Accéder au contenu principal

Pavement - Wowee Zowee (1995)

Bubbles cover :  C'est le jour des enfants, avec ma petite dernière, quelquefois, nous cherchons les papillons sur les pochettes de Barclay James Harvest. Allez, ma princesse, en l'honneur de « l'art du disque » et d'une après-midi à buller, on change de thème et on part à la recherche de bulles. (Une pochette de disques avec des bulles dessus.)

Mercredi, c'est bien connu, il n'y a pas école - enfin, sans doute, plus pour très longtemps. Et l'école buissonnière, Pavement, ils connaissaient bien. C'étaient comme qui dirait les dilettantes de la classe. Ceux qui arrivaient à avoir des bonnes notes tout en séchant les cours. Vous savez, ceux qui énervent un peu, mais à qui on ne peut foncièrement pas en vouloir, parce qu'ils sont naturellement cool. Avec "Wowee Zowee", les critiques se font d'abord plus sévères. On leur reproche enfin de buller un peu trop. C'est bien gentil, ce "je-m'en-foutisme" revendiqué, ce bricolage tout azimut, mais, au final, ça finit par bien faire. Il faudrait quand même penser à se sortir les doigts, bosser un minimum et pondre quelque chose de plus évidemment soigné. La pochette est significative de l'état d'esprit du groupe. De drôles d'animaux (des singes savants?) qui semblent de ne pas vouloir en foutre une ramée. Les années ont passées et le disque est depuis considéré par beaucoup comme leur plus réussi, le plus ouvert aux quatre vents, celui qui résume donc le mieux l'esthétique Pavement. Cette absence de style apparent qui au bout du compte en est devenu un. Cette liberté de ton, ce refus de tout formatage, n'est-ce pas, après tout, un modèle pour les futures générations ?

Fight This Generation by Pavement on Grooveshark
Album en écoute intégrale sur Deezer.

Commentaires

  1. Des bulles... de bédé ! Malin ce Papa !
    Le Pavement, je l'ai écouté il y a une éternité, à une époque où le genre ne correspondait pas à mes aspirations auditives, je vais le retester, du coup !

    PS: J'ai raté, honte à moi, ton post de lundi. Choix extrêmement malin encore une fois, album absolument délicieux et, effectivement, pile poil dans le thème... avec le décalage britannique de rigueur.

    RépondreSupprimer
  2. Bingo je posais la question chez Charlu sur les bulles de bd, dire que je n'ai même plus pensé à l'évidence de cet album qui n'est pas mon préféré de Pavement, mais c'st bon de me le remettre à l'envie d'écoute.

    RépondreSupprimer
  3. Comme Sorgual, ceci dit ne l'ayant pas en disque vinyl, la notion de pochette - surtout en MP3 - perd un peu de son insistance & consistance

    RépondreSupprimer
  4. J'avais pensé aussi aux bulles de BD car il y a un Yo La Tengo uniquement composé de reprises live qui me tentait....mais bon ce sera la prochaine fois!
    Pavement j'ai deux ou trois trucs mais il me manque l'étincelle pour apprécier à fond...je ne sais pas pourquoi.

    RépondreSupprimer
  5. Beaucoup aimé Pavement à l'époque... Pas écouté depuis longtemps.
    Bonne idée.

    RépondreSupprimer
  6. Pavement, oui, les deux premiers disques sont les plus immédiats. Celui-là demande plus de temps mais est sans conteste leur plus varié ! Mine de rien, les influences sont très larges...

    RépondreSupprimer
  7. Des belles grosses bulles ça mon Vince.. géant, joli billet en plus. Il est pas dégueux ce Malkmus, cette pièce là est dans le bacs des objets cultes.
    Bravo..vous m'faites plaisir les p'tits gars

    RépondreSupprimer
  8. Ah ben voilà!! De beaux phylactères!

    RépondreSupprimer
  9. J'ai un peu de mal avec le jemenfoutisme, mais à Pavement on pardonne tout, les gars sont trop cool!

    RépondreSupprimer
  10. On dit les 80's les 80's...Moi je me suis perdu dans les 90's. Je ne sais plus ce que je faisais, ce que j'écoutais à cette époque. J'ai découvert les Pixies et d'autres sur le (très)tard et je suis passé complètement à coté de Pavement.

    Bon sang qu'est-ce que je faisais dans les 90's ? Je lisais des BD peut-être...

    RépondreSupprimer
  11. Compile, Tome 2. Lithographie d'Escher.

    La Sphère (GJSF5-T2 Bubble Compile)

    Ici, j'ai pris Give It A Da.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais, "Give It A Day" n'est pas sur le CD original de "Wowee Zowee", seulement sur la réédition.
      Beau travail, tout de même :)

      Supprimer
    2. Je sais pas, j'ai effectivement chargé la réédition et j'ai pas pris les titres qui faisaient live ou démo. Bon, c'est pas grave, c'est un morceau qui doit venir des mêmes sessions, avec la même pochette;-).

      Supprimer
  12. Pavement, je dis bravo! Avec de bien belles bulles en plus!

    RépondreSupprimer
  13. Hello.
    Ahhhh "Kennel District", à mettre dans une capsule bien à l'abri pour les générations futures …
    Super choix, j'aimerais bien qu'on me traite de branleur à la sortie d'un boulot pareil !
    EWG

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Iggy Pop - Post Pop Depression

Après la mort de l'icône Bowie, c'est plus fort que nous, on essaie de faire le point. Que sont devenus nos idoles ? Ces modèles, ces personnages incontournables de l'histoire du rock. Ces artistes qui ont su traverser les générations, en restant aujourd'hui encore des références pour les plus jeunes. Iggy Pop est évidemment de ceux-là. Même si la figure tutélaire du punk, l'iguane, a pris du plomb dans l'aile depuis pas mal d'années, jusqu'à apparaître dans des spots publicitaires, en parodie de l'éternel rebelle. Comme s'il était le seul à parler à tout le monde dans les chanteurs dits un tant soit peu transgressifs. Mais l'époque de "I Wanna Be Your Dog" ou autres "Penetration" est bien révolue. Le monde a changé, plus très apte à s'offusquer à la première chanson un peu trop crue écoutée. Iggy lui même a vieilli, il l'avoue. Il ne se sent pas rivaliser avec la nouvelle génération. D'ailleurs, où est la re…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

Baxter Dury - Prince of Tears

Revoilà Baxter, fils de, et petit prince d'une pop douce-amère aux intonations cockney. Dès les premières notes de "Miami", on reconnait son style si caractéristique, son côté dandy cynique et passablement misanthrope. Dury est adepte de l'humour British : cacher sous une apparente nonchalance (et sans doute quelques verres d'alcool) une profonde mélancolie. Depuis la terrible "Happy Soup", le chanteur est un habitué de mes tops de fin d'année. Ce "Prince of Tears" ou l'éternel sujet du comment se sortir par la musique d'un douloureux chagrin d'amour, devrait ne pas déroger à la règle. Ce disque n'a finalement qu'un seul défaut, celui d'être trop court. Il s'y dégage cette habituelle impression de facilité, comme si ces mélodies allaient de soi. Un peu comme Gainsbourg, dont l'anglais n'a jamais été aussi proche, en son temps. Les arrangements font régulièrement penser à l'auteur de "Melody Nel…