Accéder au contenu principal

Top albums 1999


ça y est, nous y voilà, les années 90 ! Dans mon objectif démesuré de balayer dans l'ordre décroissant chaque année musicale à travers seulement 10 disques, me voici arrivé au siècle précédent. Que se passait-il à ce moment-là ? Si les belges se taillaient la part du lion, avec les excellents Deus et Venus, dans la bataille du meilleur pays rock en dehors de l'indétrônable axe américano-britannique. Dominique A, toujours lui, permettait presque à lui seul à la France de conserver la face avec un disque qui fera date, sept ans après la mythique "Fossette". En ce qui concerne maintenant, le duel des deux côtés de l'Atlantique, match nul ou presque. La pop américaine est à son zénith depuis un bail avec les meilleurs disques respectifs des groupes ludiques et loufoques Magnetic Fields et Flaming Lips. Mes chouchous Hefner et la classe retrouvée de XTC permettent à l'Angleterre de pavoiser aussi. Puis, on notera le jazz-folk au ralenti de Spain, plus lumineux encore que sur leur mythique premier "The Blue Moods Of" et la pop plus ouvragée que jamais du trop mésestimé canadien au visage d'éternel poupin, Ron Sexsmith. Enfin, l'étonnante découverte des américains de Pinback qui inventait un son à nul autre pareil.

10- Venus - Welcome To The Modern Dance Hall
Les belges en cette année 1999 nous battaient à plat de couture sur le terrain du rock accidenté et aventureux. Les nouveaux venus de Venus prouvaient si besoin était que leur pays d'origine n'avait de plat que le nom.



9- The Magnetic Fields - 69 Love Songs
Je l'ai déjà dit, je triche un peu ici, puisque je n'ai découvert que très récemment la musique des Magnetic Fields. Mais comment résister à un tel déluge de chansons d'amour (69 évidemment) qui balaie un spectre d'influences et de styles aussi large ? De plus, la qualité reste constante tout au long de ce triple album rempli à ras bord : rare. 


8- Spain - She Haunts My Dreams
Leur premier album nous avait envouté par sa lenteur et son atmosphère ouateuse, presque à l'opposé du pays du nom duquel ils se sont affublés. La musique de Spain est de celle qui s'écoute à la maison, bien au chaud sous la couette. Ce "She Haunts My Dreams" à peine plus énergique élargit subtilement leur palette, sans coup férir. Et le rêve de se poursuivre...


7- XTC - Apple Venus Vol. 1
Voilà un groupe dont je pourrais être un grand fan, parce qu'à l'instar de beaucoup de mes formations préférées, leur pop n'est jamais directe, mais aime prendre des détours et des chemins de traverse. Le problème, c'est qu'elle a souvent tendance à trop privilégié la forme sur le fond, l'enrobage et la texture sonore sur le goût sucré des mélodies. Sauf sur ce "Apple Venus Vol.1" aux charmes beatlesiens presque immédiats. 

6- Pinback - This is a Pinback CD
Pinback est l'exemple parfait du groupe sous-évalué (et dont les derniers disques décevants ne risquent pas d'inverser la tendance) Celui-ci, leur premier, fut pourtant vécu par certains comme une véritable claque, inventant ce son si caractéristique fait d'empilement de voix et de guitares qui est leur marque de fabrique. Des américains qui appellent leurs morceaux du nom de villes françaises ("Lyon", "Versailles", etc) n'auraient pourtant pas dû passer inaperçus. 


5- Dominique A - Remué
Ce classement référence bien sûr mes disques préférés de 1999, mais pas forcément tel qu'il aurait été à l'époque. Oui, à ce moment-là, "Remué" ne m'avait pas spécialement touché. Puis le temps faisant son oeuvre, je reconnais aujourd'hui qu'il fait partie des meilleurs albums de son auteur. Parce qu'il possède un style unique, il représente avec "La Fossette", le dyptique intemporel de Dominique A.
  
4- Ron Sexsmith - Whereabouts
Le troubadour canadien à la voix rappelant celle de McCartney signe avec "Whereabouts" son meilleur disque. On se dit que sa musique a déjà été entendue des milliers de fois et pourtant, une telle qualité d'écriture reste l'apanage de très peu de songwriters. Sexsmith fait indéniablement partie de la trempe des plus grands.


3- Deus - The Ideal Crash
Des flamands essaient de rivaliser avec l'indépassable "OK Computer" de Radiohead. Cela pourrait sembler présomptueux. "The Ideal Crash" est le titre idoine. D'un parti pris casse-gueule, ils en tirent un des meilleurs disques rock de la décennie. 



2- Hefner - The Fidelity Wars
Je sais que beaucoup ne connaissent pas ce groupe briton et que ceux qui ont eu la chance de l'écouter n'en gardent pas forcément de souvenirs émus, mais Hefner est une de mes madeleines. De celles dont je ne me lasse pas. "The Fidelity Wars" est la plus savoureuse d'entre toutes.


1- The Flaming Lips - The Soft Bulletin
Là aussi, les habitués de ce blog connaissent mon amour pour les Flaming Lips. Il n'étonnera donc personne que "The Soft Bulletin" se retrouve à cette place. Les Beach Boys des années 90 et au-delà.



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Top albums 2017

Vous l'attendiez tous - si, si, ne dites pas le contraire - mon top albums 2017 ! Ce ne fut une fois de plus pas chose aisée, même aux toutes premières places, car aucun disque ne se dégageait facilement du lot. Pas de grande révélation pour moi cette année, on retrouve donc dans ce classement, des habitués. La principale déception, même si toute relative car l'album est quand même très bon, reste le retour de LCD Soundsystem. Le groupe devait normalement écraser la concurrence, il n'en fut rien. Leur musique est devenue plus réfléchie et moins dansante. Moins marquante donc pour moi. Sinon, dans ceux qui sont restés à la porte de ce top 10 et qui n'ont pas démérité, il y a Babx, Destroyer, Alex Cameron, Xiu Xiu ou Feist. Mais trève de discours, voici donc, en toute subjectivité, mes 10 disques préférés de l'année écoulée.

10. Snapped Ankles - Come Play The Trees
Les anglais de Snapped Ankles pratiquent une sorte de musique hybride, mélange de post-punk, d'élect…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

Montero - Performer

"Performer" est le deuxième album de Bjenny Montero, australien d'une quarantaine d'années, plus connu dans le milieu du rock indépendant pour ses talents de dessinateur que ceux de chanteur ou musicien. Il a notamment travaillé pour des artistes comme Mac Demarco - dont il a aussi fait la première partie - Ariel Pink ou Pond, soit pour les pochettes de disques soit pour des tee-shirts. Le gars avait même presque tiré un trait sur sa carrière musicale, d'une part parce qu'il avoue préférer le dessin, d'autre part parce qu'il sait qu'il ne rencontrera jamais le succès dans ce domaine. Dis comme ça, on ne peut s'empêcher d'avoir un peu d'affection pour le bonhomme, sorte de loser revendiqué, un brin fantaisiste et jemenfoutiste.
Surtout que "Performer" est un excellent disque de soft-rock, quelque part entre MGMT pour le côté mélodique et psychédélique et Ariel Pink pour le côté kitsch assumé et bricolé et l'inspiration ne…