Accéder au contenu principal

A Special Night With Metronomy

Maman et moi avions sorti l'artillerie lourde. Il faut dire qu'une invitation (gagnée par le biais d'un concours) pour une soirée privée avec Metronomy, ça ne se refuse pas - puisque je vous le dis. Il fallait donc trouver coûte que coûte des baby-sitters, quitte à remuer ciel et terre et les faire venir de loin... J'ai une étrange relation avec ces quatre anglais-là. Chacun de leur disque m'a d'abord laissé de marbre ou disons juste qu'ils ne m'avaient pas spécialement emballé. Et puis, avec le recul et surtout l'aide de maman, j'ai fini par succomber à leur électro-pop sautillante et sacrément addictive. Même notre Lucie est tombée sous le charme d'un titre comme "The Bay" ("Papa, tu peux mettre "Want to go, I'll take you back one day", dit-elle souvent. Ouais, elle est bilingue, notre fille...). La soirée se tenait dans un lieu tenu secret jusqu'à quelques jours avant : le café Carmen, l'endroit où le clip de "She Wants" fut tourné.

Peu d'informations sur le déroulement de la soirée nous étaient parvenus. Juste que deux groupes surprises devaient se produire avant un DJ set de Joseph Mount, le leader de Metronomy. On aurait aussi droit à de la "finger food" (une façon un peu plus "moderne" de dire des amuse-gueules) et des cadeaux : chouette ! Mais Metronomy, alors ? Est-ce qu'ils allaient jouer, réellement devant nous ? Suspense qui ne fut pas de très longue durée, puisque dès notre arrivée, nous pûmes constater que non. Leur prestation n'apparaissait pas dans le programme. Tout ça pour ça, pensions-nous en sirotant nos bières Heineken designées exprès pour l'occasion. Surtout que le premier groupe "surprise" détonnait sévèrement dans le cadre très sélect du Carmen : Gross Magic. Des anglais qui n'avaient pas grand chose de magique, mais balançaient effectivement du gros son qui tâche. Leur look semblait signifier que le temps s'était arrêté depuis Kurt Cobain et Nirvana. Les jeans à trous et les casquettes à l'arrière : mon Dieu !!! Bon, à leur décharge, le son dans ce genre d'endroits est pour le moins effroyable et il est difficile au final de se faire une idée précise de la qualité de leur musique. Surtout qu'à l'écoute du clip ci-dessous, on se dit qu'on n'a pas dû écouter le même groupe...

La suite fut de meilleure facture, Melody's Echo Chamber, la nouvelle signature de Domino Records, leur chanteuse française et leur premier album produit par le leader des australiens de Tame Impala. Le résultat est une dream pop dans l'air du temps, mais plutôt bien fichu qui rappelle les Cocteau Twins et bien sûr plus récemment Beach House. Ils seront au prochain festival de Pitchfork ainsi qu'aux Transmusicales de Rennes. Bon, là encore l'accoustique du lieu n'était pas vraiment à leur avantage. C'est bien simple, je ne sais pas si c'était mes oreilles, mais même à deux mètres de la chanteuse, j'étais incapable de comprendre ce qu'elle pouvait dire au micro entre les morceaux.

Enfin, ce fut le tour des stars de la soirée qui, depuis le début se contentaient simplement de se balader en discutant à droite, à gauche. Oui, ils ont l'air sympas, Metronomy. Un gars qui se promène en K-Way pendant 2h dans une salle chauffée à au moins 25° ne peut pas être foncièrement désagréable. C'est d'ailleurs dans cette tenue que Joseph Mount a démarré sa prestation derrière les platines. Malheureusement, il ne passera pas un seul titre de son groupe, mais alternera les tubes électro (Modjo, Stardust, Hot Butter et leur célèbre "Pop Corn" ou encore le "Rectangle" de Jacno) et d'autres plus pop (les inévitables Beatles ou encore les Zombies). Bref, le gaillard a plutôt bon goût lorsqu'il s'agit de faire danser son monde. Et à défaut de concert, nous nous sommes laissés aller, maman et moi, sur le dancefloor. Sans doute les effets de l'alcool... Après deux heures de boom non-stop, nous sommes finalement rentrés avec un basique sac en toile, un tee-shirt (moche) et un poster (encore plus moche) de la soirée. Cela devait correspondre aux cadeaux dont on nous avait parlé... Le bassiste noir de Metronomy qui m'avait, semble-t-il, repéré avec mon tee-shirt "Unknown Pleasures" de vieux me dit bien "au revoir" (en français) en partant. On pourra donc dire à Lulu qu'on a vu le groupe de "Want to go, I'll take you back one day". "Une nuit spéciale" : oui, assurément.

Des photos de la soirée sont visibles ici. Pour ceux que ça intéresse, on nous aperçoit sur l'une d'entre elles...

Commentaires

  1. Ah oui, très "spéciale" en effet cette soirée "VIP" privée, organisée dans un grand café "huppé" parisien (me semble-t-il) et "sponsorisée" par un célèbre alcoolier (que l'on ne soupçonnait pas vouloir cibler un public aussi "bobo/hipster"...)

    J'espère au moins pour vous que les bières étaient offertes : boire pour (tenter de) surmonter sa déception, maigre consolation... Quoique moi, j'aurais bien aimé récupérer le sac (pour mes affaires de piscine) ;)

    N.B. : Melody's Echo Chamber sera aussi à l'affiche du festival Novosonic #9, ce jeudi à Dijon ! (Il n'y a pas que les Trans en "province") ;-)

    RépondreSupprimer
  2. Hello JP,
    Oui, si ça peut te rassurer, tout était gratuit :-)
    Désolé d'avoir oublié le (très bon) festival Novosonic à Dijon. Tu y vas ? Tu sais, moi, à part Paris et la Bretagne...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comment ça si j'y vais ? Mais j'y suis... à Dijon et NOVOSONIC, c'est même dans mon quartier ;) Depuis la création en 2004 de ce -en effet- très, très bon festival, je n'ai manqué que quelques (rares) concerts. Je vais même bloguer à nouveau pour chroniquer cette 9e édition...

      P.S. : j'adore la Bretagne ; Paris ? beaucoup moins :(

      Supprimer
  3. C'est Paris ou les Parisiens (ou les deux) que tu n'aimes pas ? Ne te fie pas aux photos de cette soirée, il y a aussi des gens "normaux" dans la capitale ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si, si j'aime Paris mais pas au point de vouloir y vivre (trop de Parisiens, sans doute...) J'ai eu du mal à te repérer sur les photos de la soirée (merci pour l'indice !) mais je ne suis pas sûr de moi... Pas très nette la photo en question (ou bien tu avais trop bu ?) ;-)

      Supprimer
  4. Salut Vincent ,je suis nouveau sur cette plateforme, je fais un tour sur ton blog et je dois dire qu'il est très bien .Je sais à mon avis je suis pas le premier à te l'avoir dit mais je tenais à le souligner !
    Dommage que la soirée privée était si décevante !
    Je voulais te poser une question : Connais-tu le festival Ouest Park qui se situe au Havre ? Car j'y suis aller et je dois dire que c'est un très bon festival !

    Ps: si l'envie te dit tu peux jeter ton coup d’œil d'expert sur mon blog !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Top albums 2017

Vous l'attendiez tous - si, si, ne dites pas le contraire - mon top albums 2017 ! Ce ne fut une fois de plus pas chose aisée, même aux toutes premières places, car aucun disque ne se dégageait facilement du lot. Pas de grande révélation pour moi cette année, on retrouve donc dans ce classement, des habitués. La principale déception, même si toute relative car l'album est quand même très bon, reste le retour de LCD Soundsystem. Le groupe devait normalement écraser la concurrence, il n'en fut rien. Leur musique est devenue plus réfléchie et moins dansante. Moins marquante donc pour moi. Sinon, dans ceux qui sont restés à la porte de ce top 10 et qui n'ont pas démérité, il y a Babx, Destroyer, Alex Cameron, Xiu Xiu ou Feist. Mais trève de discours, voici donc, en toute subjectivité, mes 10 disques préférés de l'année écoulée.

10. Snapped Ankles - Come Play The Trees
Les anglais de Snapped Ankles pratiquent une sorte de musique hybride, mélange de post-punk, d'élect…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

Montero - Performer

"Performer" est le deuxième album de Bjenny Montero, australien d'une quarantaine d'années, plus connu dans le milieu du rock indépendant pour ses talents de dessinateur que ceux de chanteur ou musicien. Il a notamment travaillé pour des artistes comme Mac Demarco - dont il a aussi fait la première partie - Ariel Pink ou Pond, soit pour les pochettes de disques soit pour des tee-shirts. Le gars avait même presque tiré un trait sur sa carrière musicale, d'une part parce qu'il avoue préférer le dessin, d'autre part parce qu'il sait qu'il ne rencontrera jamais le succès dans ce domaine. Dis comme ça, on ne peut s'empêcher d'avoir un peu d'affection pour le bonhomme, sorte de loser revendiqué, un brin fantaisiste et jemenfoutiste.
Surtout que "Performer" est un excellent disque de soft-rock, quelque part entre MGMT pour le côté mélodique et psychédélique et Ariel Pink pour le côté kitsch assumé et bricolé et l'inspiration ne…