Accéder au contenu principal

Top Chansons 2012 : 50-41

Et voilà, c'est donc parti pour mon bilan de fin d'année et une fois n'est pas coutume, je vais faire durer le suspense. On commence cette semaine avec les chansons en remontant tranquillement de la 50ème à la première place, histoire de se remémorer le sacro-saint Top 50 qui a malgré moi bercé ma jeunesse...

50- Jonathan Boulet - This Song Is Called Ragged
Avec un nom pareil, les jeux de mots vaseux sont faciles. Pourtant, les Inrocks ont pris le parti de l'encenser. Si je n'irais pas jusque là, trouvant sa musique régulièrement clinquante, sur quelques titres, comme "This Song Is Called Ragged", cet australien parvient à faire mouche.

49- Amanda Palmer - Want It Back
Du poil, du poil, beaucoup de poil dans ce clip de la délurée Amanda Palmer, ex-Dresden Dolls qui n'est pas en peine pour tout dévoiler. C'est énergisant ou lassant selon l'humeur.

48- Thee Oh Sees - Flood's New Light
Cela fait déjà un bail que les Thee Oh Sees existent, à la marge de tout circuit. Il faut dire que leur rock abrupt et indocile rentre difficilement dans une catégorie. Cela leur permet en tout cas d'avoir leur petit lot de suiveurs. Sur le dernier "Putrifiers II", on entend même quelques presque pop-songs comme cet efficace "Flood's new Light"
47- Stephan Eicher - Le Sourire
Le sympathique suisse aux allures de d'Artagnan est de retour et s'il fait désormais beaucoup moins parler de lui que lorsqu'il réclamait de pouvoir "Déjeuner en paix", sa musique reste toujours aussi fortement recommandable. Sur son dernier album, il fait appel à quelques camarades de jeu comme Miossec, rien de tel pour nous filer "Le sourire". A noter au passage, le clip dans lequel on retrouve Emma de Caunes, la fille de l'ami de toujours, pour un sujet surfant sur la vague des "Indignés". "Un pour tous..."

46- Julia Holter - In The Same Room
Voilà une jeune américaine intrigante qui fabrique une sorte de dream-pop lo-fi à l'univers assez personnel malgré les évidentes références qui pourraient rapidement venir à l'oreille. Envoûtant.

45- Allo Darlin - Capricornia
Tweepop, quand tu nous tiens... Les années passent, mais je me fais à chaque fois avoir par ce genre de musique très inspirée par les Field Mice et toute la clique de groupes à la pop légère, naïve, mélodique et gentiment mélancolique.
 
44- Judah Warsky - Painkillers and Alcohol
Un membre des dispensables parisiens de Chicros sort un disque en solo et sur quelques morceaux bien sentis, on retrouve le meilleur de Grandaddy. 
 
43- Eugene McGuiness - Lion
Un petit minet anglais ressuscite miraculeusement la pop "Stock-Aitken-Waterman" des années 80. Et franchement, les Rick Astley ou autres Jason Donovan peuvent aller se recoiffer... Trente ans après, on est passé au second degré et surtout on a largement gagné en peps et talent.

42- Hospitality - The Birthday
Un groupe américain au nom passe-partout qui fait une pop à priori du même acabit. Sauf que mine de rien, une telle hospitalité, on y revient. Leur premier album ne contient pas de fausses notes, comme cet aimable "birthday".

41- Holograms - Chasing My Mind
Holograms ou comment prouver que même en Suède, il existe des garnements qui ne respectent rien et sont capables de balancer des morceaux de punk régressifs à haut pouvoir addictif.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Top albums 2017

Vous l'attendiez tous - si, si, ne dites pas le contraire - mon top albums 2017 ! Ce ne fut une fois de plus pas chose aisée, même aux toutes premières places, car aucun disque ne se dégageait facilement du lot. Pas de grande révélation pour moi cette année, on retrouve donc dans ce classement, des habitués. La principale déception, même si toute relative car l'album est quand même très bon, reste le retour de LCD Soundsystem. Le groupe devait normalement écraser la concurrence, il n'en fut rien. Leur musique est devenue plus réfléchie et moins dansante. Moins marquante donc pour moi. Sinon, dans ceux qui sont restés à la porte de ce top 10 et qui n'ont pas démérité, il y a Babx, Destroyer, Alex Cameron, Xiu Xiu ou Feist. Mais trève de discours, voici donc, en toute subjectivité, mes 10 disques préférés de l'année écoulée.

10. Snapped Ankles - Come Play The Trees
Les anglais de Snapped Ankles pratiquent une sorte de musique hybride, mélange de post-punk, d'élect…

Montero (+ Good Morning TV) - Paris, Point Ephémère - le 26 février 2018

Deuxième jour sans enfants. Deuxième concert. Un de mes disques de 2018 pour l'instant, avec le dantesque dernier Ty Segall. J'attendais donc de pied ferme la venue des Australiens de Montero. Seront-ils aussi euphorisants sur scène que sur disque ? En attendant, nous eûmes droit aux français de Good Morning TV. On sent les bonnes influences anglo-saxonnes, de la dream-pop au morceau final proche du shoegaze, sauf que les chansons ne sont pas très accrocheuses. Le groupe est pourtant appliqué, mais on s'ennuie. Il n'y a pas de flamme. La chanteuse paraît aussi un peu terrifiée. Comme le répertoire de Montero n'est pas très étoffé, on a dû en plus leur demander de jouer plus longtemps, histoire de rallonger son calvaire (et un peu le notre).

Quand la tête d'affiche du jour arrive enfin sur scène, l'ambiance devient soudainement nettement plus détendue. Le chanteur débarque affublé d'un pantalon de pyjama avec des hamburgers, d'une veste en jean ave…

Montero - Performer

"Performer" est le deuxième album de Bjenny Montero, australien d'une quarantaine d'années, plus connu dans le milieu du rock indépendant pour ses talents de dessinateur que ceux de chanteur ou musicien. Il a notamment travaillé pour des artistes comme Mac Demarco - dont il a aussi fait la première partie - Ariel Pink ou Pond, soit pour les pochettes de disques soit pour des tee-shirts. Le gars avait même presque tiré un trait sur sa carrière musicale, d'une part parce qu'il avoue préférer le dessin, d'autre part parce qu'il sait qu'il ne rencontrera jamais le succès dans ce domaine. Dis comme ça, on ne peut s'empêcher d'avoir un peu d'affection pour le bonhomme, sorte de loser revendiqué, un brin fantaisiste et jemenfoutiste.
Surtout que "Performer" est un excellent disque de soft-rock, quelque part entre MGMT pour le côté mélodique et psychédélique et Ariel Pink pour le côté kitsch assumé et bricolé et l'inspiration ne…