9 juillet 2013

Holden - Sidération

Sur la pochette : un tourbillon, un vertige, comme celui de Hitchcock, mais pas de ceux qui donnent des sueurs froides. Non, un de ceux qui, paradoxalement, apaise. Telle est la musique de Holden, cet envoûtant duo français composé de Armelle Pioline et Dominique Depret alias Mocke, rejoint ici par le batteur Emmanuel Mario. Plus encore que sur leurs précédents disques, le groupe a su trouver un style rien qu'à lui. Ou plutôt, il apparaît aujourd'hui plus affirmé que jamais. Cette pop sinueuse dans tous les sens du terme : la voix douce et chaude qui égrène de (tristes?) vérités mais toujours de manière éthérée ("mais moi, je fais l'amour avec ces gens-là, qu'on appelle des hommes comme on n'en voit pas"), la guitare discrètement aventureuse et constamment enveloppante. Il n'y a rien d'évident derrière cette pop-là.
Pas étonnant qu'on y entende une phrase comme "Car maintenant je n'aime que les routes en col, les chemins de glisse et les pentes folles". Quand on se délecte d'une mélodie directe et efficace comme au beau milieu de "B&B", celle-ci ne dure jamais longtemps, elle s'enfuit honteuse ailleurs rechercher d'autres saveurs moins immédiates. Malgré la récente sortie d'une compilation, "L'essentiel", le groupe peine encore à réaliser un nouveau disque. Celui-ci a dû se faire grâce aux généreux dons des internautes. Heureusement, pour ces personnes-là, Holden est déjà devenu un ami pour la vie, à l'image de Holden Caulfield, le fameux "attrape-coeur".

"C'est pas des mots" :

"Rapproche-le (ton amour)"

Album en écoute sur Deezer.

3 commentaires: