Accéder au contenu principal

Music has saved my life !

La musique a sauvé ma vie. Dis comme ça, de but en blanc, ça pourrait paraître un peu exagéré. D'ailleurs, mon entourage plus ou moins proche ne comprend bien souvent pas ma passion. Je viens d'une famille d'agriculteurs, ce qui ne laisse que peu de temps et de place pour ce genre de futilités. Je travaille dans un milieu d'informaticiens dont l'immense majorité se moque bien mal de savoir quand doit sortir le nouvel album de Grizzly Bear. Pourtant, à 17 ans, la musique a sauvé ma vie. Je n'existais pas encore. J'étais un fantôme. Je correspondais à l'archétype de l'adolescent mal dans sa peau, d'une timidité compulsive. Et puis, un de mes frères a ramené à la maison l'intégrale des albums des Smiths et quelques autres disques du même acabit et plus rien n'a été pareil. Ensuite, tous les soirs, j'enregistrais l'émission de Bernard Lenoir sur K7, j'avais tant de choses à découvrir, à rattraper. J'en étais encore au top 50, à Dire Straits, Genesis ou Queen. Plus qu'aucun autre remède, la révélation Jeff Buckley m'a, par exemple, fait me sentir incroyablement mieux. Je faisais partie d'une petite élite qui savait. Je me considérais comme investi d'une mission, voulais le crier à tout l'univers : ce gars-là était un génie, prière de transmettre la bonne parole. On est stupide quand on est ado. Des années plus tard, ce blog montre pourtant que rien n'a foncièrement changé. Même si, je ne suis plus vraiment ce jeune homme à l'aise nulle part. J'ai une situation confortable, une femme et deux enfants que j'adore. Mais, aujourd'hui encore, quand mes oreilles rencontrent un nouveau son qui me transporte, c'est toujours la même sensation. Je me crois puérilement le roi du monde...
Sur cette preuve irréfutable que mon désir de musique ne faiblit pas, je vous souhaite à tous une excellente année 2013 ! Merci aux quelques fidèles, aux derniers venus, pour vos encouragements, vos critiques aussi parfois, en espérant partager encore plus, dans les prochains mois, avec vous. Car c'est ce qui me fait toujours tenir cette fichue musique à papa après plus de quatre ans. 
Portez-vous bien et à très bientôt pour de la musique toute fraîche de 2013...

Commentaires

  1. C'est beau... et tellement vrai!

    RépondreSupprimer
  2. C'est exactement pareil pour moi, quadra avancé (charlu n'a que 5 ans) , j'ai revendiqué mon existence avec mes premiers vinyles à 9ans. J'ai la musique puis la peinture vers 20 ans. On existe puissamment à travers les arts, nos arts..et nos passions compulsives :D
    Longue vie à tes pages
    Tous mes voeux.

    ps : tu veux pas venir jouer avec nous en janvier ?? je publie l'affiche aujourd'hui.
    A++

    RépondreSupprimer
  3. Hé, jolie profession de foi, camarade ! Assez consensuelle pour que l'on puisse s'y retrouver TOUS plus ou moins (tes lecteurs, j'entends) à quelques nuances près... Ainsi, pour ma part, à l'expression de "petite élite qui s[ait]", je substituerais celle -plus mesurée- de "happy few".

    Puisse ce "désir (besoin vital ?) de musique" ne jamais se tarir ! Longue vie à ce blog et MERCI à toi de nous faire partager ta passion.

    RépondreSupprimer
  4. Merci à tous pour vos compliments.
    JP, la "petite élite qui sait" est à rapprocher du "on est stupide quand on est ado". Quand on aime vraiment, on n'est jamais "mesuré".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui... au temps pour moi : j'avais mal lu. Cela m'étonnait d'ailleurs que tu puisses afficher une prétention à laquelle tu ne nous avais guère habitués. Après, en effet "la mesure de l'amour, c'est d'aimer sans mesure". Idem quand on déteste vraiment... (Genesis, Queen : tu reviens de loin, dis ?)

      Supprimer
  5. Joli témoignage. Tous mes vœux pour 2013... et continue ton petit blog ! :)

    RépondreSupprimer
  6. Rodolphe Burger a dit a peu près la même chose... Lui, c'est le Velvet qui lui a sauvé la vie... Personnellement, je ne sais pas trop... Peut-être la philosophie davantage que la musique même si nous avons l'Art pour ne pas périr de la Vérité.

    RépondreSupprimer
  7. Salut l'ami


    Très beau papier dont la sincérité résonnera en chacun d’entre nous.
    La musique t’a fait capter la lumière.
    Les tous premiers rayons quand le soleil se lève sur le toit du monde.
    Oui tu es le roi du monde.


    Longue vie au roi !

    RépondreSupprimer
  8. Très beau texte et témoignage touchant qui ressemble bien à ce que j'ai vécu moi aussi (même si pas d'une famille d'agriculteurs) et que perso, ça été Bowie, Echo & The Bunnymen ou Cocteau Twins. Mais le sentiment est bien le même... et ça continue aujourd'hui, blog ou pas, dingue, non ?

    Grand merci Vincent :)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Top albums 2017

Vous l'attendiez tous - si, si, ne dites pas le contraire - mon top albums 2017 ! Ce ne fut une fois de plus pas chose aisée, même aux toutes premières places, car aucun disque ne se dégageait facilement du lot. Pas de grande révélation pour moi cette année, on retrouve donc dans ce classement, des habitués. La principale déception, même si toute relative car l'album est quand même très bon, reste le retour de LCD Soundsystem. Le groupe devait normalement écraser la concurrence, il n'en fut rien. Leur musique est devenue plus réfléchie et moins dansante. Moins marquante donc pour moi. Sinon, dans ceux qui sont restés à la porte de ce top 10 et qui n'ont pas démérité, il y a Babx, Destroyer, Alex Cameron, Xiu Xiu ou Feist. Mais trève de discours, voici donc, en toute subjectivité, mes 10 disques préférés de l'année écoulée.

10. Snapped Ankles - Come Play The Trees
Les anglais de Snapped Ankles pratiquent une sorte de musique hybride, mélange de post-punk, d'élect…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

Montero - Performer

"Performer" est le deuxième album de Bjenny Montero, australien d'une quarantaine d'années, plus connu dans le milieu du rock indépendant pour ses talents de dessinateur que ceux de chanteur ou musicien. Il a notamment travaillé pour des artistes comme Mac Demarco - dont il a aussi fait la première partie - Ariel Pink ou Pond, soit pour les pochettes de disques soit pour des tee-shirts. Le gars avait même presque tiré un trait sur sa carrière musicale, d'une part parce qu'il avoue préférer le dessin, d'autre part parce qu'il sait qu'il ne rencontrera jamais le succès dans ce domaine. Dis comme ça, on ne peut s'empêcher d'avoir un peu d'affection pour le bonhomme, sorte de loser revendiqué, un brin fantaisiste et jemenfoutiste.
Surtout que "Performer" est un excellent disque de soft-rock, quelque part entre MGMT pour le côté mélodique et psychédélique et Ariel Pink pour le côté kitsch assumé et bricolé et l'inspiration ne…