Accéder au contenu principal

Top albums 2001

2001, l'année du 11 septembre. L'année de quelques très bons disques aussi. L'année du renouveau d'une certaine idée "traditionnelle" du rock. Les Strokes en sont les plus brillants représentants avec un premier album qui fait déjà office de classique. L'indie-pop américaine n'est pas en reste avec trois grands albums de trois de ses plus brillants porte-paroles : Mercury Rev, Sparklehorse et Pinback. 2001, ce fut aussi pour moi la découverte des Czars, formidable formation de pop-folk trop méconnue, dont le chanteur John Grant, aujourd'hui en solo, semble connaitre enfin une petite reconnaissance méritée. Coté britannique, Radiohead conserve son titre de plus grand groupe de rock actuel en remettant une couche supplémentaire à son précédent "Kid A". The Divine Comedy se "regénère" intelligemment en piquant le producteur de ces derniers. Spiritualized s'offre un grand orchestre classique pour un somptueux "Let It Come Down". La France découvre enfin Yann Tiersen par le biais d'Amélie Poulain en oubliant presque la belle "Absente" et Dominique A signe un retour à la "vie" remarqué.

10. The Divine Comedy - Regeneration 
Neil Hannon prend le producteur de Radiohead et laisse tomber ses envies un brin mégalos de symphonies pop baroques. "Regeneration" porte bien son nom en ce sens qu'il fait écho à son premier disque, l'autre bien nommé, "Liberation", deux albums à la sensibilité moins ostentatoire, plus humble et raffiné. Et le petit irlandais redevient un des plus grands songwriters de ces vingt dernières années...

9. Yann Tiersen - L'absente 
"L'absente", sortie la meme année que la bande originale d'Amélie Poulain, a été injustement ternie par l'incroyable succès de cette dernière. Lors d'être un disque de routine, il résume admirablement bien le Tiersen d'avant tout en dévoilant déjà celui d'après. Et puis, les invités tous plus classieux les uns que les autres, sont au diapason.


8. Sparklehorse - It's a wonderful Life 
Un titre tristement prémonitoire ? Sachant que depuis, Mark Linkous, le leader de Sparklehorse a mis fin à ses jours, la chanson éponyme, comme l'ensemble de ce superbe disque, presque apaisé, prend aujourd'hui une connotation encore plus dramatique.


7. Mercury Rev - All is dream
Mercury Rev continue dans la lignée de leur génial "Deserter's Songs". Les mélodies ne sont peut-être plus aussi accrocheuses, les penchants psychédéliques reviennent de manière plus évidente, mais ce "All Is Dream" contient suffisamment de climats différents et de très beaux textes pour séduire presque autant que son prédécesseur.


6. Spiritualized - Let It Come Down 
Jason Pierce abandonne un peu ses relents "bluesy" et les grosses guitares pour délivrer son disque le plus mélodique, le plus symphonique avec la présence d'un grand orchestre. L'homme semble enfin délivré de ses vieux démons et sa musique s'en retrouve plus belle que jamais.


5. Dominique A - Auguri 
Après le ténébreux et renfermé "Remué", Dominique A s'autorise une première véritable sortie au grand air. Sa musique prend alors une ampleur et une diversité inattendues. "Auguri" contient au moins deux des plus grandes chansons de son auteur ("Pour La Peau" et "Le Commerce de l'eau") et aussi deux reprises, une prévisible (Polyphonic Size) et l'autre nettement moins (Dalida). Décidément, à chaque disque, le chanteur parvient brillamment à se réinventer.

4. Pinback - Blue Screen Life 
Ils ne sont que deux mais jouent chacun de tous les instruments. Pas étonnant au final qu'on ait l'impression d'entendre sur la plupart des titres de ce "Blue Screen Life", deux chansons en une, voire plus encore. Le genre de disques à tiroirs et durée de vie infinie.


3. The Czars - The Ugly People Vs. The Beautiful People 
Le moment où je découvre (enfin?) l'existence de ce groupe à la pureté musicale familière tout en étant malheureusement bien trop rare. Les mélodies belles à pleurer se bousculent dès le début de ce disque. Et tout du long, l'inspiration semble ne jamais se tarir. Voilà une source limpide dans laquelle il est toujours agréable de plonger.


2. Radiohead - Amnesiac 
Le groupe d'Oxford enfonce le clou après le surprenant virage expérimental amorcé avec "Kid A". Certains lâcheront définitivement le train en marche... D'autres plus aventureux ne jureront plus que par Thom Yorke et sa bande. Même s'il commence désormais à bégayer, Radiohead s'était alors définitivement envolé au-dessus de la masse.


1. The Strokes - Is This It ? 
Est-ce tout ? Oui, un disque essentiel et puis s'en va. Ces jeunes gens savamment dépeignés et habillés venant des milieux branchés new-yorkais relancent le rock à papa des années 60/70 et c'est diablement efficace. Mais inévitablement éphémère. En attendant, on est reparti pour un tour. Comme quoi, le rock, lui, est éternel.

Commentaires

  1. L'absence de Noir Désir m'étonne.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Jamais été un grand fan du groupe à part quelques titres, et le triste fait divers n'a pas arrangé les choses :-(

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Top albums 2017

Vous l'attendiez tous - si, si, ne dites pas le contraire - mon top albums 2017 ! Ce ne fut une fois de plus pas chose aisée, même aux toutes premières places, car aucun disque ne se dégageait facilement du lot. Pas de grande révélation pour moi cette année, on retrouve donc dans ce classement, des habitués. La principale déception, même si toute relative car l'album est quand même très bon, reste le retour de LCD Soundsystem. Le groupe devait normalement écraser la concurrence, il n'en fut rien. Leur musique est devenue plus réfléchie et moins dansante. Moins marquante donc pour moi. Sinon, dans ceux qui sont restés à la porte de ce top 10 et qui n'ont pas démérité, il y a Babx, Destroyer, Alex Cameron, Xiu Xiu ou Feist. Mais trève de discours, voici donc, en toute subjectivité, mes 10 disques préférés de l'année écoulée.

10. Snapped Ankles - Come Play The Trees
Les anglais de Snapped Ankles pratiquent une sorte de musique hybride, mélange de post-punk, d'élect…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

Montero - Performer

"Performer" est le deuxième album de Bjenny Montero, australien d'une quarantaine d'années, plus connu dans le milieu du rock indépendant pour ses talents de dessinateur que ceux de chanteur ou musicien. Il a notamment travaillé pour des artistes comme Mac Demarco - dont il a aussi fait la première partie - Ariel Pink ou Pond, soit pour les pochettes de disques soit pour des tee-shirts. Le gars avait même presque tiré un trait sur sa carrière musicale, d'une part parce qu'il avoue préférer le dessin, d'autre part parce qu'il sait qu'il ne rencontrera jamais le succès dans ce domaine. Dis comme ça, on ne peut s'empêcher d'avoir un peu d'affection pour le bonhomme, sorte de loser revendiqué, un brin fantaisiste et jemenfoutiste.
Surtout que "Performer" est un excellent disque de soft-rock, quelque part entre MGMT pour le côté mélodique et psychédélique et Ariel Pink pour le côté kitsch assumé et bricolé et l'inspiration ne…