Accéder au contenu principal

Arlt, Chris Cohen, Mac Demarco - Paris, Point Ephémère - 2 décembre 2012


Suite de notre week-end de concerts parisiens au Point Ephémère - la salle était fermée dernièrement pendant une semaine en raison d'une agression ayant eu lieu juste à côté -. Etaient réunis le même soir trois des groupes marquants de cette année, tous responsables de très bons disques : Arlt, Chris Cohen et Mac Demarco. Trois ambiances et trois styles sensiblement différents. On commence donc par les petits français de Arlt. Ils sont seulement trois sur scène et surtout n'ont que deux instruments : une guitare et... une autre guitare. Les versions des chansons ressemblent fortement à celles du disque, leur deuxième "Feu, La Figure" : même économie de moyens, même mise en avant des paroles, des jeux sur les mots, des bruits de bouche, même enrobage sonore de Mocke, le guitariste de Holden. Ce dernier vient d'ailleurs en aide à Sing-Sing, le chanteur aux faux airs de Jean-Pierre Darroussin, pour accorder sa guitare. Après, on adhère ou pas. Maman trouve ça creux, que le couple de chanteurs chante mal et qu'ils sont moches. Je trouve au contraire qu'ils proposent quelque chose de nouveau, que leur musique d'apparence austère a juste ce côté suffisamment fantaisiste dans les textes pour rendre l'ensemble plus léger. Bref, belle confirmation pour ma part.

Chris Cohen continue dans la même lignée, à savoir une réécriture très appliquée de son disque, le superbe "Overgrown Path". Les titres de son album prennent tout de même une connotation plus rock en live, sans doute en raison de l'omniprésence de la batterie - Chris Cohen est batteur -. Pourtant, celle-ci n'est jamais envahissante, elle rajoute juste ce qu'il faut de peps à ces jolies mélodies. Tout cela est joué de manière très soignée, sans fioritures. On regrette quand même l'absence totale d'interactivité avec le public, hormis le passage comique et non intentionnel du micro qui ne veut pas rester accroché à son pied. Pas facile de le tenir quand on a les deux mains prises avec son instrument.

La tchatche, ce n'est au contraire,  pas ce qui manque à Mac Demarco qui félicitera au passage - et de manière ironique ? - le coté très professionnel de son prédécesseur. On aurait pourtant dû s'y attendre avec la pochette de "2" comme avec la musique de ce canadien. On ne pensait pas avoir affaire à un tel showman. L'attitude cool n'est pas feinte. On sent une vraie générosité, un réel plaisir d'être là. Et puis, mine de rien, une profonde maîtrise. Derrière le grand n'importe quoi, se cachent aussi des musiciens de talent. Le bassiste avec son bonnet de Stroumph plaisante allègrement avec l'assistance pendant que Mac part chercher une autre guitare. Il faut dire que le groupe enchaîne à vive allure les cannettes de bières. Cela explique aussi sans doute pourquoi ils gardent tous ce sourire béat scotché au visage. On serait bien partis avec eux faire une virée nocturne dans les rues de la capitale après le show, comme le chanteur nous le proposait. Cela n'aurait assurément pas manqué de piquant. Mais nos vies ne sont pas les mêmes. Une telle insouciance, par les temps qui courent, ça fait un bien fou. Ces canadiens-là ne respectent rien.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Top albums 2017

Vous l'attendiez tous - si, si, ne dites pas le contraire - mon top albums 2017 ! Ce ne fut une fois de plus pas chose aisée, même aux toutes premières places, car aucun disque ne se dégageait facilement du lot. Pas de grande révélation pour moi cette année, on retrouve donc dans ce classement, des habitués. La principale déception, même si toute relative car l'album est quand même très bon, reste le retour de LCD Soundsystem. Le groupe devait normalement écraser la concurrence, il n'en fut rien. Leur musique est devenue plus réfléchie et moins dansante. Moins marquante donc pour moi. Sinon, dans ceux qui sont restés à la porte de ce top 10 et qui n'ont pas démérité, il y a Babx, Destroyer, Alex Cameron, Xiu Xiu ou Feist. Mais trève de discours, voici donc, en toute subjectivité, mes 10 disques préférés de l'année écoulée.

10. Snapped Ankles - Come Play The Trees
Les anglais de Snapped Ankles pratiquent une sorte de musique hybride, mélange de post-punk, d'élect…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

Montero - Performer

"Performer" est le deuxième album de Bjenny Montero, australien d'une quarantaine d'années, plus connu dans le milieu du rock indépendant pour ses talents de dessinateur que ceux de chanteur ou musicien. Il a notamment travaillé pour des artistes comme Mac Demarco - dont il a aussi fait la première partie - Ariel Pink ou Pond, soit pour les pochettes de disques soit pour des tee-shirts. Le gars avait même presque tiré un trait sur sa carrière musicale, d'une part parce qu'il avoue préférer le dessin, d'autre part parce qu'il sait qu'il ne rencontrera jamais le succès dans ce domaine. Dis comme ça, on ne peut s'empêcher d'avoir un peu d'affection pour le bonhomme, sorte de loser revendiqué, un brin fantaisiste et jemenfoutiste.
Surtout que "Performer" est un excellent disque de soft-rock, quelque part entre MGMT pour le côté mélodique et psychédélique et Ariel Pink pour le côté kitsch assumé et bricolé et l'inspiration ne…