Accéder au contenu principal

Top Chansons 2012 : 20-11

On se rapproche petit à petit du but : les places de 20 à 11.

20- The Tallest Man On Earth - 1904 
Il est suédois et possède la voix et le physique du jeune Dylan. On pourrait crier au plagiat sauf qu'à l'écoute de titres comme ce "1904", il est bien difficile de ne pas reconnaître au bonhomme un talent bien à lui.


19- Dan Deacon - True Trush 
Un peu fatigant sur la longueur d'un album, la musique du très barré Dan Deacon parvient à enchanter le temps d'un "True Trush". Du Animal Collective en plus festif.


18- Mark Lanegan - The Gravedigger's Song 
Le nouvel album de Mark Lanegan, "Blues Funeral", est comme son nom l'indique du blues crépusculaire. N'étant pas spécialement amateur du genre, je n'en garderai que ses moments les plus tumultueux comme cette impressionnante entrée en matière : "The Gravedigger's Song".

17- Kindness - Swinging Party 
Reprenant brillamment une des meilleures chansons des Replacements, Kindness y accentue son côté langoureux et sensuel.  Une excellente manière de faire du neuf avec du vieux.


16- Bat For Lashes - Laura 
La très "bobo" Natasha Khan vient prouver avec ce "Laura" qu'elle peut mettre une raclée à n'importe quelle Lana Del Rey - derrière "Video Games" et "Laura", on retrouve le même co-songwriter, Justin Parker - sur le terrain des ballades langoureuses et émouvantes pour lesquelles il n'est donc nul besoin d'avoir de grosses lèvres lippues. 


15- Yan Wagner - Forty Eight Hours 
Un franco-américain surfe sur le revival eighties décidément très en vogue. Son "Forty Eight Hours" rivalise même avec le meilleur New Order.


14- Swans - Avatar 
Attention, il n'est pas facile de rentrer dans l'univers sombre et un peu flippant de Swans. "Avatar" est une des portes d'entrée les plus accessibles. Mais attention, une fois qu'on a goûté de ce pain-là, une grande partie de la production musicale actuelle paraît bien fade.


13- Chromatics - Kill For Love
Si ces américains avaient réussi à tenir le rythme de leur excellent début d'album sur la longueur, ils auraient tué sans problème la concurrence. Mais, avant la moitié du trop long "Kill For Love" (17 titres, quand même!), on commence déjà à s'ennuyer ferme. Reste donc entre autres, ce morceau éponyme parfait.


12- Django Django - Default 
C'est bien simple, tous les titres ou presque de leur premier album pourraient faire partie de ce classement tellement il regorge de tubes en puissance. Mais s'il fallait en prendre un par "Default"...


11- Palma Violets - Best Of Friends
Ils n'ont sortis à l'heure actuelle qu'une poignée singles comme ce brillant hymne "Best Of Friends", mais le premier LP des garnements de Palma Violets s'annonce d'ores et déjà comme l'un des plus attendus de 2013.

Commentaires

  1. C'était bien cette semaine top 50, un beau rendez-vous dans la frénésie pré-vacances pour voler du temps!! Pour ma part, je découvre très tardivement, depuis hier, the Broken man de Matt Elliot, et comme on dit les derniers seront les premiers ; ) !!!

    RépondreSupprimer
  2. Oui, Matt Elliot, j'ai écouté. C'est beau mais un peu chiant, quand même... C'est bien sûr un avis personnel :)
    Merci sinon pour le compliment sur ma semaine top 50.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Exposition Electro - de Kraftwerk à Daft Punk - samedi 13 juillet 2019

De Kraftwerk à Daft Punk : tout un programme ! Comment résumer la musique électronique ? Question difficile à laquelle la nouvelle exposition de la Philharmonie de Paris ne répond pas vraiment. Mais le propre de tout mouvement est d'être en perpétuelle évolution. Il y a un avant en terme de techniques, d'instruments, ici assez bien raconté avec quelques antiquités électroniques, datant pour certaines de plus d'un siècle. On peut aussi y entendre Jean-Michel Jarre plus gros rassembleur de l'histoire avec des concerts de plus d'un million de spectateurs, parler de son incroyable matériel, la musique devenant une science, résultat de savants calculs incompréhensibles du commun des mortels. Il n'y a par contre pas d'avant et après en terme d'évolution musicale, il y a juste des influences multiples et diffuses, des styles divers et variés. Des villes qui ont créé des vocations comme Detroit (la techno), Chicago (la house) ou Berlin. Des artistes majeurs co…

Kraftwerk - festival Days Off - Philharmonie de Paris - samedi 13 juillet 2019

Après la visite (un peu décevante) de l'Expo Électro dans l'après-midi, nous avons enchaîné avec un concert d'un des plus groupes les plus (si ce n'est le plus) influents de la musique électronique : Kraftwerk. Comme ce style s'accompagne souvent d'un décorum particulier - on n'a toujours pas oublié les shows gargantuesques de Jean-Michel Jarre -, on attendait avec une certaine impatience la soirée depuis de longs mois déjà. Un concert avec lunettes 3D ? C'est la première fois que nous tentions l'expérience. Après le concert ultra chorégraphié et sans fil de David Byrne de l'an passé, la Philharmonie de Paris semble être le lieu privilégié des prestations hors normes, prêt à phagocyter toutes les expériences musicales et visuelles mémorables. Le concert ne débuta qu'à 22h sans première partie - comment passer avant ce qui allait suivre de toute façon ? - et tout de suite, notre attente ne fut pas déçue. A peine après avoir enfilé les lunett…

Kishi Bashi - Omoiyari

"Omoiyari" est un équivalent japonais d'empathie. Kaoru Ishibashi alias Kishi Bashi, est un américain d'origine japonaise. Comme beaucoup, l'arrivée au pouvoir de Donald Trump l'a fait réfléchir sur l'avenir de son pays en se remémorant son passé. Notamment celui particulièrement sanglant entre ses deux patries, celle de ses parents et la sienne. Celui de l'été 1942 ("Summer of 42") par exemple, peu de temps après l'attaque japonaise de Pearl Harbor et avant la riposte américaine qui culminera avec les bombes atomiques de Hiroshima et Nagasaki. Cette Histoire tragique qu'on voudrait tous oublier mais qui refait irrémédiablement surface quand on retrouve, à la tête des états, des personnes qui ont su gagner par la haine de l'autre, en voulant construire des murs par exemple. Un peu d'empathie, voilà ce dont le monde a besoin. Les oiseaux de la pochette sont à l'image de nous autres, humains, des êtres variés et fragiles.…