Accéder au contenu principal

Babx - Drones Personnels

Oubliez donc le nouveau disque de David Bowie dont tout le monde ou presque va vous bassiner aujourd'hui, jour officiel de la sortie de "The Next Day". Sans trop s'y attarder disons que ce retour, même s'il est rassurant pour l'état de santé de l'artiste qu'on pensait préoccupant, me paraît pour le moins superflu musicalement parlant. La production est datée, les mélodies peu inspirées. Ne croyez pas ce qu'on vous raconte. Cela ressemble plus à une compilation de fonds de tiroir brassant maladroitement l'ensemble de sa carrière. On essaie de nous revendre une idole dont l'époque semble manquer. Mais le problème est toujours le même, on n'arrive pas à les vénérer quand il le faudrait vraiment. On réagit après coup. Ma vraie sortie importante de la semaine est celle de Babx qui, au passage, voue une belle admiration au personnage de Ziggy. Mais Ziggy est bien mort, il est temps de passer à autre chose. Je n'irai pas comparer le talent de Babx à celui du Thin White Duke, mais ce jeune trentenaire est en train de devenir mine de rien, l'un des auteurs-compositeurs-interprètes français les plus importants du moment, trouvant un style en dehors de toute mode. On y croise un peu de Bashung (le single "Tchador Woman"), de Gainsbourg période café ("Naomi Aime") mais surtout beaucoup de Babx. Chacun des dix titres de ces "Drones Personnels" propose quelque chose de différent. 
On peut alors difficilement les aimer tous de la même façon, des plus accrocheurs "Suzanne aux yeux noirs" (rien à voir avec le "Isabelle a les yeux bleus" des Inconnus), le rockeux "Tchador Woman" ou un duo avec la "Nouvelle Star" Camelia Jordana en forme de non tube de l'été à venir, pour poursuivre avec les fantastiques au sens propre comme figuré car ayant tous deux pour thème l'anticipation, "J'attends les E.T." et "2012" et distiller de ci, de là, quelques titres bouleversants, comme "Helsinki" ou "Les Noyés". Babx continue donc à impressionner par sa qualité d'écriture - même si moins personnelle que sur son excellent premier essai de 2006 - et son inspiration mouvante. On reconnaît pourtant désormais bien sa patte, notamment quand il écrit pour les autres, comme pour le premier disque de Camelia Jordana justement. Ah bon ? David Bowie sort un nouveau disque ?

Clip de "Tchador Woman" :
Album en écoute intégrale sur Deezer.

Commentaires

  1. L'erreur c'est peut-être de vouloir des idoles... Jamais été fan de Bowie mais j'aime bien le dernier... Et j'écoute BabX sur ton conseil... C'est pas mal. Dans les deux cas j'aime bien, sans plus... c'est parfait... en attendant mieux.

    RépondreSupprimer
  2. Un peu comme SB.
    Le dernier Bowie est probablement critiquable comme le fut "It's only Rock & Roll" des Stones pour ceux qui les connaissaient depuis leur début. Comme une "parodie".
    Mais le Bowie que j'ai écouté beaucoup - sur une période courte de temps j'avoue - me plait et je ne suis pas un fan inconditionnel même si j'ai pratiquement tout aimé de lui.
    Le BABX de "Quand tu m'embrasses" ou "Point d'Orgue" m'avait bien séduit, et comme tu le poses en avant, je le pense compatible avec mon écoute de Bowie
    ;-)

    RépondreSupprimer
  3. Supporte pas bien Babx et ses tics geignards, pas client.

    Sinon, billet perso sur le Bowie, dont je n'attendais quasi rien et dont on tire ... rien (c'est raccord, donc) :

    http://www.benzinemag.net/2013/03/11/david-bowie-the-next-day/

    See you :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Babx, j'avoue que c'est maman qui m'y a initié.
      Mais depuis, j'ai dépassé ces quelques tics dont tu parles et je trouves ça bougrement bien écrit !

      Supprimer
  4. J'aime beaucoup Bowie et du coup je laisse filer son dernier opus. Et je découvre Babx qui me paraît bien débarrassé d'éventuels tics dans ce dernier album.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Exposition Electro - de Kraftwerk à Daft Punk - samedi 13 juillet 2019

De Kraftwerk à Daft Punk : tout un programme ! Comment résumer la musique électronique ? Question difficile à laquelle la nouvelle exposition de la Philharmonie de Paris ne répond pas vraiment. Mais le propre de tout mouvement est d'être en perpétuelle évolution. Il y a un avant en terme de techniques, d'instruments, ici assez bien raconté avec quelques antiquités électroniques, datant pour certaines de plus d'un siècle. On peut aussi y entendre Jean-Michel Jarre plus gros rassembleur de l'histoire avec des concerts de plus d'un million de spectateurs, parler de son incroyable matériel, la musique devenant une science, résultat de savants calculs incompréhensibles du commun des mortels. Il n'y a par contre pas d'avant et après en terme d'évolution musicale, il y a juste des influences multiples et diffuses, des styles divers et variés. Des villes qui ont créé des vocations comme Detroit (la techno), Chicago (la house) ou Berlin. Des artistes majeurs co…

Kraftwerk - festival Days Off - Philharmonie de Paris - samedi 13 juillet 2019

Après la visite (un peu décevante) de l'Expo Électro dans l'après-midi, nous avons enchaîné avec un concert d'un des plus groupes les plus (si ce n'est le plus) influents de la musique électronique : Kraftwerk. Comme ce style s'accompagne souvent d'un décorum particulier - on n'a toujours pas oublié les shows gargantuesques de Jean-Michel Jarre -, on attendait avec une certaine impatience la soirée depuis de longs mois déjà. Un concert avec lunettes 3D ? C'est la première fois que nous tentions l'expérience. Après le concert ultra chorégraphié et sans fil de David Byrne de l'an passé, la Philharmonie de Paris semble être le lieu privilégié des prestations hors normes, prêt à phagocyter toutes les expériences musicales et visuelles mémorables. Le concert ne débuta qu'à 22h sans première partie - comment passer avant ce qui allait suivre de toute façon ? - et tout de suite, notre attente ne fut pas déçue. A peine après avoir enfilé les lunett…

Kishi Bashi - Omoiyari

"Omoiyari" est un équivalent japonais d'empathie. Kaoru Ishibashi alias Kishi Bashi, est un américain d'origine japonaise. Comme beaucoup, l'arrivée au pouvoir de Donald Trump l'a fait réfléchir sur l'avenir de son pays en se remémorant son passé. Notamment celui particulièrement sanglant entre ses deux patries, celle de ses parents et la sienne. Celui de l'été 1942 ("Summer of 42") par exemple, peu de temps après l'attaque japonaise de Pearl Harbor et avant la riposte américaine qui culminera avec les bombes atomiques de Hiroshima et Nagasaki. Cette Histoire tragique qu'on voudrait tous oublier mais qui refait irrémédiablement surface quand on retrouve, à la tête des états, des personnes qui ont su gagner par la haine de l'autre, en voulant construire des murs par exemple. Un peu d'empathie, voilà ce dont le monde a besoin. Les oiseaux de la pochette sont à l'image de nous autres, humains, des êtres variés et fragiles.…