en terme d'évolution musicale, il y a juste des influences multiples et diffuses, des styles divers et variés. Des villes qui ont créé des vocations comme Detroit (la techno), Chicago (la house) ou Berlin. Des artistes majeurs co…

Kraftwerk - festival Days Off - Philharmonie de Paris - samedi 13 juillet 2019

Après la visite (un peu décevante) de l'Expo Électro dans l'après-midi, nous avons enchaîné avec un concert d'un des plus groupes les plus (si ce n'est le plus) influents de la musique électronique : Kraftwerk. Comme ce style s'accompagne souvent d'un décorum particulier - on n'a toujours pas oublié les shows gargantuesques de Jean-Michel Jarre -, on attendait avec une certaine impatience la soirée depuis de longs mois déjà. Un concert avec lunettes 3D ? C'est la première fois que nous tentions l'expérience. Après le concert ultra chorégraphié et sans fil de David Byrne de l'an passé, la Philharmonie de Paris semble être le lieu privilégié des prestations hors normes, prêt à phagocyter toutes les expériences musicales et visuelles mémorables. Le concert ne débuta qu'à 22h sans première partie - comment passer avant ce qui allait suivre de toute façon ? - et tout de suite, notre attente ne fut pas déçue. A peine après avoir enfilé les lunett…

Kishi Bashi - Omoiyari

"Omoiyari" est un équivalent japonais d'empathie. Kaoru Ishibashi alias Kishi Bashi, est un américain d'origine japonaise. Comme beaucoup, l'arrivée au pouvoir de Donald Trump l'a fait réfléchir sur l'avenir de son pays en se remémorant son passé. Notamment celui particulièrement sanglant entre ses deux patries, celle de ses parents et la sienne. Celui de l'été 1942 ("Summer of 42") par exemple, peu de temps après l'attaque japonaise de Pearl Harbor et avant la riposte américaine qui culminera avec les bombes atomiques de Hiroshima et Nagasaki. Cette Histoire tragique qu'on voudrait tous oublier mais qui refait irrémédiablement surface quand on retrouve, à la tête des états, des personnes qui ont su gagner par la haine de l'autre, en voulant construire des murs par exemple. Un peu d'empathie, voilà ce dont le monde a besoin. Les oiseaux de la pochette sont à l'image de nous autres, humains, des êtres variés et fragiles.…