Accéder au contenu principal

Babx - Drones Personnels

Oubliez donc le nouveau disque de David Bowie dont tout le monde ou presque va vous bassiner aujourd'hui, jour officiel de la sortie de "The Next Day". Sans trop s'y attarder disons que ce retour, même s'il est rassurant pour l'état de santé de l'artiste qu'on pensait préoccupant, me paraît pour le moins superflu musicalement parlant. La production est datée, les mélodies peu inspirées. Ne croyez pas ce qu'on vous raconte. Cela ressemble plus à une compilation de fonds de tiroir brassant maladroitement l'ensemble de sa carrière. On essaie de nous revendre une idole dont l'époque semble manquer. Mais le problème est toujours le même, on n'arrive pas à les vénérer quand il le faudrait vraiment. On réagit après coup. Ma vraie sortie importante de la semaine est celle de Babx qui, au passage, voue une belle admiration au personnage de Ziggy. Mais Ziggy est bien mort, il est temps de passer à autre chose. Je n'irai pas comparer le talent de Babx à celui du Thin White Duke, mais ce jeune trentenaire est en train de devenir mine de rien, l'un des auteurs-compositeurs-interprètes français les plus importants du moment, trouvant un style en dehors de toute mode. On y croise un peu de Bashung (le single "Tchador Woman"), de Gainsbourg période café ("Naomi Aime") mais surtout beaucoup de Babx. Chacun des dix titres de ces "Drones Personnels" propose quelque chose de différent. 
On peut alors difficilement les aimer tous de la même façon, des plus accrocheurs "Suzanne aux yeux noirs" (rien à voir avec le "Isabelle a les yeux bleus" des Inconnus), le rockeux "Tchador Woman" ou un duo avec la "Nouvelle Star" Camelia Jordana en forme de non tube de l'été à venir, pour poursuivre avec les fantastiques au sens propre comme figuré car ayant tous deux pour thème l'anticipation, "J'attends les E.T." et "2012" et distiller de ci, de là, quelques titres bouleversants, comme "Helsinki" ou "Les Noyés". Babx continue donc à impressionner par sa qualité d'écriture - même si moins personnelle que sur son excellent premier essai de 2006 - et son inspiration mouvante. On reconnaît pourtant désormais bien sa patte, notamment quand il écrit pour les autres, comme pour le premier disque de Camelia Jordana justement. Ah bon ? David Bowie sort un nouveau disque ?

Clip de "Tchador Woman" :
Album en écoute intégrale sur Deezer.

Commentaires

  1. L'erreur c'est peut-être de vouloir des idoles... Jamais été fan de Bowie mais j'aime bien le dernier... Et j'écoute BabX sur ton conseil... C'est pas mal. Dans les deux cas j'aime bien, sans plus... c'est parfait... en attendant mieux.

    RépondreSupprimer
  2. Un peu comme SB.
    Le dernier Bowie est probablement critiquable comme le fut "It's only Rock & Roll" des Stones pour ceux qui les connaissaient depuis leur début. Comme une "parodie".
    Mais le Bowie que j'ai écouté beaucoup - sur une période courte de temps j'avoue - me plait et je ne suis pas un fan inconditionnel même si j'ai pratiquement tout aimé de lui.
    Le BABX de "Quand tu m'embrasses" ou "Point d'Orgue" m'avait bien séduit, et comme tu le poses en avant, je le pense compatible avec mon écoute de Bowie
    ;-)

    RépondreSupprimer
  3. Supporte pas bien Babx et ses tics geignards, pas client.

    Sinon, billet perso sur le Bowie, dont je n'attendais quasi rien et dont on tire ... rien (c'est raccord, donc) :

    http://www.benzinemag.net/2013/03/11/david-bowie-the-next-day/

    See you :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Babx, j'avoue que c'est maman qui m'y a initié.
      Mais depuis, j'ai dépassé ces quelques tics dont tu parles et je trouves ça bougrement bien écrit !

      Supprimer
  4. J'aime beaucoup Bowie et du coup je laisse filer son dernier opus. Et je découvre Babx qui me paraît bien débarrassé d'éventuels tics dans ce dernier album.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Top albums 2017

Vous l'attendiez tous - si, si, ne dites pas le contraire - mon top albums 2017 ! Ce ne fut une fois de plus pas chose aisée, même aux toutes premières places, car aucun disque ne se dégageait facilement du lot. Pas de grande révélation pour moi cette année, on retrouve donc dans ce classement, des habitués. La principale déception, même si toute relative car l'album est quand même très bon, reste le retour de LCD Soundsystem. Le groupe devait normalement écraser la concurrence, il n'en fut rien. Leur musique est devenue plus réfléchie et moins dansante. Moins marquante donc pour moi. Sinon, dans ceux qui sont restés à la porte de ce top 10 et qui n'ont pas démérité, il y a Babx, Destroyer, Alex Cameron, Xiu Xiu ou Feist. Mais trève de discours, voici donc, en toute subjectivité, mes 10 disques préférés de l'année écoulée.

10. Snapped Ankles - Come Play The Trees
Les anglais de Snapped Ankles pratiquent une sorte de musique hybride, mélange de post-punk, d'élect…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

Montero - Performer

"Performer" est le deuxième album de Bjenny Montero, australien d'une quarantaine d'années, plus connu dans le milieu du rock indépendant pour ses talents de dessinateur que ceux de chanteur ou musicien. Il a notamment travaillé pour des artistes comme Mac Demarco - dont il a aussi fait la première partie - Ariel Pink ou Pond, soit pour les pochettes de disques soit pour des tee-shirts. Le gars avait même presque tiré un trait sur sa carrière musicale, d'une part parce qu'il avoue préférer le dessin, d'autre part parce qu'il sait qu'il ne rencontrera jamais le succès dans ce domaine. Dis comme ça, on ne peut s'empêcher d'avoir un peu d'affection pour le bonhomme, sorte de loser revendiqué, un brin fantaisiste et jemenfoutiste.
Surtout que "Performer" est un excellent disque de soft-rock, quelque part entre MGMT pour le côté mélodique et psychédélique et Ariel Pink pour le côté kitsch assumé et bricolé et l'inspiration ne…