16 octobre 2012

Scott Walker - The Seventh Seal (1969)

Ce chanteur avait sur le papier tout pour me plaire. En tant qu'admirateur de Brel, il a commencé sa carrière solo en reprenant de nombreuses fois le grand maître belge. Réarrangeant les chansons de manière moins dépouillée et plus enlevée que les originales, il avait réussi l'exploit d'en faire de nouvelles versions qui se tiennent - ce qu'un Pagny ne saura par exemple jamais faire. Le nom de Scott Walker a ensuite été depuis le début des années 70 l'un des plus cités lorsqu'il s'agissait de pop classieuse et intelligemment orchestrée. Son influence fut revendiquée entre autres par Bowie, Pulp - qui fera même appel à son idole pour venir produire ce qui sera pourtant l'un de ses disques les moins aboutis, "We Love Life" - ou encore de The Divine Comedy. Bref, avec un tel pedigree, ce type ne pouvait qu'être parmi mon panthéon de la musique. Et bien, non. Il faut dire que depuis ses débuts, il semble tiraillé entre deux contraires. Le kitsch des années 60 d'un côté, surtout au sein des Walker Brothers, puis dans une moindre mesure avec ses quatre disques solos sobrement intitulés 1, 2, 3 et 4. L'expérimentation la plus barrée et bien souvent inaccessible au commun des mortels à partir des années 70 de l'autre - un nouvel album sans doute dans cette dernière lignée est annoncé pour début décembre. Avec Scott Walker, je ne sais donc pas sur quel pied danser. Sauf sur ce quatrième disque solo, le premier sur lequel tous les morceaux sont de sa patte et non copiés de Brel. "The Seventh Seal" parce qu'il témoigne magnifiquement du paradoxe du chanteur, parvenant à tenir tout du long en équilibre sur un fil aussi ténu. De belles paroles inspirées du film de Bergman du même nom, sa célèbre voix de crooner, des choeurs très sixties et cette lente montée d'adrénaline divinement orchestrée. "I'm walker, walker, walker..." nous chantait récemment un Cascadeur. Il devait forcément faire allusion à Scott. Parce que les cascades, ça le connait...

Anybody seen a knight pass this way
I saw him playing chess with Death yesterday
His crusade was a search for God and they say
It's been a along way to carry on

Anybody hear of plague in this town
The town I've left behind was burned to the ground
A young girl on a stake her face framed in flames cried
I'm not a witch God knows my name

The knight he watched with fear
He needed to know
He ran where he might feel God's breath
And in the misty church
He knelt to confess
The face within the booth was Mr. Death

My life's a vain pursuit of meaningless smiles
Why can't God touch me with a sign
Perhaps there's no one there answered the booth
And Death hid within his cloak and smiled


This morning I played chess with Death said the knight
We played that he might grant me time
My bishop and my knight will shatter his flanks
And still I might feel God's heart in mine

And through confession's grille Death's laughter was heard
The knight cried No you've cheated me!
But still I'll find a way
We'll meet once again and once again
Continue to play

They met within the woods the knight his squire and friends
And Death said now the game shall end
The final move was made
The knight hung his head
And said you've won I've nothing left to play

The minstrel filled with visions sang to his love
To look against the stormy sky
The knight his squire and friends
Their hands held as one
Solemnly danced toward the dawn

His hourglass in his hand his scythe by his side
The master Death he leads them on
The rain will wash away the tears from their faces
And as the thunder cracked they were gone

3 commentaires:

  1. Ras le bol de lire que We love life est le moins abouti de PULP, ceux qui l'écrivent ne l'ont jamais écouté tout simplement.

    RépondreSupprimer
  2. Avec maman, nous sommes de grands fans de Pulp et je persiste dans mon analyse. Mais peut-être devez-vous au contraire réécouter leurs autres disques pour mieux faire la comparaison ?
    Dans "We Love Life", Jarvis perd l'ironie qui faisait une partie du charme du groupe. "Trees", par exemple, est juste une gentille chanson pop aux paroles un peu gnangnan, il faut bien avouer.
    Je préfère même leurs premiers disques sortis avant "His'n'Hers" et "Different Class"...

    RépondreSupprimer
  3. Je ne suis absolument pas d'accord avec toi, Jarvis a grandi tout simplement, il n'est plus celui de 1995 ou 1998. Trees n'est pas gnangan mais magnifique ( une sonorité nostalgique ). Il a juste moins d'ironie et ne va pas en faire sur toutes les chansons. C'est un album aux sonorités purement NOSTALGIQUE ( Scott Walker a-t-il eu une influence ), je pense à Wikerman ( j'imagine une photo captant l'angleterre des années 70 ), Roadkill qui est une magnifique chanson aussi, aux chordes de Jean-Claude Vannier dans Sunrise, Bob Lind. J'aime aussi leurs autres albums ( Acrylic Afternoon, I spy, Feeling called love ... )et ne me dis pas que toutes le chansons d'Intro sont aussi bonnes que celles de We love life.
    J'attends la date du 13 novembre avec impatience après les avoir vu la première fois en 2001 à la Route du Rock.
    Scott Walker va sortir un nouvel album début décembre.
    Une chanson de Scott 4 , on your own again apparait dans Meeting People is Easy de Radiohead.

    RépondreSupprimer