Accéder au contenu principal

Top Chansons 2012 : 20-11

On se rapproche petit à petit du but : les places de 20 à 11.

20- The Tallest Man On Earth - 1904 
Il est suédois et possède la voix et le physique du jeune Dylan. On pourrait crier au plagiat sauf qu'à l'écoute de titres comme ce "1904", il est bien difficile de ne pas reconnaître au bonhomme un talent bien à lui.


19- Dan Deacon - True Trush 
Un peu fatigant sur la longueur d'un album, la musique du très barré Dan Deacon parvient à enchanter le temps d'un "True Trush". Du Animal Collective en plus festif.


18- Mark Lanegan - The Gravedigger's Song 
Le nouvel album de Mark Lanegan, "Blues Funeral", est comme son nom l'indique du blues crépusculaire. N'étant pas spécialement amateur du genre, je n'en garderai que ses moments les plus tumultueux comme cette impressionnante entrée en matière : "The Gravedigger's Song".

17- Kindness - Swinging Party 
Reprenant brillamment une des meilleures chansons des Replacements, Kindness y accentue son côté langoureux et sensuel.  Une excellente manière de faire du neuf avec du vieux.


16- Bat For Lashes - Laura 
La très "bobo" Natasha Khan vient prouver avec ce "Laura" qu'elle peut mettre une raclée à n'importe quelle Lana Del Rey - derrière "Video Games" et "Laura", on retrouve le même co-songwriter, Justin Parker - sur le terrain des ballades langoureuses et émouvantes pour lesquelles il n'est donc nul besoin d'avoir de grosses lèvres lippues. 


15- Yan Wagner - Forty Eight Hours 
Un franco-américain surfe sur le revival eighties décidément très en vogue. Son "Forty Eight Hours" rivalise même avec le meilleur New Order.


14- Swans - Avatar 
Attention, il n'est pas facile de rentrer dans l'univers sombre et un peu flippant de Swans. "Avatar" est une des portes d'entrée les plus accessibles. Mais attention, une fois qu'on a goûté de ce pain-là, une grande partie de la production musicale actuelle paraît bien fade.


13- Chromatics - Kill For Love
Si ces américains avaient réussi à tenir le rythme de leur excellent début d'album sur la longueur, ils auraient tué sans problème la concurrence. Mais, avant la moitié du trop long "Kill For Love" (17 titres, quand même!), on commence déjà à s'ennuyer ferme. Reste donc entre autres, ce morceau éponyme parfait.


12- Django Django - Default 
C'est bien simple, tous les titres ou presque de leur premier album pourraient faire partie de ce classement tellement il regorge de tubes en puissance. Mais s'il fallait en prendre un par "Default"...


11- Palma Violets - Best Of Friends
Ils n'ont sortis à l'heure actuelle qu'une poignée singles comme ce brillant hymne "Best Of Friends", mais le premier LP des garnements de Palma Violets s'annonce d'ores et déjà comme l'un des plus attendus de 2013.

Commentaires

  1. C'était bien cette semaine top 50, un beau rendez-vous dans la frénésie pré-vacances pour voler du temps!! Pour ma part, je découvre très tardivement, depuis hier, the Broken man de Matt Elliot, et comme on dit les derniers seront les premiers ; ) !!!

    RépondreSupprimer
  2. Oui, Matt Elliot, j'ai écouté. C'est beau mais un peu chiant, quand même... C'est bien sûr un avis personnel :)
    Merci sinon pour le compliment sur ma semaine top 50.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

O - à terre !

En voyant la liste des catégories pour les prochaines Victoires de la musique, je me suis dit tout de suite qu'il en manquait au moins une. Quid de la pop française ? Alors que celle-ci s'est rarement portée aussi bien ? Mais ce n'est plus à prouver que ces cérémonies restent au final très consensuelles, se contentant de valider les goûts de l'époque sans voir plus loin, et rechercher l'intemporel. Pourquoi passer ainsi sous silence la bonne santé de la pop d'ici en ignorant si ouvertement le talent de Chevalrex, Thousand, Barbara Carlotti ou Olivier Marguerit alias O ? Ce dernier est d'ailleurs peut-être le lien entre tous, car bien souvent caché derrière tous les derniers disques de pop français qui comptent. Il a aussi officié au sein des indispensables Syd Matters dont on attend toujours une suite au chef d'oeuvre "Brotherocean".  O revient donc avec un deuxième album, encore plus réussi que le premier - le déjà remarqué et remarquable &q…

Snapped Ankles - Stunning Luxury

Les anglais de Snapped Ankles sont de retour avec toujours leur discours sur le retour à l'état de nature, d'où leur étrange déguisement de monstres plantes, en référence au dessin animé Jayce et les conquérants de la lumière ? Ils seraient pourtant devenus des agents infiltrés pour empêcher des promoteurs immobiliers - d'où la nouveauté de la cravate - de détruire la nature en promettant aux futurs acquéreurs un luxe étourdissant ("Stunning Luxury"). Même lorsque le "système" semble avoir gagné - fini de jouer avec les arbres, comme sur leur premier disque "Come Play The Trees" - on peut toujours essayer de le détruire de l'intérieur. Le post punk est un mouvement qui est régulièrement associé à la critique de la société de consommation. Les Snapped Ankles ne seraient donc que les descendants d'une longue filiation.  Car le style musical ne change pas non plus, sorte de mariage entre Gang of Four, Can ou The Fall, avec une pointe de …

Drugdealer - Raw Honey

Weyes Blood encore et toujours. On la retrouve cette fois en compagnie du groupe Drugdealer - elle était déjà là sur le premier album du groupe, "The end of the comedy" - pour le très beau "Honey", bien dans l'esprit de ce qu'elle fait en solo. Il faut dire que la musique de Drugdealer est très proche de celle de Weyes Blood, c'est-à-dire douce, mélodique, admirablement désuète et kitsch (l'école californienne de Ariel Pink et consorts). En plus de l'évidente influence des Beatles("If you don't know now, you never will") , "Raw Honey" flirte même avec le jazz-rock FM des années 70. "Fools" ressemble par exemple à du Steely Dan.  Sauf que c'est toujours fait de manière décontractée, sans démonstration de virtuosité. Il faut dire que Michael Collins, l'auteur-compositeur de Drugdealer n'est arrivé à la musique qu'il y a dix ans seulement, en autodidacte. Voilà donc un agréable disque de saison, à …