Accéder au contenu principal

Arlt, Chris Cohen, Mac Demarco - Paris, Point Ephémère - 2 décembre 2012


Suite de notre week-end de concerts parisiens au Point Ephémère - la salle était fermée dernièrement pendant une semaine en raison d'une agression ayant eu lieu juste à côté -. Etaient réunis le même soir trois des groupes marquants de cette année, tous responsables de très bons disques : Arlt, Chris Cohen et Mac Demarco. Trois ambiances et trois styles sensiblement différents. On commence donc par les petits français de Arlt. Ils sont seulement trois sur scène et surtout n'ont que deux instruments : une guitare et... une autre guitare. Les versions des chansons ressemblent fortement à celles du disque, leur deuxième "Feu, La Figure" : même économie de moyens, même mise en avant des paroles, des jeux sur les mots, des bruits de bouche, même enrobage sonore de Mocke, le guitariste de Holden. Ce dernier vient d'ailleurs en aide à Sing-Sing, le chanteur aux faux airs de Jean-Pierre Darroussin, pour accorder sa guitare. Après, on adhère ou pas. Maman trouve ça creux, que le couple de chanteurs chante mal et qu'ils sont moches. Je trouve au contraire qu'ils proposent quelque chose de nouveau, que leur musique d'apparence austère a juste ce côté suffisamment fantaisiste dans les textes pour rendre l'ensemble plus léger. Bref, belle confirmation pour ma part.

Chris Cohen continue dans la même lignée, à savoir une réécriture très appliquée de son disque, le superbe "Overgrown Path". Les titres de son album prennent tout de même une connotation plus rock en live, sans doute en raison de l'omniprésence de la batterie - Chris Cohen est batteur -. Pourtant, celle-ci n'est jamais envahissante, elle rajoute juste ce qu'il faut de peps à ces jolies mélodies. Tout cela est joué de manière très soignée, sans fioritures. On regrette quand même l'absence totale d'interactivité avec le public, hormis le passage comique et non intentionnel du micro qui ne veut pas rester accroché à son pied. Pas facile de le tenir quand on a les deux mains prises avec son instrument.

La tchatche, ce n'est au contraire,  pas ce qui manque à Mac Demarco qui félicitera au passage - et de manière ironique ? - le coté très professionnel de son prédécesseur. On aurait pourtant dû s'y attendre avec la pochette de "2" comme avec la musique de ce canadien. On ne pensait pas avoir affaire à un tel showman. L'attitude cool n'est pas feinte. On sent une vraie générosité, un réel plaisir d'être là. Et puis, mine de rien, une profonde maîtrise. Derrière le grand n'importe quoi, se cachent aussi des musiciens de talent. Le bassiste avec son bonnet de Stroumph plaisante allègrement avec l'assistance pendant que Mac part chercher une autre guitare. Il faut dire que le groupe enchaîne à vive allure les cannettes de bières. Cela explique aussi sans doute pourquoi ils gardent tous ce sourire béat scotché au visage. On serait bien partis avec eux faire une virée nocturne dans les rues de la capitale après le show, comme le chanteur nous le proposait. Cela n'aurait assurément pas manqué de piquant. Mais nos vies ne sont pas les mêmes. Une telle insouciance, par les temps qui courent, ça fait un bien fou. Ces canadiens-là ne respectent rien.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

O - à terre !

En voyant la liste des catégories pour les prochaines Victoires de la musique, je me suis dit tout de suite qu'il en manquait au moins une. Quid de la pop française ? Alors que celle-ci s'est rarement portée aussi bien ? Mais ce n'est plus à prouver que ces cérémonies restent au final très consensuelles, se contentant de valider les goûts de l'époque sans voir plus loin, et rechercher l'intemporel. Pourquoi passer ainsi sous silence la bonne santé de la pop d'ici en ignorant si ouvertement le talent de Chevalrex, Thousand, Barbara Carlotti ou Olivier Marguerit alias O ? Ce dernier est d'ailleurs peut-être le lien entre tous, car bien souvent caché derrière tous les derniers disques de pop français qui comptent. Il a aussi officié au sein des indispensables Syd Matters dont on attend toujours une suite au chef d'oeuvre "Brotherocean".  O revient donc avec un deuxième album, encore plus réussi que le premier - le déjà remarqué et remarquable &q…

Snapped Ankles - Stunning Luxury

Les anglais de Snapped Ankles sont de retour avec toujours leur discours sur le retour à l'état de nature, d'où leur étrange déguisement de monstres plantes, en référence au dessin animé Jayce et les conquérants de la lumière ? Ils seraient pourtant devenus des agents infiltrés pour empêcher des promoteurs immobiliers - d'où la nouveauté de la cravate - de détruire la nature en promettant aux futurs acquéreurs un luxe étourdissant ("Stunning Luxury"). Même lorsque le "système" semble avoir gagné - fini de jouer avec les arbres, comme sur leur premier disque "Come Play The Trees" - on peut toujours essayer de le détruire de l'intérieur. Le post punk est un mouvement qui est régulièrement associé à la critique de la société de consommation. Les Snapped Ankles ne seraient donc que les descendants d'une longue filiation.  Car le style musical ne change pas non plus, sorte de mariage entre Gang of Four, Can ou The Fall, avec une pointe de …

Drugdealer - Raw Honey

Weyes Blood encore et toujours. On la retrouve cette fois en compagnie du groupe Drugdealer - elle était déjà là sur le premier album du groupe, "The end of the comedy" - pour le très beau "Honey", bien dans l'esprit de ce qu'elle fait en solo. Il faut dire que la musique de Drugdealer est très proche de celle de Weyes Blood, c'est-à-dire douce, mélodique, admirablement désuète et kitsch (l'école californienne de Ariel Pink et consorts). En plus de l'évidente influence des Beatles("If you don't know now, you never will") , "Raw Honey" flirte même avec le jazz-rock FM des années 70. "Fools" ressemble par exemple à du Steely Dan.  Sauf que c'est toujours fait de manière décontractée, sans démonstration de virtuosité. Il faut dire que Michael Collins, l'auteur-compositeur de Drugdealer n'est arrivé à la musique qu'il y a dix ans seulement, en autodidacte. Voilà donc un agréable disque de saison, à …