17 décembre 2012

Top Chansons 2012 : 50-41

Et voilà, c'est donc parti pour mon bilan de fin d'année et une fois n'est pas coutume, je vais faire durer le suspense. On commence cette semaine avec les chansons en remontant tranquillement de la 50ème à la première place, histoire de se remémorer le sacro-saint Top 50 qui a malgré moi bercé ma jeunesse...

50- Jonathan Boulet - This Song Is Called Ragged
Avec un nom pareil, les jeux de mots vaseux sont faciles. Pourtant, les Inrocks ont pris le parti de l'encenser. Si je n'irais pas jusque là, trouvant sa musique régulièrement clinquante, sur quelques titres, comme "This Song Is Called Ragged", cet australien parvient à faire mouche.

49- Amanda Palmer - Want It Back
Du poil, du poil, beaucoup de poil dans ce clip de la délurée Amanda Palmer, ex-Dresden Dolls qui n'est pas en peine pour tout dévoiler. C'est énergisant ou lassant selon l'humeur.

48- Thee Oh Sees - Flood's New Light
Cela fait déjà un bail que les Thee Oh Sees existent, à la marge de tout circuit. Il faut dire que leur rock abrupt et indocile rentre difficilement dans une catégorie. Cela leur permet en tout cas d'avoir leur petit lot de suiveurs. Sur le dernier "Putrifiers II", on entend même quelques presque pop-songs comme cet efficace "Flood's new Light"
47- Stephan Eicher - Le Sourire
Le sympathique suisse aux allures de d'Artagnan est de retour et s'il fait désormais beaucoup moins parler de lui que lorsqu'il réclamait de pouvoir "Déjeuner en paix", sa musique reste toujours aussi fortement recommandable. Sur son dernier album, il fait appel à quelques camarades de jeu comme Miossec, rien de tel pour nous filer "Le sourire". A noter au passage, le clip dans lequel on retrouve Emma de Caunes, la fille de l'ami de toujours, pour un sujet surfant sur la vague des "Indignés". "Un pour tous..."

46- Julia Holter - In The Same Room
Voilà une jeune américaine intrigante qui fabrique une sorte de dream-pop lo-fi à l'univers assez personnel malgré les évidentes références qui pourraient rapidement venir à l'oreille. Envoûtant.

45- Allo Darlin - Capricornia
Tweepop, quand tu nous tiens... Les années passent, mais je me fais à chaque fois avoir par ce genre de musique très inspirée par les Field Mice et toute la clique de groupes à la pop légère, naïve, mélodique et gentiment mélancolique.
 
44- Judah Warsky - Painkillers and Alcohol
Un membre des dispensables parisiens de Chicros sort un disque en solo et sur quelques morceaux bien sentis, on retrouve le meilleur de Grandaddy. 
 
43- Eugene McGuiness - Lion
Un petit minet anglais ressuscite miraculeusement la pop "Stock-Aitken-Waterman" des années 80. Et franchement, les Rick Astley ou autres Jason Donovan peuvent aller se recoiffer... Trente ans après, on est passé au second degré et surtout on a largement gagné en peps et talent.

42- Hospitality - The Birthday
Un groupe américain au nom passe-partout qui fait une pop à priori du même acabit. Sauf que mine de rien, une telle hospitalité, on y revient. Leur premier album ne contient pas de fausses notes, comme cet aimable "birthday".

41- Holograms - Chasing My Mind
Holograms ou comment prouver que même en Suède, il existe des garnements qui ne respectent rien et sont capables de balancer des morceaux de punk régressifs à haut pouvoir addictif.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire