Accéder au contenu principal

Youth Lagoon (+ A Grave With No Name) - Le Trabendo, Paris - 8 juillet 2013

L'été pointe le bout de son nez et nos vacances deviennent enfin une réalité. Ayant confié les enfants aux papy et mamie, à nous les sorties et les concerts ! Nous voici donc au Trabendo. Je ne me rappelle pas exactement la dernière fois où nous y sommes allés, mais je ne me souviens pas qu'il y avait alors une terrasse. Même si l'environnement du parc de la Villette n'est pas ce qui se fait de plus esthétique, dû en partie au fait que juste à côté, la nouvelle salle devant accueillir l'orchestre philharmonique de Paris est en travaux, il est agréable de pouvoir profiter du soleil. D'ailleurs, on en oublierait presque ce pourquoi nous sommes venus : écouter de la musique. La première partie commence déjà son set que nous sommes encore dehors. Nous nous réfugions donc rapidement à l'intérieur pour entendre A Grave With No Name, un nom qu'on n'espère pas prémonitoire pour eux. Ces Londoniens sont la nouvelle signature de l'excellent label clermontois, Kütu Folk. Leur look tout en jean du chanteur - casquette, veste et short, quand même - montre bien les influences. Elles sont à aller chercher du côté des années 90  : Nirvana, pour les moments les plus bourrins et faciles, Sparklehorse pour les meilleurs. Le son n'est pas très bon. Dommage, car à l'écoute de l'album, on sent pourtant qu'il y a du potentiel. Le groupe, un poil fâché par les problèmes techniques, lâche l'affaire rapidement. Dans tous les cas, il leur reste encore l'essentiel à acquérir : dépasser leurs influences pour se forger une identité propre.

De style, Youth Lagoon, alias Trevor Powers, n'en manque assurément pas. Avec son look quelque part entre le jeune Dylan avec lequel il partage au moins la même voix de canard et un Syd Barrett moderne, moins barré et plus décontracté, il est un habile faiseur d'ambiances psychédéliques. L'inconvénient majeur, c'est la voix donc, pas toujours maîtrisée et parfois difficilement supportable et la structure des morceaux toujours semblable. On commence invariablement par un passage chanté assez calme. S'ensuit alors le coeur tant attendu de la chanson, le partie instrumentale mélodiquement fulgurante, puis la fin qui redevient paisible, mais dont tout le monde se fout et qui se retrouve du coup, bien souvent couverte par les applaudissements. Malgré ces défauts, j'ai été agréablement surpris par la prestation de Youth Lagoon, montrant sur scène une énergie qui ne paraissait pas évidente à l'écoute des disques. En parlant d'albums, je me dis d'ailleurs que je devais être un des seuls présents ce soir à préférer le dernier en date. La plupart des spectateurs réagissaient nettement plus aux anciens morceaux qu'aux nouveaux. Notamment, ce sympathique couple près de nous qui n'arrêtait pas de se bécoter dessus. Le gars avait d'ailleurs une admirable façon de se mouver, faisant preuve d'une souplesse peu commune. Enfin, bref, Youth Lagoon a confirmé son statut de valeur montante, même si dans le même genre dream-pop, Beach House demeure supérieur.

Commentaires

  1. Tiens tu étais aussi dans la salle :)
    Je fais parti de ceux qui ont + applaudi quand il a joué ses premiers morceaux !

    http://goo.gl/zGh45

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je trouve le son du nouveau disque plus riche. Avec le recul et je trouve que c'était assez flagrant en live, les titres du premier album paraissaient un peu kitschs par rapport aux autres.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Top albums 2017

Vous l'attendiez tous - si, si, ne dites pas le contraire - mon top albums 2017 ! Ce ne fut une fois de plus pas chose aisée, même aux toutes premières places, car aucun disque ne se dégageait facilement du lot. Pas de grande révélation pour moi cette année, on retrouve donc dans ce classement, des habitués. La principale déception, même si toute relative car l'album est quand même très bon, reste le retour de LCD Soundsystem. Le groupe devait normalement écraser la concurrence, il n'en fut rien. Leur musique est devenue plus réfléchie et moins dansante. Moins marquante donc pour moi. Sinon, dans ceux qui sont restés à la porte de ce top 10 et qui n'ont pas démérité, il y a Babx, Destroyer, Alex Cameron, Xiu Xiu ou Feist. Mais trève de discours, voici donc, en toute subjectivité, mes 10 disques préférés de l'année écoulée.

10. Snapped Ankles - Come Play The Trees
Les anglais de Snapped Ankles pratiquent une sorte de musique hybride, mélange de post-punk, d'élect…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

Montero - Performer

"Performer" est le deuxième album de Bjenny Montero, australien d'une quarantaine d'années, plus connu dans le milieu du rock indépendant pour ses talents de dessinateur que ceux de chanteur ou musicien. Il a notamment travaillé pour des artistes comme Mac Demarco - dont il a aussi fait la première partie - Ariel Pink ou Pond, soit pour les pochettes de disques soit pour des tee-shirts. Le gars avait même presque tiré un trait sur sa carrière musicale, d'une part parce qu'il avoue préférer le dessin, d'autre part parce qu'il sait qu'il ne rencontrera jamais le succès dans ce domaine. Dis comme ça, on ne peut s'empêcher d'avoir un peu d'affection pour le bonhomme, sorte de loser revendiqué, un brin fantaisiste et jemenfoutiste.
Surtout que "Performer" est un excellent disque de soft-rock, quelque part entre MGMT pour le côté mélodique et psychédélique et Ariel Pink pour le côté kitsch assumé et bricolé et l'inspiration ne…