Accéder au contenu principal

Top Chansons 2012 : 50-41

Et voilà, c'est donc parti pour mon bilan de fin d'année et une fois n'est pas coutume, je vais faire durer le suspense. On commence cette semaine avec les chansons en remontant tranquillement de la 50ème à la première place, histoire de se remémorer le sacro-saint Top 50 qui a malgré moi bercé ma jeunesse...

50- Jonathan Boulet - This Song Is Called Ragged
Avec un nom pareil, les jeux de mots vaseux sont faciles. Pourtant, les Inrocks ont pris le parti de l'encenser. Si je n'irais pas jusque là, trouvant sa musique régulièrement clinquante, sur quelques titres, comme "This Song Is Called Ragged", cet australien parvient à faire mouche.

49- Amanda Palmer - Want It Back
Du poil, du poil, beaucoup de poil dans ce clip de la délurée Amanda Palmer, ex-Dresden Dolls qui n'est pas en peine pour tout dévoiler. C'est énergisant ou lassant selon l'humeur.

48- Thee Oh Sees - Flood's New Light
Cela fait déjà un bail que les Thee Oh Sees existent, à la marge de tout circuit. Il faut dire que leur rock abrupt et indocile rentre difficilement dans une catégorie. Cela leur permet en tout cas d'avoir leur petit lot de suiveurs. Sur le dernier "Putrifiers II", on entend même quelques presque pop-songs comme cet efficace "Flood's new Light"
47- Stephan Eicher - Le Sourire
Le sympathique suisse aux allures de d'Artagnan est de retour et s'il fait désormais beaucoup moins parler de lui que lorsqu'il réclamait de pouvoir "Déjeuner en paix", sa musique reste toujours aussi fortement recommandable. Sur son dernier album, il fait appel à quelques camarades de jeu comme Miossec, rien de tel pour nous filer "Le sourire". A noter au passage, le clip dans lequel on retrouve Emma de Caunes, la fille de l'ami de toujours, pour un sujet surfant sur la vague des "Indignés". "Un pour tous..."

46- Julia Holter - In The Same Room
Voilà une jeune américaine intrigante qui fabrique une sorte de dream-pop lo-fi à l'univers assez personnel malgré les évidentes références qui pourraient rapidement venir à l'oreille. Envoûtant.

45- Allo Darlin - Capricornia
Tweepop, quand tu nous tiens... Les années passent, mais je me fais à chaque fois avoir par ce genre de musique très inspirée par les Field Mice et toute la clique de groupes à la pop légère, naïve, mélodique et gentiment mélancolique.
 
44- Judah Warsky - Painkillers and Alcohol
Un membre des dispensables parisiens de Chicros sort un disque en solo et sur quelques morceaux bien sentis, on retrouve le meilleur de Grandaddy. 
 
43- Eugene McGuiness - Lion
Un petit minet anglais ressuscite miraculeusement la pop "Stock-Aitken-Waterman" des années 80. Et franchement, les Rick Astley ou autres Jason Donovan peuvent aller se recoiffer... Trente ans après, on est passé au second degré et surtout on a largement gagné en peps et talent.

42- Hospitality - The Birthday
Un groupe américain au nom passe-partout qui fait une pop à priori du même acabit. Sauf que mine de rien, une telle hospitalité, on y revient. Leur premier album ne contient pas de fausses notes, comme cet aimable "birthday".

41- Holograms - Chasing My Mind
Holograms ou comment prouver que même en Suède, il existe des garnements qui ne respectent rien et sont capables de balancer des morceaux de punk régressifs à haut pouvoir addictif.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

O - à terre !

En voyant la liste des catégories pour les prochaines Victoires de la musique, je me suis dit tout de suite qu'il en manquait au moins une. Quid de la pop française ? Alors que celle-ci s'est rarement portée aussi bien ? Mais ce n'est plus à prouver que ces cérémonies restent au final très consensuelles, se contentant de valider les goûts de l'époque sans voir plus loin, et rechercher l'intemporel. Pourquoi passer ainsi sous silence la bonne santé de la pop d'ici en ignorant si ouvertement le talent de Chevalrex, Thousand, Barbara Carlotti ou Olivier Marguerit alias O ? Ce dernier est d'ailleurs peut-être le lien entre tous, car bien souvent caché derrière tous les derniers disques de pop français qui comptent. Il a aussi officié au sein des indispensables Syd Matters dont on attend toujours une suite au chef d'oeuvre "Brotherocean".  O revient donc avec un deuxième album, encore plus réussi que le premier - le déjà remarqué et remarquable &q…

Snapped Ankles - Stunning Luxury

Les anglais de Snapped Ankles sont de retour avec toujours leur discours sur le retour à l'état de nature, d'où leur étrange déguisement de monstres plantes, en référence au dessin animé Jayce et les conquérants de la lumière ? Ils seraient pourtant devenus des agents infiltrés pour empêcher des promoteurs immobiliers - d'où la nouveauté de la cravate - de détruire la nature en promettant aux futurs acquéreurs un luxe étourdissant ("Stunning Luxury"). Même lorsque le "système" semble avoir gagné - fini de jouer avec les arbres, comme sur leur premier disque "Come Play The Trees" - on peut toujours essayer de le détruire de l'intérieur. Le post punk est un mouvement qui est régulièrement associé à la critique de la société de consommation. Les Snapped Ankles ne seraient donc que les descendants d'une longue filiation.  Car le style musical ne change pas non plus, sorte de mariage entre Gang of Four, Can ou The Fall, avec une pointe de …

Rustin Man - Drift Code

On avait presque oublié son nom sur le disque, le premier et toujours seul - mais plus pour longtemps - album de Beth Gibbons en congés de Portishead. Rustin Man, alias Paul Webb, est un homme de l'ombre. Ce "Drift Code" pourrait le faire entrer pour de bon dans la lumière. Puisque, pour une fois, il apparaît seul au générique, jouant enfin le premier rôle, après avoir aussi été confiné derrière Mark Hollis au sein de Talk Talk. On savait le monsieur talentueux, musicalement parlant, ce disque, avec ces somptueux arrangements, n'en est donc qu'une confirmation. Mais on ne savait pas qu'il avait une si belle voix. Le style se rapproche d'un Robert Wyatt ou du Bowie de "Blackstar". L'album, préparé minutieusement depuis plusieurs années, a été enregistré dans une grange, à l'écart de toute civilisation. Webb, entouré de sa femme et de ses filles, a pris son temps, retapant le lieu en même temps qu'il peaufinait sa musique.  Nous voici…